Français

Les jeux géopolitiques de l’Occident

10.06.2014 | 16:38

1402404194_qarabagggggggggAujourd’hui, l’Occident se montre en tant que le régulateur des conflits déroulant dans le monde. En effet, la raison de l’émergence de ces conflits provient de l’Occident. Il crée des nouvelles zones de conflit dans le monde sous le prétexte de la démocratie. C’est pour quoi, plusieurs conflits qui sont dans l’arène internationale ne sont toujours pas résolus. La principale raison du retard dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh est la négligence de l’Occident. De l’autre coté, le fanatisme chrétien joue également un rôle important en ce qui concerne la froideur de l’Occident vis à vis de la résolution du conflit. Actuellement, l’Occident prend beaucoup trop en considération l’Ukraine.

 

 

Pourtant, jusqu’ici, nous n’avons jamais observé une aussi forte attention dans la question du Karabakh. Pour leurs propres intérêts, l’Occident et les  Etats-Unis ont pris l’Ukraine sous leurs ailes. Cependant, ils n’ont pas apporté une larme d’eau afin d’éteindre la flamme du Karabakh. En jouant des jeux géopolitiques, l’Occident se satisfait simplement d’admettre le fait que les territoires azerbaïdjanais soient occupés par les agresseurs arméniens. Jusqu’ici aucun pays ou aucune organisation internationale de l’Occident n’arrive pas à obliger l’Arménie de quitter les territoires occupés de l’Azerbaïdjan. Lors d’une interview, Ramiz Mehdiyev, l’académicien et  le chef de l’Administration présidentielle, a évalué d’une manière négative la position de doubles standards de l’Occident. R.Mehdiyev a évoqué que l’Occident tolère l’agression arménienne :

  • ·Ne pensez-vous pas que cela soit la manifestation évidente de doubles standard?
  • ·Pourtant, le fait reste comme le fait – les américaines ne considèrent pas nécessaire d’appliquer activement  les normes de droit international à l’agresseur. Au lieu de cela, ils semblent avoir encouragé les actions des occupants arméniens.

Chaque année, le Congres américain fournit une aide financière aux séparatistes du Haut-Karabak . Selon divers rapports, depuis 1998, une aide financière d’un montant de 83 millions de dollars a été allouée à ce régime non-reconnu. Le montant réel des aides atteint la modique somme de 40 millions de dollars? En outre, depuis 1992, les Etats-Unis ont fournit une aide financière qui fait plus de 2 milliards de dollars, à l’Arménie.

Selon l’officiel de l’Etat, jusqu’ici,  les Etats-Unis n’ont pas déployé  un grand effort afin de résoudre le conflit du Haut-Karabakh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie : « Tout à coup, l’ Occident s’est rendu compte que les principes internationaux ne sont pas respectés dans la question de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Ce principe est violé dans l’attitude envers l’Azerbaïdjan. Ainsi que, la déclaration ‘agression’ est supprimée de tous les accords internationaux et les documents des organisations internationales ».

Les jeux géopolitiques de l'Occident « L’Occident profite clairement des problèmes du Karabakh. »

Lors d’un entretien avec le revue électronique Karabakhinfo.com, Zahid Oruj, le député, a dit que L’Occident combattait contre la Russie au nom de l’Ukraine. Ce problème fait partie de la lutte politique, économique, militaire qui dure depuis longtemps contre la Russie. Autrement dit, en effet, le problème n’est pas la défense de l’Ukraine ou son importance pour l’Occident. Le plus important aspect est de créer une alliance avec l’Ukraine. Cela minera la puissance de la Russie et l’Occident profitera de cet avantage dans la lutte contre ce pays. C’est pourquoi, les propagandes anti-russes sont menées en usant des événements de la Crimée, du Donetsk, du Lugansk et d’autres conflits ».

Par rapport à la lutte contre la Russie au nom du Karabakh, Z.Oruj a souligné que comme s’il y avait des jeux planifiés au cours des années 90 : « Dans un certain sens, le Caucase du Sud était inclus dans le centre d’intérêt de la Russie. Ainsi, L’Occident visait l’adhésion d’autres pays de l’Europe de l’Est à l’Union européenne et à l’OTANComme s’il y avait une négociation politique. Ces territoires  ont été  attribués d’une manière non-officielle à la Russie. C’est pour quoi, il n’y a eu aucun combat contre la Russie pour nous ».

Selon lui, en ne  résolvant pas le problème du Haut-Karabakh , l’Occident contribue tout simplement au renforcement de la Russie : « C’était une erreur stratégique commise par eux. En outre, c’est l’une des  principales raisons de leur défaite. L’Occident n’a pas seulement exploité la richesse azerbaïdjanaise, mais aussi il nous a politiquement et économiquement influencé. Il a également profité du problème du Haut-Karabakh afin d’avoir le contrôle de  notre politique extérieure. Pourtant, ils n’ont pas rendu compte que la Russie a accru ses capacités dans la région. En d’autres termes, le problème du Haut-Karabakh, la Transnistrie, l’Abkhazie ont affaibli l’Occident par rapport à la Russie ».

« L’assurance de l’Occident ne nous satisfait pas ».

Selon Galib Husseyinli, le politologue, une non-objectivité se manifeste dans ces questions. Lors d’un entretien avec nous, le politologue  a souligné que la racine de cette non-objectivité a commencé depuis l’effondrement de l’Union soviétique : «  L’intégrité territoriale de la Moldavie et de la Géorgie ont été reconnues au sommet Les jeux géopolitiques de l'Occident de Lisbonne de l’OSCE. Cependant, un autre avis a été pris par rapport à l’Azerbaïdjan. L’Ukraine et l’Occident ont des intérêts stratégiques et ces intérêts sont strictement liés aux actions capricieuses de la Russie. De l’autre coté, l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne est évidente. À ce stade aussi, l’Occident fait des grands efforts pour l’adhésion de l’Ukraine. Ainsi, il essaye d’attribuer un soutien maximal à ce pays ».

Selon lui, l’Azerbaïdjan doit devenir le point stratégique des intérêts de l’Occident : « C’est vrai qu’il y a facteur de pétrole. Toutefois, nous devions déployer  toute notre force pour transformer le pétrole en facteur politique. Actuellement, le Président Ilham Aliyev a réussi à transformer le facteur de gaz naturel en facteur politique. Il mène  nettement une politique de négociation avec l’Occident. Donc, je te donnerai le gaz naturel, en contrepartie tu déploieras un grand effort  afin d’assurer mon intégrité territoriale.  Aujourd’hui, les négociations avec la Russie démontrent que l’assurance de l’Occident ne nous satisfait pas et nous sommes prudents dans la relation avec l’Occident ».

Fouad Husseinzadé

 

“Karabakhinfo.com”

 

 

10.06.2014 16:38

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*