Français

Polémique

Rentrons-nous à notre maison – au Karabakh ?

05.08.2014 | 07:17

10566346_609449182501902_648199936_nLa prise en otage de nos trois compatriotes – Dilgem Askerov, Chahbaz Gouliyev et Hassan Hassanov par les agresseurs arméniens a créé une situation imprévisible. Il faut souligner qu’ils ont pris en otage lors de leur visite dans leur patrie. L’Arménie – l’Etat occupant, les médiateurs sont face-à-face avec un étrange embarras. Les parties opposantes respectent toujours le régime du cessez-le-feu obtenu en 1994. Les médiateurs négocient avec les Etats qui participe au conflit, notamment avec les communautés. Cependant, un facteur a été oublié : le désir des gens de rentrer dans leurs terres ancestrales, l’envie de visiter leurs tombes.

Notre armée est le garant de notre indépendance

02.07.2014 | 10:49

1404370033_ordu-gunu96 années se sont écoulées depuis la création de l’Armée nationale de l’Azerbaïdjan. Or, par le décret du leader national Haydar Aliyev en 1998, la journée des Forces armées de la République d’Azerbaïdjan est célébrée  le 26 Juin.L’armée azerbaïdjanaise d’aujourd’hui est le successeur de l’armée de la République Démocratique d’Azerbaïdjan. L’expérience historique de l’armée azerbaïdjanaise fondée en 1918 est un véritable modèle pour nos Forces armées d’aujourd’hui.

Les jeux géopolitiques de l’Occident

10.06.2014 | 16:38

1402404194_qarabagggggggggAujourd’hui, l’Occident se montre en tant que le régulateur des conflits déroulant dans le monde. En effet, la raison de l’émergence de ces conflits provient de l’Occident. Il crée des nouvelles zones de conflit dans le monde sous le prétexte de la démocratie. C’est pour quoi, plusieurs conflits qui sont dans l’arène internationale ne sont toujours pas résolus. La principale raison du retard dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh est la négligence de l’Occident. De l’autre coté, le fanatisme chrétien joue également un rôle important en ce qui concerne la froideur de l’Occident vis à vis de la résolution du conflit. Actuellement, l’Occident prend beaucoup trop en considération l’Ukraine.