Français

Des personnalités publiques et des hommes politiques turcs ont exprimé leur proteste

15.11.2013 | 12:59

1384504635_1383980625_1c95abc29ff21183eaf58d240ea35d34Il sera impossible de donner le titre « Musée du génocide de Khodjaly » au musée consacré à l’histoire de la tragédie Khodjaly créé dans la municipale Ghisiljahamam à Ankara, dans la capitale de la Turquie. Le gouverneur de la ville d’Ankara a envoyé un avertissement à la municipalité du quartier qu’une telle désignation du musée peut causer des problèmes diplomatiques.

Coskun Unal, maire de Ghisiljahamam, a indiqué que pour la création de ce musée la coopération avec le gouvernement de l’Azerbaïdjan a été entamée depuis deux ans : « Jusqu’au présent, les représentants azerbaïdjanais, les conseillers du président Ilham Aliyev ainsi que l’ambassadeur de la République d’Azerbaïdjan sont venus à visiter le chantier de la construction. Les travaux de la construction sont presque terminés. Nous préparons un musée panoramique. Dans le musée, les documents et les œuvres concernant des habitants massacrés par les forces armées arméniennes pendant des événements de Khodjaly seront exposés. Nous voulons ouvrir ce musée avec l’intention d’éviter que l’humanité ne vit jamais de tels crimes. Mais nous devrions changer le nom du musée. Le gouverneur a déclaré que l’utilisation du mot «génocide» est juridiquement impossible ainsi qu’il peut créer des problèmes diplomatiques. En conséquence, il était nécessaire de remplacer le nom du musée comme par exemple le «Musée de Massacre » ou tout autre nom que ce soit. Tout le monde sait ce qui s’est passé à Khodjaly ».

 – « Actuellement, il n’existe pas le musée privé appelé « Musée du génocide de Khodjaly» au sein du ministère de la Culture et du Tourisme. Les mairies doivent lancer les démarches officielles au sein du département de la culture et les musées auprès du gouverneur d’Ankara afin de pouvoir  ouvrir un musée privé », a expliqué dans sa déclaration le représentant du département des musées du gouverneur d’Ankara, Onder Cakir concernant au refus de la désignation du nom « le musée du  génocide de Khodjaly » au musée créé à Ghisiljahamam.

O. Cakir a déclaré que même si à Ghisiljahamam un tel musée a été ouvert sous ce nom, mais que l’activité du musée n’a reçu aucune formalité : « Pour le moment, il ya environ 40 musées au sein du notre département mais parmi eux il n’y a pas un musée sous ce titre.  La mairie doit s’adresser à nous pour obtenir le statut privé et lancer l’ouverture officielle de musée. Mais je résume qu’à ce jour, il n’existe aucune demande officielle concernant cette question car déjà pour débuter une demande officielle doit être envoyée à la Direction de la culture régionale et du tourisme de la ville d’Ankara pour obtenir le statut de musée privé.  Il est possible que la mairie a déjà effectué les certaines activités pour mis en place ouverture d’un musée prive sur la tragédie de Khodjaly sous le nom « Musée du génocide de Khodjaly », dont je ne suis pas renseigné.  Toutefois, la mairie de Ghisiljahamam ne vous a fait parvenir une telle demande ».

Le journal international « KarabakhINFO.com » a interviewé des personnalités politiques connus au public turc en ce qui concerne cette question. Les avis des personnalités publiques et politiques de la Turquie sont les contradictoires.

Des personnalités publiques et des hommes politiques turcs ont exprimé leur protesteLe député du Parti du Mouvement Nationaliste de la ville d’Izmir Ahmet Kenan Tanrikulu a dit dans sa déclaration que, malgré la décision de l’administration d’Ankara, le peuple turc va visiter ce musée sous ce nom : «La mairie de Ghisiljahamam qui est du Parti du Mouvement Nationaliste (PMN), a décidé de transformer son projet de la création d’un parc avec le soutien du gouvernement de l’Azerbaïdjan au musée. L’ouverture du « Musée du génocide de Khodjaly » a prévu pour le 22eme anniversaire du génocide.  Malgré la décision politique de l’administration d’Ankara en ce qui concerne le changement de nom du musée, notre nation va fréquenter ce parc sous ce nom. Comme nous nous souvenons à chaque anniversaire de la tragédie Khodjaly, cette douleur sera mentionné partout et le mémoire des victimes du génocide ne sera jamais oublié ».

Des personnalités publiques et des hommes politiques turcs ont exprimé leur protesteLe président de Centre des recherches stratégiques de Caucase situé à Ankara, Hassan Oktay a exprimé dans sa déclaration qu’au lieu d’une lutte sans résultat dans la politique d’Ankara, il est admis d’effectuer les manœuvres plus varié : « La Turquie a planifié de mener une stratégie plus soft afin d’éliminer la question arménienne en 2015 d’une façon calme et a donc décidé de réduire la gravité du problème dans les régions ainsi qu’éviter les conflits possibles dans cette affaire. Nous pouvons parler de nombreux facteurs importants dans cette question. Cependant, on devrait parfois réduire la tension. Au lieu de commencer un combat sans résultat dans la politique d’Ankara, elle est acceptée, de trouver les meilleures voies et d’une manière plus différente. Lors du conflit arméno-azerbaïdjanais, la Turquie a toujours soutenu l’Azerbaïdjan et continuera à soutenir ».

Des personnalités publiques et des hommes politiques turcs ont exprimé leur protesteBalkan (RUBASAM), l’avocat Ozjan Pahlivanoghlu a noté dans sa déclaration qu’il est plus important de savoir l’avis les citoyens et les nationalistes turcs que celle du Parti pour la justice et le développement (AKP): « Alors que les Arméniens se préparent pour la 100eme anniversaire du soi-disant génocide, on ne voit aucune réaction de la part du gouvernement turc.La résolution du conflit du Haut- Karabakh est une question très importante pour la Turquie en termes d’élimination des revendications du génocide prétendu.

 

Le peuple turc ainsi que les nationalistes turcs sont contre toutes les ouvertures politiques qui pourraient avoir des conséquences négatives pour le monde turc et la nation turque. Le projet de ce musée a été mis à jour par la mairie appartenance à Parti du Mouvement Nationaliste (PMN). Mais c’est le gouverneur d’AKP qui l’a annulé. Pourtant, je dois dire qu’il est plus important de savoir l’avis les citoyens et les nationalistes turcs que celle d’AKP.  Et si la malhonnêteté d’AKP ne sera pas expliqué, il ne fait aucun doute que, non seulement l’Azerbaïdjan mais aussi la Turquie, la nation turque en général va connaître de grandes difficultés dans la question arménienne.  Par conséquent, il suffit de voir ce qui fait AKP en Turquie contre la nation turque … ».

Des personnalités publiques et des hommes politiques turcs ont exprimé leur protesteLe Chef la Fédération des Associations des Tatars de Crimée, situé à Ankara, Unver Sel a exprimé dans sa déclaration qu’il regrettait ce démarche du gouvernement : « C’est bien dommage que la vision de la politique étrangère du gouvernement de la Turquie en est ainsi. Très dommage pour ce gouvernement » – il a dit.

Seymour Hassanli

 

«KarabakhINFO.com »

15.11.2013 12:59

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*