Français

“Il a été demandé d’aller voir sa famille. Pourtant…”

01.05.2014 | 11:26

1398928960_1397542120_img_0395« Je suis incroyablement fière que, je suis les traces de mon père ».

Depuis la fin du siècle précèdent, les arméniens qui ont les revendications territoriales non seulement au Haut-Karabakh,, mais aussi à la République autonome de Nakhtichevan, se sont mis à attaquer à celle-ci. Convoitant toujours notre territoire, nos voisins agressifs ont toujours été traités de la manière la plus digne par les azerbaïdjanais Ils se sont battus jusqu’à la fin et ont sacrifié leurs vie pour la patrie. Leur objectif principal est de protéger la patrie des attaques et conquêtes. 

L’héros  national Meherrem Seyidov est l’un des hommes courageux qui a été martyrisé pous son amour  de la patrie. Il est né le 7 septembre 1952 dans le village Alichar du district Cherur. M.Seyidov comme un capitane de police s’est battu d’une manière désintéressée dans la défense de Sederek, Kerki et d’autres régions.  Le 19 janvier 1990, Il a fait preuve d’une prouesse extraordinaire afin empêcher les attaques des arméniens  envers Sederek. M.Seyidov s’est rejeté dans le combat pour sauver ses camarades qui ont été entourés par les arméniens et il a réussi à leur sortir du siège. Malheureusement, lors de ce combat, il a été martyrisé. Le 6 juin 1992, M.Seyidov est nommé ‘l’Héros national’ et enterré dans l’Allée des Martyrs , à Cherur. Actuellement, une rue porte le nom du Héros national en son honneur et un buste à Cherur. L’école secondaire de la ville porte également son nom.
« il ne voulait pas partir à Bakou en laissant derrière lui ses compatriotes et sa patrie».
“Il a été demandé d'aller voir sa famille. Pourtant...”24 années ont passé depuis la mort de M.Seyidov, du père de quatre enfants… De nos jours ses enfants sont ses traces. Le rôle de leur mère, de Cheker Seyidova, est indéniable dans le choix de ses enfants. Certes, il n’est pas facile pour madame Seyidova de porter la responsabilité de 4 enfants sur ses épaules. Lors de l’entretien avec nous, madame Seyidova s’est rappelée  ces jours douloureux et nous a dit que trois jours avant sa mort il était sur le champ de bataille :  « J’espère que personne n’aura  de tels jours douloureux dans son destin. Mon mari était adjoint de la division de sécurité. Il participait souvent aux combats.
3 jours avant sa mort, il s’est également engagé dans une bataille. Il a été demandé d’aller voir sa famille. Pourtant, il n’est pas venu ». 
Madame Seyidova évoque que son mari ne tirait jamais lorsqu’il était allongé : « il tirait toujours debout. On lui a plusieurs fois prévenu de ne pas se battre debout. Il disait toujours qu’il était seyed et il  ne se baisserait jamais devant les bulles des arméniens. Une fois je lui ai dit qu’il participait trop aux batailles… Je ne pourrait pas élever 4 enfants. Je lui ai proposé de partir à Bakou. Croyez-moi, il m’a pas parlé pendant une semaine. Il était un homme courageux et attaché à sa famille.Il ne voulait pas partir à Bakou en laissant derrière lui ses compatriotes et sa patrie. Ma belle-mère disait qu’elle lui avait donné la vie pour la patrie et non  pour elle-même… Enfin, il a été martyrisé pour la patrie. Dieu ait pitié tous les martyrs. Dieu donne la patience à ses parents, familles, femmes et à d’autres personnes qui les aiment ».
Madame Seyidova a évoqué qu’ils sont toujours soutenu par le gouvernement et il est indéniable le rôle de Ramil Oussoubov, le ministre des affaires intérieures,  dans l’éducation de ses enfants : « Je ne pourrais  pas prendre toute seule la charge de quatre enfants. Le leader national Haydar Aliyev et le ministre des Affaires intérieures Ramil Oussoubov ont maintenu l’éducation de mes enfants. Aujourd’hui, je remercie au Président Ilham Aliyev, puisqu’il fait toujours attention aux familles des martyres ».
« Comme mon père, j’aime mon métier ». 
“Il a été demandé d'aller voir sa famille. Pourtant...”Rassim Seyidov, le fils du martyr et le major de police, Rasim Seyidov a également partagé avec nous les souvenirs relatifs à  son père. Il se rappelle le dernier départ de son père : « Mon père a tué beaucoup d’arméniens. Lors de son dernier départ, il était malade. Il s’allongeait près du poêle. Il a soudainement reçu un appel.  Les arméniens avaient attaqué à Sederek. Il était très heureux lorsqu’il a entendu qu’un fusil d’AK’ (Kalachnikov automatique) a été mis dans sa disposition. Il était heureux comme jamais. Il est gaiment parti. Toutefois, nous le connaissions comme un homme très sérieux. C’était la première fois que j’avais vu son visage souriant. Durant quelques jours, il a participé aux batailles. Il a été plusieurs fois demandé de rentrer chez lui. Mon père a répondu qu’il ne pourrait pas  se cacher  à la maison, lorsque les arméniens attaquaient sa patrie. Il est resté dans le siège pendant un jour. Plus tard, il a été  très difficilement évacué du siège. Ainsi, il était blessé. Mon père avait tué beaucoup d’arméniens. C’est pourquoi, les arméniens tentaient toujours de l’assassiner. Les camarades de mon père raconte qu’il appelait toujours les arméniens par un sifflement. Dès qu’ils soulevaient leurs têtes, mon père tirait. Il maitrisait parfaitement le pointage ».
Rassim Seyidov évoque que son père a consacré les dernières années de sa vie à la guerre : « il était professionnel, donc il pensait uniquement à la guerre. Il ne restait pas à la maison, en revanche, mon père participait toujours aux combats. Il avait beaucoup d’amis. Tout le monde le respectait. Il avait une bonne personnalité ».
R.Seyidov nous a dit qu’il était fier de son père et attendait le commandement du Commandeur Suprême afin de partir aux zones de guerre :  « Je suis incroyablement fière que je continue le chemin de mon père. Je suis fier d’être le fils du héros national. Comme mon père, j’aime mon métier. Si le Commandeur suprême commande de faire la guerre, je serai le premier de notre famille qui s’engagerai dans les batailles. Je me battrai de tout mon cœur afin venger pour mon père et de tous les martyres ».
Fouad Husseyinzadé 
“KarabakhİNFO.com”
01.05.2014 11:26

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*