Français

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?

21.01.2014 | 13:16

1390294758_1016542_671895786195847_1627687112_nDans le siècle passé il a eu lieu deux fois le réveil national  des peuples du Caucase gémi sous le despotisme. Le réveil, qui s’est tenu au début siècle, a été contre le Tsar de Russie, l’autre réveil, qui s’est tenu à la fin du siècle, a été contre l’Union soviétique. Mais tous les réveils de ces peuples, qui se lèvent à la lutte pour ses libertés, ont conduit à sang. Pour cela,  « le massacre de 20 janvier » est une expérience de terreur sanglante que l’Union soviétique est mené à Bakou. Mais en cherchant des causalités objectives et subjectives du massacre,  il soit clair que,  cet événement ne pouvait pas se passer. Ca veut dire, il était possible de l’empêcher. Les gens, qui appellent le Peuple à la place, n’ont fait aucuns efforts à travers ça. Au contraire il a été clair que, ces types gens ont été les « mains » numéro 1 de Moscou à Bakou.

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?La députée Kamila Aliyeva a partagé ces opinions lors de l’entretien au « KarabakhINFO.com » la revue électronique internationale. Selon les mots de K.Aliyeva il a été écrit une page la plus sanglante de l’histoire contemporaine de l’Azerbaïdjan : « l’Armée soviétique a mené avant 24 ans un massacre et une terreur sanglante envers le Peuple d’Azerbaïdjan se levant à la lutte pour la liberté. On pouvait empêcher cette tragédie sanglante dans cette époque ». Selon les opinions de la députée il y avait encore une politique arménienne derrière le lancement de tragédie. L’histoire de cette tragédie a commencé dès la fin des années 1980 et le lancement de doubles standards par la politique pro-arménienne des dirigeants de l’autorité soviétique repousse pour que les arméniens revendiquent de nouveaux territoires contre l’Azerbaïdjan. Le massacre de 20 Janvier a été le point culminant de ces événements ».

Selon K. Aliyeva, si 20 Janvier est une tragédie, mais nous ne devrions pas pleurer ce jour : « nous devons être plis solide ». Parce que c’est notre histoire marqué par l’héroïsme de notre peuple. Le dirigeant national du Peuple d’Azerbaïdjan Heydar Aliyev avait dit : « On oublie pas les martyrs». Le sang des martyrs ne tombera pas en terre. J’espère que, notre Haut Karabakh et sept régions annexées seront être libérés  sous la présidence du Commandant suprême des forces armées et l’esprit des martyrs se sentiront heureux. Dieu bénisse tous les martyrs ».

« La dignité morale du Peuple a été jeté sous les pieds de l’Empire par  les gens qui appellent le Peuple sur les faits de spéculations à la lutte pour la liberté »

 

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?Selon les opinions du politologue Zardusht Alizada, cet événement a été le composant d’une opération complexe de services de renseignement de Moscou de faire entrer les agents au mouvement de la place et à la mafia de parti : « J’ai dit les plusieurs fois que nous devons éviter du modèle de Tbilissi.    Dans la lutte pour l’exercice du pouvoir le Peuple s’est levé à la lutte  par les slogans mensongers, en revanche les provocateurs laissent le peuple sous les pieds de la machine répressive de l’Empire soviétique ».  Selon ses points de vue,  Moscou a voulu qu’ils écrasent le mouvement populaire : Moscou possède des moyens à mener ces opérations. Mais nos moyens ont été restreints dans la même époque. Par ex : j’ai été un travailleur scientifique ordinaire à l’Académie de Sciences de la République d’Azerbaïdjan. Mon attitude m’a permis de dire mes opinions au Conseil d’administration. Si la plupart des membres du Conseil d’administration avaient été des agents du parti dirigé l’Azerbaïdjan plus de 70 ans, d’autre partie des membres ont été stupides. Je n’ai pas été capable leur persister. Imaginez que, un mécanisme d’ignorance du peuple et de l’autorité d’Azerbaïdjan et de Moscou a fonctionné contre moi. C’est pourquoi tous ont été inévitables ».

Z.Alizade a évoqué que, les dirigeants du Front populaire d’Azerbaïdjan(AXC) s’oriente rationnellement le Peuple vers la direction du massacre : On le savait, on le fait pour quel raison. Ils ont pensé qu’ils vont profiter de cette situation. Mais les scénarios des événements se sont poursuivis de cette manière, enfin ils sont arrivés au pouvoir pour un an. Mais en revanche une grande pierre a tombé sur la tête du Peuple qui tente de sortir de ce grave problème. Regardez, voici une  conséquence celle que le Haut Karabakh a été occupé. Il y avait des trompeurs et des gens qui se lèvent le Peuple. Ils ont été des fraudeurs politique tous ensemble.

«Le Peuple d’Azerbaïdjan est uni dans le sang de 20 Janvier »

 

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?Le politologue Dzhumshud Nuriyev a fait savoir au « KarabakhINFO.com » revue électronique internationale que, Michail Gorbachov a parvenu à établir d’un affrontement ethnique à l’échelle politique. Au début des années 90, il y a avait des puissances qui ont tenté d’arriver au pouvoir et d’autres puissances clientélistes remplissent les ordres de l’extérieur. Ces éléments ont montré au cours des événements passés au début du janvier à Bakou. Ici, ils ont commis les provocations au 13 janvier. Ensuit, le Conseil de la défense nationale a été créé. Ils ont obligé de poursuivre la derrière des événements à l’encontre d’anticiper les conséquences de ces événements. Chez-eux les intérêts personnels ont été préférés plus qu’intérêts nationaux.Ca veut dire que, ces gens ont obligé d’accomplir les commandes des autres. De toute façon, il a été impossible d’empêcher au massacre mené à Bakou. L’ampleur de ce crime horrible pouvait être réduite. Ils auraient pu tuer pas 130 personnes, ça pouvait être deux fois moins que ces chiffres. 630 personnes n’avaient pas blessé, il pouvait être 100 personnes ».

C.Nuriyev a souligné que, nous avons pu mettre en évidence notre volonté en tant que peuple : « Le Peuple d’Azerbaïdjan a du unir, enfin il est uni au sang du 20 Janvier. Mais malheureusement nous avons besoin de ce  type de sangs de temps en temps. Nous avons besoin de même sang au Haut Karabakh pour que ce peuple  se rassemble de nouveau à un point.

A son avis, la cause des événements du 20 Janvier est liée à la négligence de l’opposition en Azerbaïdjan et en même temps le manque de leur capacité de gouverner le peuple : «Ces événements sont maintenant montrés sans ambiguïté que l’opposition azerbaïdjanaise traîne derrière le peuple d’Azerbaïdjan. Mais  le Peuple d’Azerbaïdjan n’étaient pas sages, alertes, intellectuels que maintenant. Et aussi n’était pas patient. Nous sommes plus patients envers les événements à l’encontre d’être patient aux relations entre nous-mêmes. C’est un élément dangereux de notre caractère. L’Azerbaïdjan a subi une perte comme Karabakh, mais les patients sont encore … “

“Les militants de la place du mouvement pourraient avoir empêché la tragédie du 20 Janvier en faisant des efforts sérieuses “

 

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?Lors de son entretien avec nous, Gabil Huseynli,commentateur politique, a souligné qu’alors le peuple d’Azerbaïdjan a été assez actif dans la même époque: « À la fin des années 1980, les arméniens se sont préoccupés du séparatisme dans le Haut  Karabakh. Le Peuple d’Azerbaïdjan a bien compris que c’est Moscou qui incite les arméniens à effectuer ces actes séparatistes. En général, Moscou voulait diviser l’Azerbaïdjan. Par conséquent, le mouvement de libération nationale dirigé dans deux directions : le séparatisme arménien et l’incitation de ces actes par Moscou ».

Selon G. Huseynli dans le cas auquel le massacre de 20 Janvier n’aurait pas eu lieu que le peuple serait resté indifférent face aux crimes commis contre lui : «Et alors le massacre de 20 janvier n’aurait pas eu lieu. Mais  le peuple d’Azerbaïdjan non seulement a mis en évidence son identité nationale et sa dignité et en revanche  l’Azerbaïdjan a été considéré à la suite de la lutte de la libération nationale comme « le Peuple de l’année » par l’Organisation des Nations Unis(ONU). C’est pourquoi il faut regarder aux événements du 20 Janvier comme un processus historique naturel, qui devrait avoir lieu sans aucun doute. “

Est-ce qu’on pouvait empêcher la « tragédie de 20 Janvier » ?Ulvi Kazim, jeune politologue et vice-président du bureau central de la Chambre européenne en Azerbaïdjan sur les questions de relations diplomatiques et internationales, considère que pendant cette période si les dirigeants du mouvement avaient été plus vigilants et éveillés, nous avons eu moins de pertes. ” Seuls les dirigeants du mouvement à cette époque auraient pu empêcher la tragédie du 20 Janvier en faisant des efforts” a  t-il ajouté.

U. Kazim a informé à notre revue en ligne l’événement le 20 janvier est un exemple marqué par l’héroïsme de notre peuple: « En 1990, les dirigeants de l’empire soviétique a préparé un plan de massacre afin d’étouffer le mouvement populaire et de fermer la voie de l’indépendance de l’Azerbaïdjan. Les dirigeants de l’Union soviétique sous la présidence  Gorbatchev a décidé de noyer dans le sang de Bakou, centre du intense mouvement de libération sur le territoire de l’URSS, pour empêcher la destruction de l’URSS et ” donner une leçon ” à d’autres peuples proclamés leur liberté. Mais l’empire soviétique  n’a pas parvenu à étouffer le mouvement de libération du peuple d’Azerbaïdjan avec ses actes sanglants. Le peuple azerbaïdjanais a appris une leçon de cette tragédie, malgré tous les événements ils ont  unis plus étroitement et ils sont venus sur la voie de l’indépendance. “

Fuad Huseynzadə

 

“KarabakhİNFO.com”

21.01.2014 13:16

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*