Français

Entretien exclusif du parlementaire indonésien au “KarabakhİNFO.com”

12.03.2014 | 17:16

1394629951_1390292515_1Dr H. Marzuki Alie, Président de la Chambre des représentants de l’Indonésiea a donné une interview à la revue électronique internationale “KarabakhİNFO.com”. Nous vous présentons cette interview:

 M Marzuki Alie, nous avons été témoins cela sans ambigüité que vous avez soutenu les attitudes de l’Azerbaïdjan  lors de vos discours concernant au conflit de Haut Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Vous avez dit clairement que le Haut-Karabakh est un territoire de l’Azerbaïdjan et il a été conquis par l’Arménie. Quelle est votre position actuelle sur le problème du Haut-Karabakh?

 

L’Indonésie est un pays souverain sur la base de valeurs nationales. Ces valeurs sont également inclus un respect de la souveraineté des autres pays.

Ma position est la même que la position de la population de l’Indonésie, qui soutient et défend la souveraineté d’un pays indépendant et souverain comme l’Azerbaïdjan. .

Je soutiens les principes de l’intégrité territoriale et de l’inviolabilité de ses frontières  de la République d’Azerbaïdjan reconnues à l’échelle internationale par la communauté mondiale.

En même temps, je soutiens le processus du règlement du problème de Haut-Karabakh par la voie de paix , basé sur les résolutions  822 , 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unis(ONU) sur le règlement du conflit de Haut-Karabakh,  le résolution n °15 adoptée dans la ville de Palembang de l’Indonésie par l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique(OCI) dénonçant fermement l’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan , et des initiatives de négociations pacifiques dans le cadre du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe(OSCE).

Je considère très important l’organisation du dialogue entre les deux pays pour résoudre pacifiquement le problème d’agression de l’Arménie envers l’Azerbaïdjan dans la région de Haut-Karabakh, l’intensification des efforts bilatérales, régionales et multilatérales afin d’achever le processus de règlement du problème, la nécessité de verser  des dommages matériels en Azerbaïdjan à la suite d’occupation du Haut-Karabakh par l’Arménie d’une valeur estimée à 300 milliards de dollars et sa compensation par l’Arménie.

Je crois que le problème du Haut-Karabakh n’est pas un conflit religieux, mais il est lié par des questions politiques et les intérêts d’agression de l’Arménie avaient reçu les soutiens et l’intervention des pays  étrangers contre l’Azerbaïdjan.

Ma position et celle du peuple d’Indonésie sur la base de résolutions  822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité de l’ONU, nécessite l’Arménie de mettre fin à son occupation et son agression du Haut-Karabakh et le retrait des forces armées de l’Arménie dans le Haut-Karabakh, région sous l’occupation de l’Azerbaïdjan.

Cette attitude est basée sur des valeurs  approuvés par le peuple et le gouvernement de l’Indonésie, y compris le premier et le quatrième alinéa du préambule de la Constitution de la République d’Indonésie de 1945  condamnant toutes les activités d’agression et de conquête, et ainsi qu’il reflète la participation à la mise en œuvre de l’ordre mondiale fondé sur la liberté, la paix et la justice sociale.

En tant qu’acteur à part entière de la communauté internationale, le peuple d’Indonésie souhaite une voie de solution reposée sur la base des décisions et des conventions internationaux,  comme l’une de ces décisions, la résolution  62/243 de l’Assemblée générale de l’ONU adoptée le 14 mars 2008, qui exige que les territoires occupés par les forces armées de l’Arménie soient être retournés immédiatement et sans aucune condition en Azerbaïdjan.

Notre parlement tente également de faire partie de la communauté internationale, qui souhait une solution de cette agression subie de l’Azerbaïdjan par la voie pacifique, nous pouvons montrer, par exemple, une résolution adoptée à la conférence de l’Union parlementaire des pays membres de l’OCI tenue le janvier 2012 à Palembang, ville d’Indonésie, puis l’Indonésie a participé en tant que président de l’Assemblée et l’Union parlementaire des pays membres de l’Organisation de l’OCI (Parliamentary Union of OIC Member Countries – PUIC).

Entretien exclusif  du  parlementaire indonésien au "KarabakhİNFO.com"Lors de l’adoption d’une des résolutions, plus précisément dans la résolution n°15-PE/7 – CONF sur l’agression de la République d’Arménie contre la République d’Azerbaïdjan, l’Union parlementaire des pays membres de l’OCI confirme non seulement qu’il est nécessaire l’obéissance urgente de l’Arménie aux résolutions adoptées par l’ONU, mais aussi il applaudit tous les efforts diplomatiques et d’autres efforts en voie d’achever le processus du règlement de problème  entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Avant 21 ans l’Union parlementaire de l’OCI a également fait un appel pour la solution juste et digne des actes de génocide qui ont été commis dans la ville de Khodjaly en Azerbaïdjan.

Qu’est ce que vous pouvez dire sur le génocide de Khodjaly, la tragédie la plus terrible du XXe siècle, qui a abouti au massacre massif et horrible de peuple civil dans la ville azerbaïdjanaise de Khodjaly par des unités militaires arméniennes?

 

Je garde également l’accent sur la tragédie de Khodjaly. Certaines personnes peut-être ne peuvent pas se rappeler les événements, qui ont eu lieu à la ville azerbaïdjanaise de Khodjaly, ou n’y savent pas. Cet événement est un crime horrible commis le 26 février 1992 contre des civils azerbaïdjanais dans la ville de Khodjaly par les forces armées de l’Arménie agresseur.

Les crimes semblables contre l’humanité ne doivent pas répéter dans aucun autre endroit au Monde entier. Nous devons donc éviter de tels cas, parce que la tragédie de Khodjaly contre l’humanité est un crime non seulement contre les principes du droit international, mais aussi contre la conscience humaine et les valeurs de notre religion.

Afin de ne pas répéter une tragédie semblable comme c’est déroulé dans la ville de Khodjaly, les gens qui ont commis des crimes horribles contre l’humanité doivent être jugés par des procédures judiciaires etdoivent être punis.

Il est impossible que ces types de crimes contre l’humanité restent dans l’ombre et que les assassins de ce crime grave ne soient pas être punis ou que les procédures judiciaires et juridiques ne soient pas être engagées. S’il a été comme ça, alors les événements de massacre à Khodjaly, qu’ils ont commis avant 21 ans, seront considérés comme des événements ordinaires par la communauté internationale. Au contraire ces types de crimes avec la mort des personnes âgées, des femmes et des enfants, des centaines de civils sont sur ​​la liste des crimes les plus graves à travers son caractère de violence dans le Monde entier.

C’est pour cette raison que, c’est nécessaire de soulever cette question dans différents forums internationaux pour que les auteurs de ces crimes horribles commis  dans la ville de Khojaly  contre l’humanité soient jugés par des procédures judiciaires pour la justice.

Le lancement d’affaire judiciaire concernant à la responsabilité des assassins de ces crimes commis contre l’humanité sera un précédent positif pour la protection des droits de l’homme et pour les procédures judiciaires à l’échelle internationale parce que ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité doivent être jugés pour la responsabilité de ces actes de crimes semblables relevant du droit international et de la Cour internationale de Justice.

 Nous devons renforcer nos efforts afin de régler le conflit arméno-azerbaïdjanais de Haut Karabakh par la voie pacifique et juste basée sur la suprématie du principe de l’intégrité territoriale de la République d’Azerbaïdjan et pour la sensibilisation de la communauté internationale sur le massacre commis contre l’humanité à Khojaly à travers le prisme des droits de l’homme aussi.

Le problème non résolu jusqu’à présent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan va apporter des dommages aux citoyens des deux pays et les pays concernés de ce conflit.

En raison de la tension découlant, les développements de sociétés des pays touchés et deux Etats seront très lente, et la raison principale est la poursuite de l’agression dans les territoires de l’Azerbaïdjan par l’Arménie. Mais au contraire, il y a une grande potentialité pour l’expansion du développement conjoint et pour le développement de leurs économies nationales entre les deux pays l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui se situent à l’intersection de l’Asie et de l’Europe.

Notons que, le processus du développement actuel de l’Azerbaïdjan ne sera pas seulement remarqué par la société de l’Azerbaïdjan, mais aussi par la communauté internationale, parce que l’Azerbaïdjan a un grand potentiel pour le développement et l’amélioration des relations réciproques avec tous les pays, l’Indonésie y compris.

Comme vous le savez, et le Pakistan, le Mexique, la Colombie, la République tchèque, la Roumanie, la Bosnie-Herzégovine, le Pérou, le Panama, la Jordanie et de nombreux grands États des Etats-Unis ont déjà reconnu le génocide de Khojaly à l’échelle de l’État, même la Turquie a fermé ses frontières avec l’Arménie, le Pakistan a refusé de reconnaître l’Arménie comme un état souverain et ces pays exigent que les auteurs responsables de ce génocide doivent juger devant la Cour internationale de justice et pour qu’ils doivent mettre fin à leur conquêtes. L’an dernier, en raison de votre travail acharné et le soutien de l’appel sur la reconnaissance de génocide de Khodjali dans le Parlement indonésien où premièrement vous en avez mis votre signature. Est ce que le génocide de Khodjali a été plus tôt reconnue officiellement dans le Parlement indonésien au niveau de l’Etat? Bien sûr, à travers vos efforts.

 

Les décisions et les mesures prises par le gouvernement et le parlement indonésien sur les questions internationales sont toujours les mêmes. La convergence est atteinte parce qu’il existe toujours une relation de coordination entre le gouvernement de la République d’Indonésie (pouvoir exécutif) et le Parlement (pouvoir législatif) par rapport des divers questions internationales.

La position officielle du gouvernement et du parlement de l’Indonésie concernant l’agression du Haut-Karabakh par l’Arménie et de la reconnaissance du génocide de Khodjali commis contre l’humanité est la même sans ambigüité.

 Notre position est basée sur le maintien de l’ordre mondial par la paix, la liberté et la justice sociale, déclaré au Préambule de la Constitution de 1945 qui prévoit les principales valeurs nationales du peuple de l’Indonésie d’interdire toutes les activités d’agression et d’occupation dans le Monde entier, qui concerne le facteur d’occupation de la région azerbaïdjanaise du Haut Karabakh par l’Arménie.

La position officielle du gouvernement et du parlement de l’Indonésie concernant sur la reconnaissance du massacre azerbaïdjanais commis à Khodjaly contre l’humanité et ainsi que facteur d’occupation arménienne du Haut Karabakh a été déclaré lors de divers réunions au niveau des états et international.

Nous vous assurons que, comme le peuple d’Indonésie nous n’allons jamais changer notre attitude principale liée à l’agression de l’Arménie au Haut Karabakh, partie inséparable de l’Azerbaïdjan indépendante, qui est contradictoire  aux principes du droit international et aux libertés fondamentales. Notre attitude a été clairement exprimée au préambule de la Constitution de 1945 qui consiste des valeurs nationales du peuple d’Indonésie.

En 2002, il a été adopté une résolution par l’union parlementaire des Etats membres de l’OCI sur la reconnaissance du massacre de Khodjaly et qu’elle demande immédiatement à l’Arménie de mettre fin à son occupation sur les territoires de la République d’Azerbaïdjan. En tant que le plus grand  état musulman est-ce que l’Indonésie pouvait reconnaitre le génocide de Khodjali et donner un coup de pouce pour faire connaître le génocide de Khodjali  par les autres états membres?

 

Le 28 Février 2013 lors des événements tenus dans le cadre de « 21èmes commémorations du génocide de Khodjali» à l’Université de l’Indonésie », j’ai soumis ma déclaration sur les crimes contre l’humanité commis dans la ville de Khojaly.

En outre, les dossiers criminels commis contre l’humanité dans la ville de Khojaly et la question du génocide de Khodjali ont été discutés lors de la septième session de l’Union parlementaire des pays membres de l’OCI tenue à la ville de Palembang de l’Indonésie les 24-31 janvier 2012.

En conséquence, nous pouvons montrer le point 15 de la résolution n° 15 – PE/7 – CONF adoptée par l’union parlementaire des pays membres de l’OCI sur l’agression de la République d’Arménie contre la République d’Azerbaïdjan, qui reflète également le génocide commis dans la ville azerbaïdjanaise de Khodjali:

N° 15. “La conférence … à partir de 2012 (20èmes commémorations de la tragédie) appelle les parlements des pays membres de reconnaître la date « le 26 février 1992 » adéquatement l’abattage de masse comme un acte de génocide commis contre les civils azerbaïdjanais par les forces armées de l’Arménie et exige la condamnation des auteurs qui ont menés « le massacre de Khodjali ».

 Dans cette question, l’Azerbaïdjan a besoin de se rapprocher des États membres stratégiques de l’Union parlementaire de l’OCI et ma proposition repose sur l’idée laquelle l’OCI appelle ses pays membres pour faire connaître le génocide de Khodjali commis contre l’humanité, d’intensifier les efforts pour la résolution du problème de Haut-Karabagh, et à parvenir aux résultats concrets plus possible dans le cadre de l’union parlementaire de l’OCI .

Comme nous le savons, l’Indonésie a exprimé son mécontentement lorsque l’Arménie voulait ouvrir son ambassade en Indonésie. Est-ce que cela a été lié à l’attitude de l’Indonésie sur le problème du Haut-Karabagh et les relations entre l’Azerbaïdjan et l’Indonésie? En général, la diaspora arménienne a-t-elle d’une activité en Indonésie ?

 

L’absence de l’ambassade arménienne à Jakarta est liée à des problèmes techniques temporaires de la république d’Arménie. Serj Sarkissian, le président arménien n’a déclaré que le nom du candidat désigné pour l’Ambassadeur d’ Arménie en Indonésie. C’est Mme Anna Agacanyan.

 J’ai entendu que, l’équipe d’enquête du gouvernement de l’Arménie est en cours de rechercher un endroit pour ouvrir l’ambassade d’Arménie à Jakarta et elle doit être ouverte probablement cette année à Jakarta.

 Mais le parlement d’Indonésie, la première commission de la Chambre des représentants du peuple et les dirigeants de la Chambre des représentants du peuple, sur la base de la position de l’Indonésie par rapport au problème de Haut-Karabakh et du génocide de Khodjali, on a fait une demande au gouvernement d’Indonésie sur l’abolition de l’ouverture de l’Ambassade d’Arménie à Jakarta.

 L’essence de notre position est inchangeable par rapport à la question du génocide de Khodjali et le Haut-Karabakh , et celle-ci est basée sur les principes de paragraphes 1-4 de la Préambule de la Constitution de la République d’Indonésie, qui condamnent tous les actes d’agression et de conquête, qui est pour la participation à l’ordre mondial  fondé sur la liberté, la paix et la justice sociale.

 Les plans d’ouverture de l’Ambassade arménienne à Jakarta en 2014 ne seront pas changés la position juste ou les politiques de l’Indonésie concernant sur le problème du Haut-Karabakh et le génocide de Khodjali. Donc, l’Indonésie soutient des nombreuses résolutions 62/ 243 concernant sur  “la situation dans les territoires conquis de l’Azerbaïdjan”, adoptées en 2008 par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (l’ONU), et les quatre résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que la résolution numéro 15-PE/7-CONF nommé «l’agression de la République d’Arménie contre la République d’Azerbaïdjan» de l’union parlementaire des Etats membres de l’OCI .

 Comme nous le savons , la résolution n° 62/ 243 de l’Assemblée générale de l’ONU (2008 ) confirme de nouveau le respect et le soutien de l’intégrité territoriale et de la souveraineté des frontières de la République d’Azerbaïdjan reconnues à l’échelle internationale, exige le retrait immédiat, complet et sans aucune condition de toutes les forces armées arméniennes sur les territoires occupés de la République d’Azerbaïdjan, et confirme encore une fois les droits inaliénables du peuple azerbaïdjanais chassés de leurs foyers.

 

Nous espérons que l’ouverture de l’ambassade d’Arménie à Jakarta ne risquait pas d’endommager les relations entre l’Indonésie et l’Azerbaïdjan.

 Quant à l’activité de la diaspora arménienne en Indonésie, nous n’avons aucune information officielle jusqu’à présent sur combien d’arméniens font des activités en Indonésie. Mais pour l’instant nous ne pouvons pas empêcher de citoyens arméniens  de venir à l’Indonésie, qui est ouverte à la mondialisation et à la libre-échange dans le monde, avec les objectifs de l’investissement aux entreprises, de l’éducation et de l’autre, parce que, bien que faible, il y a des relations diplomatiques entre la République de l’Indonésie et la République d’Arménie. Les relations diplomatiques entre la République d’Indonésie et la République d’Arménie sont assurées par l’ambassade de la République d’Indonésie située dans la ville de Kiev, en Ukraine, qui a été désigné pour l’Ukraine, la Géorgie et l’Arménie.

Votre dernier mot sur le règlement du problème de Haut-Karabakh et vos attentes pour la reconnaissance du génocide de Khodjali et pour notre interview…

 Le peuple d’Indonésie soutient pleinement la position juste et la lutte du peuple d’Azerbaïdjan concernant sur la question du génocide de Khodjaly.

 Nous espérons que, le peuple d’Azerbaïdjan succède dans cette lutte et que la République d’Azerbaïdjan restaurait pleinement l’intégrité territoriale, serait parvenu à faire condamner les coupables d’avoir commis le crime de génocide à Khodjali contre l’humanité, la République d’Azerbaïdjan comme un état souverain promouvrait également la paix et la prospérité pour son peuple dans tous les territoires appartenant à l’autorité d’Azerbaïdjan.

Nous remercions M.Tamerlan Garayev, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d’Azerbaïdjan en Indonésie de son soutien considérable pour la tenue de cette rencontre.

 

 

Elmar Iskandarov

Vice–président de l’Association des étudiants internationaux de l’Indonésie

 

“KarabakhİNFO.com”

 

12.03.2014 17:16

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*