Français

Farid Chafiev: “Une des directions principales de l’activité de l’ambassade est le rapport de la vérité sur l’Azerbaïdjan”

12.03.2014 | 17:25

1394630542_1394024496_governor-general-gg2009-0414-005L’interview exclusive de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Azerbaïdjanaise au Canada, monsieur Farida Chafieva à la revue électronique “KarabakhİNFO.com”.

 

– Monsieur l’Ambassadeur, comment vous estimez les politiko-échanges économiques entre l’Azerbaïdjan et le Canada ?

 

– On peut caractériser les relations existant à présent bilatérales entre l’Azerbaïdjan et le Canada, en tout comme amical. Cependant, en estimant la partie politique, il est nécessaire de marquer que le Canada ne manifeste pas l’attention suffisante aux procès géostratégiques se passant dans la région caucasienne sud et ne joue pas le rôle du joueur “actif”.

 

Quant aux liens commerciaux et économiques, je veux déclarer que ces quelques dernières années le volume de l’échange commercial mutuel en comparaison des années passées a augmenté considérablement. Selon les paramètres officiels statistiques, le volume de l’échange commercial de l’Azerbaïdjan avec le Canada a fait 497 millions de dollars canadiens, mais comme les années passées, la partie principale du commerce mutuel sont faites par le pétrole et l’exportation des produits pétroliers. L’ambassade, tâche de développer à son tour les relations commerciales dans d’autres secteurs du commerce.

 

 – Par quel se voient du Canada l’effort de l’Azerbaïdjan joint pour la libération de Karabakha Montagneux de l’occupation ? Comment on perçoit ces actions par les cercles officiels du Canada ?

 

– Une des directions principales de l’activité de l’ambassade est le rapport jusqu’à l’opinion publique canadienne de la vraie vérité sur le conflit arménien-azerbaïdjanais, y compris la position juste de l’Azerbaïdjan. En particulier, à partir du temps de l’activité de l’ambassade au Canada en 2004 on accorde à cette tâche l’attention spéciale. Pendant les rencontres avec les représentants du gouvernement canadien et le parlement on accorde à l’attention de la partie opposée l’information détaillée sur l’Azerbaïdjan. Se réalisent par ailleurs les unions intimes avec les cercles scientifiques du Canada, au moyen de qui nous tâchons de former parmi les cercles académiques l’opinion objective et impartiale.

 

Il est nécessaire de marquer que le Canada reconnaît l’intégrité territoriale de la République Azerbaïdjanaise et ne reconnaît pas le régime illégal séparatiste, en outre est la fervente le règlement de paix du conflit et la suite des négociations dans le cadre du groupe De Minsk d’OSCE.

 

– Si sur l’affaire la diaspora arménienne est forte ? Dans quoi leur force ? Quelles positions ont les Arméniens dans la société canadienne ?

 

Farid Chafiev: "Une des directions principales de l'activité de l'ambassade est le rapport de la vérité sur l'Azerbaïdjan"– La diaspora arménienne du Canada est bien organisée, ont de nombreuses tasses, les sociétés de bienfaisance, les églises. Cependant je trouve “l’influence du lobby arménien” un peu gonflé. À mon avis, parmi les politiques canadiens et la société en tout, prédomine l’approche prudente. Ici les paroles vont non seulement sur la relation aux problèmes de notre région, а sur l’intervention des lobbies ethniques dans la politique étrangère du Canada et ainsi la cause du dommage à l’autorité politique et les intérêts économiques du pays.

 

Naturellement, il y aura toujours certains politiques, qui tâcheront d’obtenir les voix ethniques, en calmant les groupes radicaux des communautés ethniques. Mais même ces voix restent en suspens et agiront peu probablement sur les résultats finaux. Je veux citer l’exemple de l’étude du membre de la communauté azerbaïdjanaise, publié aux médias électroniques, où était prouvé que sur les dernières élections fédérales 2008 et 2011 de la voix de la communauté arménienne n’ont pas pu changer le résultat final des élections. Le lobby arménien, en poursuivant les ressources financières des membres de la communauté, répandent l’information sur “de nombreux succès”, bien qu’en fait cela ne corresponde pas à la réalité. Si la diaspora arménienne a pensé à la pauvreté de l’Arménie et ses problèmes démographiques, mettrait en relief les finances de cette branche, ce serait une réellement bonne affaire.

 

– Comment monsieur l’ambassadeur estime l’activité de la diaspora azerbaïdjanaise ? S’il y a des relations de l’ambassade avec notre diaspora ?

 

– Selon une diverse information près de 3 – 5 mille nos compatriotes vivent constamment dans le Canada. Outre cela vivent ici près de 50 mille les Azerbaïdjanais qui sont arrivés de l’Iran de la Russie et d’autres pays. La plupart d’eux ont été peuplés dans de grandes villes, comme Toronto, Montréal, Vancouver, Kalgari. Malgré la grande distance, nos compatriotes ont gardé les liens à la Patrie. Ils font la propagande au Canada de la culture azerbaïdjanaise, l’histoire, l’art. À cette fin dans ces villes fonctionnent près de vingt organisations de la diaspora.

 

Ces dernières années dans l’activité de la communauté azerbaïdjanaise du Canada on observe l’activité. Pendant 2011 à l’initiative de nos compatriotes vivant à Ottawa on ouvrait l’école “Karabakh” de dimanche azerbaïdjanaise, а à Vancouver a commencé l’activité le centre intellectuel azerbaïdjanais. À Toronto la jeunesse et les étudiants conduisent le travail actif. À Kalgari et Montréal on fait aussi les actions correspondantes. En tout, les membres de la communauté azerbaïdjanaise acceptent la participation active aux actions passées par l’ambassade aux jours fériés et les jours de la mémoire.

 

L’ambassade donne aux relations avec la communauté azerbaïdjanaise l’importante signification. Ces dernières années nous avons obtenu les succès définis dans la création des mécanismes de la coordination entre les organisations de la diaspora, ainsi que la bonne organisation de nos compatriotes. À la suite de l’activité commune de la communauté azerbaïdjanaise étaient organisés ces dernières années une série d’actions – les marches et les meetings consacrés au génocide Khodjali, le 31 mars, le jour du génocide des Azerbaïdjanais. Je veux souligner que dans l’activité commune des organisations de la diaspora le rôle exclusif est joué par la jeunesse azerbaïdjanaise vivant au Canada. En raison de cela nous avec certitude et l’espoir regardons l’activité fructueuse de la jeunesse dans l’affaire de l’organisation du travail de la diaspora.

 

– Déjà combien d’années sont faites un grand travail de la reconnaissance du génocide Khodjalinsky dans le monde. Nous savons que la structure confiée à vous a passé assez d’actions dans cette direction. Si on informe la population locale du Canada des événements Khodjalinsky, карабахских les événements en tout ?

 

– Comme j’ai marqué plus haut, la direction principale de l’activité de l’ambassade est le rapport jusqu’à l’opinion publique du Canada de la vérité sur l’Azerbaïdjan, y compris l’information authentique sur le conflit arménien-azerbaïdjanais.

 

Au cours des dernières années à la suite du travail de l’ambassade avec lesmagistrats du Canada l’acier de la demande du génocide Khodjalinsky, sonnant de la tribune du parlement du pays. Dans le sceau canadien on publie régulièrement les articles reflétant notre position juste.

 

2014 est devenu significatif du point de vue увековечивания les mémoires des victimes de Khodjaly au Canada. Dans un des parcs centraux de Toronto “Harbour Square Park” on mettait les arbres en l’honneur de la mémoire aux victimes du génocide. Devant l’arbre on fixe la table avec les mots “la Mémoire des victimes de Khodjaly”. Outre cela un autre succès signifiant de la diffusion de la vérité Khodjalinsky dans le Canada est signé à Kalgari en février 2012 le maire la lettre sur la reconnaissance du génocide Khodjali.

 

Farid Chafiev: "Une des directions principales de l'activité de l'ambassade est le rapport de la vérité sur l'Azerbaïdjan"De plus aux jours de l’anniversaire du génocide Khodjalinsky les marches des Azerbaïdjanais vivant en Canada et les étudiants enseignant devant le parlement du Canada ont accepté le caractère traditionnel. Ces actions jouent le rôle exclusif dans l’information des politiques et l’opinion publique du Canada sur le génocide Khodjalinsky et l’activité commune de l’ambassade et la diaspora azerbaïdjanaise ont la signification décisive.

 

L’ambassade de l’Azerbaïdjan au Canada aux fins de la diffusion de la vérité sur le génocide Khodjali et le conflit arménien-azerbaïdjanais organisera périodiquement de diverses conférences scientifiques. Par exemple, la dernière action semblable a été la conférence consacrée au 130 anniversaire Magomed Emina Rasoulzade, qui a passé à l’Université Karlton. Au cours de la conférence la présentation du livre du journaliste suisse André Vidmera “a passé le conflit Oublié : 20 ans après la guerre dans Karabakhe Montagneux”.

 

Je peux marquer aussi la photo-exposition sur les monuments détruits historiques sur les territoires occupés de l’Azerbaïdjan organisé à l’université d’Ottawa et la présentation du journaliste connu américain et le professeur Tomasa Gol’tsa sur le conflit.

 

On passait en même temps la présentation du livre du journaliste canadien Skotta Taylor “les différences Irréconciliables : la Turquie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan”. Dans le livre donné on reflète l’information objective sur le conflit arménien-azerbaïdjanais et on dénonce la politique usurpatoire des Arméniens.

 

 

“KarabakhİNFO.com”

 

 

12.03.2014 17:25

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*