Français

Firenguiz Mutellimova : « Choucha ne peut pas respirer sans nous »

03.07.2014 | 09:51

1399535564_1399532983_10345110_1486317161582656_1111802970_nDepuis 22 ans, les arméniens, nos ennemis odieux, ont occupé Choucha, l’une des pittoresques villes de l’Azerbaïdjan. Le peuple de Choucha se souvient de nouveau de ces jours de l’histoire. Firenguiz Mutellimova, l’actrice et l’Artiste du Peuple, a partagé ses souvenirs avec le revue électronique international Karabakhinfo.com : « L’air frais de Choucha me manque davantage. Lorsqu’il y neigeait, toutes les plaines étaient couvertes par une beauté extraordinaire. Croyez-moi, c’était paysage magnifique. Je me souviens, nous attendons toujours la fonte de neige. Pourtant, même au mois de mai, il restait des glaces dans les certains places. Je me souviens de chaque rue, de chaque quartier de Choucha.

À cette époque, j’étais un enfant, je ne percevais pas. Je pensais que Choucha a été couverte par le brouillard. En effet, c’est le nuages qui passaient à coté de nous. Depuis longtemps, je n’ai pas vu la grêle. Il grêlait souvent à Choucha. Lorsque nous étions enfant, cette précipitation a plusieurs fois débridé notre tête. Depuis longtemps, je n’ai pas vu l’arc en ciel. İl y avait des fortes pluies. Après ces pluies, l’arc en ciel était apparu. Nous aimions le regarder pendant des heures ».

Les fêtes de Choucha…

Selon Firenguiz Mutellimova, les fêtes de Choucha étaient un plaisir extraordinaire. À Choucha, on se préparait pour le dernier Mercredi (il y a quatre mercredis dans la fête Norouz) d’une manière très excitée :  «  Je me souviens, lorsque j’étais au dixième année de l’école, je me suis habillée les pantalons de mon frère , je me suis dessinée une moustache et je suis partie effectuer les coutumes de la fête avec mes copines. Ici, on utilise des chapeaux pour les coutumes. Cependant, à Choucha il y avait des sacs spéciaux. Selon la coutume, on mettait ces sacs devant la porte d’une personne quelconque afin de demander un partage des nourritures de la fête. On mettait tellement de saveurs dans ces sacs… Je ne partageait pas. Je me souviens que lors de cette fête de Norouz, je me suis fait bien frappée ».

La cuisine de Choucha

L’actrice a également ajouté que le peuple de Choucha possède une cuisine unique : « si l’on allait préparer la dinde, on l’enterrait sous la neige et puis on la cuisinait. Ce procédure ajoutait un goût spécial au repas préparé. Le peuple de Choucha servait des pickles ayant un goût spécifique. On les appelle différemment à Bakou. On pouvait trouver le pickles rouge ou rose de chou chez tous les habitants de Choucha. Le pilaf à l’aneth, le dolma de chou avait un goût unique. On dit que si vous voulez manger un bon dolma de chou, venez à Choucha. Même aujourd’hui, je prépare les plats appartenant à Choucha. Ainsi, tous mes invités me demandent de préparer ces saveurs ».

Selon notre interlocuteur, Choucha ne peut pas respirer sans eux. Ainsi, le peuple de Choucha ne peut pas rester sans Choucha. Un jour, ce peuple rentrera dans leur plaine maternelle.

Gunel Jelil

“KarabakhINFO.com”

03.07.2014 09:51

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*