Français

Avec la perte de Zanghilan nous avons perdu notre histoire

30.10.2013 | 16:35

1383136305_man.et-1Zanghilan est la dernière région occupée. Aujourd’hui, le 29 octobre, nous célébrons le 20e anniversaire d’occupation de Zanhgilan par les forces armées arméniennes.Il convient de noter que Zanghilan qui se battait courageusement et résistait aux ennemis, où centaines de personnes ont perdu leurs vies entre 1988-1993 est la dernière région conquise. Avec l’occupation des régions avoisinantes Goubadly et Jabrayil, la population de Zanghilan piégée s’est sauvée en passant en Iran par la rivière de l’Araxe. Dans le cas contraire, un second massacre de Khodjaly serait inévitable.

 

Zanghilan était une circonscription administrative depuis 1930. La région a des frontières avec Goubadly au nord, Jabrayil à l’est, la République islamique d’Iran au sud et la République d’Arménie à l’ouest. C’était l’une des régions riches en ressources naturelles. En outre, elle était la terre natale de nombreux savants, intellectuels et scientifiques.

 

Notre invité d’aujourd’hui est le candidat ès sciences Nassiman Yagoublou, né et grandi à Zanghilan.

 

– Zanghilan est très précieux pour moi. Cette terre possédait une riche nature. Les ressources naturelles dans cette région étaient presque aussi célèbres. En particulier, la forêt de platanes avait une beauté légendaire. Elle s’est située dans le territoire de la réserve Bassitchay. Aujourd’hui sous l’occupation de l’ennemi, la forêt de platanes crie à l’aide. Les rivières Bassit et Karim qui traversent Zanghilan rendaient à la région une beauté et une richesse exceptionnelles.

 

Maintenant, les arméniens se sont engagés dans la destruction de la forêt. Actuellement, ils ont brutalement abattu et coupé des platanes sur des terrains de plus de 42 hectares. Mais ils doivent savoir que même s’ils continuent à abattre les arbres, les racines des arbres sont très profondes qu’ils ne peuvent pas les détruire totalement. Nous espérons et croyons que bientôt nous libérerons nos terres occupées.Avec la perte de Zanghilan nous avons perdu notre histoire

 

– Avec la perte de Zanghilan qu’est-ce que nous avons perdu ?

 

– Nous avons perdu tous. Elle était une région riche en culture et historie. En perdant Zanghilan, nous avons perdu notre histoire. Il est indéniable que la région était célèbre par ses monuments historiques. J’aimerai citer surtout le turbé (tombeau) Mammadbayli daté de XIV siècle. Il était construit en marbres blancs en 1304. Ce turbé est l’un des meilleurs exemples de figure octogonal typique de l’architecture azerbaidjanais. Il y avait des nombreux monuments anciens. Malheureusement, ils étaient détruits par les ennemis sans être étudié de près.

 

Dans le même temps, l’importance de cette région, c’est que, Zanghilan était en frontière de l’Azerbaïdjan du Sud.

 

– Zanghilan est la dernière région qui était occupée par les Arméniens. Zanghilan s’est combattu pendant plus d’un mois pour ne pas se livrer à l’ennemi. Mais malgré cela, nous l’avons perdu…  

 

– Vous savez que Zanghilan s’est situé en massif montagneux et pour occuper cette terre, en premier lieu l’ennemi devait capturer les hauteurs. Après la conquête de Goubadly, il est devenu très difficile de maintenir Zanghilan. Pour protéger leur terre natale les jeunes, les vieux ont fait tout ce qu’ils ont pu.

 

– Pouvez-vous partager avec nous vos souvenirs de Zanghilan ?

 

Avec la perte de Zanghilan nous avons perdu notre histoire– J’ai beaucoup de souvenir avec Zanghilan. Chaque jour je me rappelle des moments passés là-bas, et je devins mélancolique. Surtout l’air frais et pur des montagnes, sa belle nature et ses gens sympathiques me manquent beaucoup. J’ai passé mon enfance dans cette terre où je suis né. C’est grâce à Zanghilan que je suis devenu un historien.

 

Avant de terminer notre interview, Dr. Yagoublou a dit que retourner dans la terre natale est non seulement son désir, mais aussi celui des autres gens d’origines de Zanghilan. C’est un désir qui vit en eux depuis 20 ans. Nous allons libérer nos terres dans un avenir proche, et célébrer notre victoire dans ces terres libérées. Inch’Allah!

 

Gunel JALİL

 

“KarabakhİNFO.com”

 

 

30.10.2013 16:35

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*