Français

La proposition du co-président américain sert les intérêts de l’Arménie

26.05.2014 | 13:50

Elxan Suleymanov..Elkhan Suleymanov 

Membre de la délégation de l’Azerbaïdjan auprès de l’APCE
Chef de la délégation de l’Azerbaïdjan à l’AP de l’Euronest 
Président de l’ADSCA, député.

 Depuis la nomination de Monsieur James Warlick en tant que co-président américain du Groupe de Minsk de l’OSCE, il se caractérise par le partage des idées ‘farfelues’ et stupides sur les réseaux sociaux..Le co-président américain du Groupe de Minsk a réussi à réoccuper une place comme il se doit, au centre des attentions.

Or, pendant ces jours James Warlick a visité la région avec d’autres co-présidents du Groupe de Minsk. Dans le cadre de la visite, les co-présidents sont allés dans les territoires azerbaïdjanais occupés par l’Arménie. Ainsi, ils ont rencontré le ‘président’ du régime séparatiste formé par l’Etat occupant. Cette fois-ci aussi, Monsieur Warlick a préféré se différencier de ses homologues. Il a publié la photo du réservoir de Serseng sur son profil, en commentant: « C’est le réservoir de Serseng. Si les parties pouvaient co-utiliser les ressources en eau, cela serait une étape positive ». Donc, les points de vue du co-président américain sont très clairs – il exige que la partie occupante et l’Azerbaïdjan qui a subi l’occupation co-utilisent le réservoir de Serseng.

Une fois encore, je tiens à vous rappeler que depuis 25 ans, 20% de notre territoire, y compris la région Haut-Karabakh et 7 districts environnants, est occupé par l’Arménie. Un certain nombre d’unités stratégiques pour notre pays résident dans les régions occupées. L’une de ces unités est le réservoir de Serseng.
Les installations techniques du réservoir de Serseng subissent le ravage à cause de l’occupation. Ainsi, elles sont en état d’accident. Par conséquent , ce réservoir fait face à la disparation à cause des catastrophes naturelles, des raisons techniques et des complots intentionnels. Actuellement, le réservoir de Serseng est devenu une grande source de danger pour l’Azerbaïdjan. L’accident qui pourrait éventuellement se produire en raison des catastrophes naturelles et techniques, en plus, des complots conduira non seulement à la crise écologique, mais aussi au massacre de 400.000 civils qui habitent dans les régions de première ligne et donc, à la crise humanitaire.

En outre, lors des mois d’hiver, la partie occupante ouvre le barrage du réservoir de Serseng.Par conséquent, les terres sont enfouies sous l’eau, les routes s’effondrent, les inondations surviennent. Contrairement, pendant les mois d’été, lorsque les gens et l’agriculture ont besoin d’eau, le barrage est fermé. En conséquence, l’agriculture des régions de première ligne souffrent des graves damages, l’irrigation des terres arables fait face à des problèmes, les zones vertes sont détruites à cause de la pénurie d’eau, les processus irréversibles se sont déroulés dans la structure de terre, la crise écologique s’est produite dans la région, la biodiversité subi des sérieuses menaces.

C’est pour quoi, depuis le mai de 2013, l’Association pour le développement de la société civile en Azerbaïdjan (ADSCA) a lancé un projet d’envergure concernant le réservoir de Serseng. Cette association a fais des grands efforts afin de faire entrer le problème de Serseng dans l’agenda des diverses organisations internationales. Car, ce réservoir est devenu la source de danger et la partie occupante l’utilise comme la moyenne de menace. Enfin, le Comité des affaires sociales de l’APCE a nommé un un chargé de mission pour les rapports périodiques pour le réservoir de Serseng.

À la veille d’une période aussi importante, les opinions du co-président américain sur l’utilisation conjointe du réservoir de Serseng peuvent-elles être considérées comme un hasard ?Je pense que les interprétations de Monsieur Warlick servent les objectifs concrets. Ainsi, cela vise à influencer d’une manière intentionnelle les recherches du rapporteur du réservoir de Serseng. Comme cela, Monsieur Warlick transmet un message au rapporteur et aux membre de l’APCE : c’est la position des Etats-Unis, faites attention à vos comportements ! Alors, comme un diplomate, Monsieur Warlick doit très bien savoir que selon les principes impératifs du droit international, l’occupation militaire du territoire d’un autre Etat ne peut pas considérée légitime. Ainsi, les activités quelconques de la partie occupante dans les territoires occupés sont illégales. Donc, le co-président américain sait très bien que les activités de l’Arménie et de son régime séparatiste dans les territoires occupés sont illégales. Alors, pourquoi est ce que Monsieur Warlick parle d’une proposition qui s’oppose aux principes du droit international ?

En outre, en aout 2013, lorsque la question du réservoir de Serseng est devenue le sujet du débat dans l’arène internationale, Arthur Agabekian, le ‘vice-Premier ministre’ du soi-disant régime séparatiste a fait la même proposition. Est-ce que la coïncidence entière des propositions du co-président américain et de ‘l’officiel’ du régime séparatiste est un hasard ou la raison en est déjà toute identifiée? Selon moi, cette coïncidence ne peut pas être un hasard. Le but est de tuer deux oiseaux avec une pierre, autrement dit, ils veulent atteindre le double objectif : Défendre l’Arménie sous le prétexte du manque d’intérêt de la partie azerbaïdjanaise pour la coopération et protéger l’Arménie des sanctions internationales.

Certes, Monsieur Warlick et d’autres mécènes des arméniens comprennent très bien que jusqu’à l’arrêt de l’occupation, l’Azerbaïdjan ne coopérera jamais avec l’Etat occupant et le régime séparatiste formé par cet Etat. Dans ce cas, l’ennemi et les forces qui le protègent auront l’occasion d’exprimer les opinions qui prétendront que l’Arménie est prête de lancer une coopération constructive afin d’ôter l’occupation. Donc, ils tenteront de montrer à la communauté mondiale que l’Arménie est prête de coopérer, les arméniens sont pacifiques, mais l’Azerbaïdjan ne veut pas coopérer et instaurer la paix dans la région. D’un coté, la proposition du co-président américain, James Warlick, vise à nuire à la réputation internationale de l’Azerbaïdjan et à former un jugement qui l’accuse d’être un Etat non-constructif au sein de la communauté internationale. De l’autre coté, c’est un message transmis aux organisations internationales qui démontre que l’Arménie est sous la parapluie d’immunité et qu’il n’est pas conseillé d’appliquer les sanctions contre elle. Donc, cette proposition ne peut pas être considéré comme hasard. Elle offense directement l’Azerbaïdjan et soutien la politique agressive de l’Arménie.

“KarabakhİNFO.com”

26.05.2014 13:50

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*