Français

Rentrons-nous à notre maison – au Karabakh ?

05.08.2014 | 07:17

10566346_609449182501902_648199936_nLa prise en otage de nos trois compatriotes – Dilgem Askerov, Chahbaz Gouliyev et Hassan Hassanov par les agresseurs arméniens a créé une situation imprévisible. Il faut souligner qu’ils ont pris en otage lors de leur visite dans leur patrie. L’Arménie – l’Etat occupant, les médiateurs sont face-à-face avec un étrange embarras. Les parties opposantes respectent toujours le régime du cessez-le-feu obtenu en 1994. Les médiateurs négocient avec les Etats qui participe au conflit, notamment avec les communautés. Cependant, un facteur a été oublié : le désir des gens de rentrer dans leurs terres ancestrales, l’envie de visiter leurs tombes.

 

Il faut souligner que depuis des années les gens de Kelbejer visitaient Kelbejer. Ils ont fait des vidéos dans leur patrie occupée par les arméniens. Les médias arméniens qui diffusent toujours des désinformations, cette-fois-ci aussi n’ont pas rompu leur tradition. Se référant au discours du Ministre de la Défense Seyran Ohanian, les médias de l’Etat agresseur affirme que comme si ‘l’armé azerbaïdjanaise engage des criminels qui connaissent bien le territoire dans son service de renseignement et effectue des différentes diversions’. Le Ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan n’a pas tardé à répondre. Le Ministère a déclaré que les opinions exprimées par les arméniens ne sont pas justifiées. Puisque les territoires occupées font partie de l’Azerbaïdjan. Les azerbaïdjanais peuvent passer et déplacer à ces régions. Il ne peut pas être interdit. Malgré l’assertion des arméniens, ces personnes n’ont pas violé les frontières d’un Etat. Puisque les territoires sous le contrôle du régime créé illégalement sont les territoires de l’Azerbaïdjan reconnus par les Nations Unies.

 

 

Il est intéressant que l’acte courageux de Dilgem de Kelbejer et de ses camarades est apprécié par la communauté. En effet, Dilgem et ses amis ont contesté les ennemis armés et ses mécène sur la scène internationale par leur acte courageux. L’un de nos collègues, journaliste, a commenté l’acte de Dilgem : « Dilgem a détruit ‘les principes de Madrid ‘. Il a craché sur ces principes. Il est rentré chez lui… À sa maison. Il n’à pas demandé l’autorisation à l’OSCE, ni aux Etats-Unis, ni à la Russie. Il a pris ses affaires et il est parti à la patrie. Des centaines de milliers de maisons nous attendent comme cela. Il faut juste y aller… Dilgem nous a démontré qu’il est facile de rentrer à la maison… Très facile…Des centaines de milliers de personnes qui ont perdu leur patrie doivent juste passer au territoire natal afin de rentrer chez lui.

 

 

Ce n’est pas l’appel à la guerre ou à la diversion militaire. Mais, c’est une protestation à l’occupation durant depuis 20 ans et à la silence criminelle de la communauté internationale. Les visites des civils azerbaïdjanais dans les territoires occupés sont un acte à la fois agréable et dangereux. Les agresseurs ont miné les territoires et ils sont très atroces contre notre peuple. Il ne faut pas répandre les visites dans les territoires occupés. Cependant, les habitants des districts occupés qui connaissant bien la région peuvent intensifier leurs visites dans leur patrie. Ceci rappelle aux arméniens qu’ils ne resteront pas toujours dans les territoires occupés et un jour, les azerbaïdjanais rentrerons dans leurs propres maisons. Jusqu’ici les arméniens ont assisté à quelques actes ayant des effets choquants. Mubariz Ibrahimov, Farid Akhmadov ont puni les arméniens pour les crimes militaires commis. Mubariz et Farid ont rappelé aux arméniens que les azerbaïdjanais n’ont pas laissé leur patrie. Dilgem a démontré que les civils azerbaïdjanais n’ont pas oublié leur patrie et ils ont un fort sentiment de retourner dans les territoires occupés.

 

 

10564869_609449022501918_548696524_n-300x225L’expert militaire Uzeir Jeferov pense que si de tels cas étaient intensifs, il serait possible d’intimider les arméniens : « Bien-sûr, au XX siècle, il paraît bizarre de mener un mouvement de partisan. Si les arméniens avait subi des pertes suite au mouvement de partisan, cela ouvrirait la voie importante pour l’Azerbaïdjan. Tout d’abord, les ennemis auraient peur. Les arméniens pourraient savoir qu’un jour les azerbaïdjanais rentreraient dans leur patrie. D’autre part, ils comprendraient qu’il vaut mieux de se retirer au lieu de perdre leur vie dans les territoires qui ne possèdent pas à eux. L’Azerbaïdjan doit discrètement lancer le mouvement de partisan. Ce sont nos territoires et nous pouvons y faire ce que nous voulons. Ces actes sont conformes aux droits et normes internationaux. Ceci est cohérent avec les engagements que l’Azerbaïdjan a pris devant les organisations internationales. Nos citoyens peuvent visiter Kelbejer et d’autres districts occupés. C’est leur droit ».

 

 

10555170_609448915835262_662960018_n-224x300Firoudin Youltchuyev, le vétéran du Karabakh et l’ancien combattant du bataillon Kotel, pense qu’il est possible et nécessaire de mener les opérations spéciales dans les territoires occupés de l’Azerbaijan : «  Pour que les arméniens ressentissent qu’ils sont occupants et étrangers dans ce territoire, il faut toujours les garder sous la crainte. Il ne s’agit pas d’une opération de diversion de l’Etat ou des Forces armées. Simplement, les habitants des territoires occupées qui connaissent bien la région doivent rentrer chez eux. Karabakh fait partie de l’Azerbaïdjan. Il a été déclaré par les supérieurs que L’Azerbaïdjan ne permettra pas de créer un deuxième Etat arménien dans ses territoires. Les diplomates azerbaïdjanais s’occupent de cette question et nos militaires sont dans les tranchées et ils empêchent les ennemis d’avancer. Et pourquoi est ce que le peuple doit rester sans rien faire ? Les médiateurs ont recours à la ‘diplomatie publique’ afin d’instaurer la paix. Nous devons également avoir recours aux méthodes publique pour ne pas oublier la patrie et garder les agresseurs sous la tension. L’Acte de Dilgem Askerov est un exemple et précédent. Aucune organisation international et aucun médiateur ne peuvent pas accuser les azerbaïdjanais ».

 

 

Donc, trois civils citoyens azerbaïdjanais ont mit le monde et l’ennemi devant le fait ! Ils ont secoué les créateurs du jeu « Grand Karabakh » . Ils ont démontré trois vérités : 1. Ceux qui pensent que le fait d’occupation sera oublié par les azerbaïdjanais avec le temps se trompent. Pour cela, ils prolongent artificiellement les négociations. Les azerbaïdjanais n’ont pas oublié leurs terres ancestrales. 2. Les fausse frontières, les tranchées minées ne peuvent pas étouffer l’amour du peuple pour la patrie. 3. l’expression ‘ le peuple azerbaïdjanais ne se réconciliera jamais avec le fait d’occupation’ n’est pas une opinion émotionnelle. S’il est nécessaire, les azerbaïdjanais rappelleront cette vérités aux ennemis en donnant leur vie.

 

 

 

Elman Jeferli

“KarabakhİNFO.com”

05.08.2014 07:17

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*