Français

« Je suis prête de prendre l’arme et de m’engager dans guerre »

08.05.2014 | 17:32

1399555467_1399549548_20Choucha est l’une des plaines pittoresques de l’Azerbaïdjan. La ville a été fondée au XVIII siècle par le khan du Karabakh, Penahali khan. À cette époque, Choucha avait l’importance stratégique-militaire.Ainsi, cette ville était également le centre économique-politique, culturel du khanat de Karabakh. Elle se développait. Auparavant,en honneur du khan, cette ville était également appelée Panahabad. Lors de la puissance de Panahali khan et de son fils Ibrahikhalil khan, les barrages de défense et les forteresses ont été construits dans la ville. Pendant les guerres féodales, Choucha a été défendue grâce à ces constructions.

La ville nommée ‘le conservatoire de l’Est’ est la patrie de plusieurs musiciens, des grands compositeurs, des khanandas et des chefs d’orchestre comme Jabbar Garyagdioglou, Gourban Pirimov, Bulbul, Seyid Chouchinski, Khan Chouchinski, Rachid Behbudov, Uzeyir Hajibeyov, Niyazi, Fikret Emirov, Suleyman Elesguerov. Le grand homme de littérature et le pédagogue Firoudin bey Kotcherli, les écrivains connus Suleyman Sani Akhundov, Ebdurrehim bey Hakverdiyev, Nejef bey Vezirov, la poète Khurchidbanou Natavan, le poète Gassim bey Zakir, l’artiste Toghroul Narimbeyov, le sculpteur Jalal Garyagdi et d’autres personnalités sont nés dans cette plaine merveilleuse.
Malheureusement, aujourd’hui nous ne pouvons pas aller à Choucha, manger ses fruits, boire son eau..
« Je suis prête de prendre l'arme et de m'engager dans guerre »Le 8 mai 1992, les arméniens, nos voisins repoussants qui convoitent toujours notre richesse, ont attaqué à Choucha et ils l’ont occupé. Par conséquent, 200 personnes ont été martyrisés , 150 personnes ont été handicapés, 552 enfants sont devenus orphelins, 22 milles personnes sont devenus réfugiés, notamment, 200 monuments historiques, 2 sanatoriums, les maisons des personnalités connues, le centre touristique à 70 places, l’internat à 1200 places ont été détruits. 22 ans ont passé depuis l’occupation de Choucha. Les jeunes d’aujourd’hui qui sont nés à Choucha ne se souviennent pas clairement de cette ville. Comme certains d’entre eux étaient bébé, ils ne se souviennent rien de leur patrie. Certes, il y a des jeunes qui sont d’origine de Choucha, mais ils ne sont pas nés à Choucha. Ils essayent d’imaginer la ville à partir de souvenirs racontés par leur famille et d’y voyager dans leurs rêves. Nezaket Teymurova, la khananda, regrette beaucoup de ne pas voyager à Choucha. Pourtant, elle est née à Aghdam. Madame Teymourova a appelé cette ville l’oeil de l’Azerbaïdjan. Elle a également ajouté que Choucha est la patrie des intellectuels, des artistes :

22 ans ont passé depuis l’occupation de Choucha. Qu’est ce que vous pouvez dire à propos de cette ville ? 

Je ne suis jamais été à Choucha. Je regrette de ne pas visiter cette ville. Il est très difficile de parler de Choucha, de la décrire par les mots.. Choucha était notre œil. Elle possédait un climat extraordinaire. Chaque fois que je ferme mes yeux, je me souviens du Karabakh. Malheureusement, je suis incapable de décrire ces beautés. Car, les mots sont impuissants devant ces beautés.

«  les sommets de Choucha sont brumeux » ce couplet est bien écrit. Même si vous n’avez pas été dans ce pays charmant, les montagnes de Choucha sont visibles d’Aghdam. Est-ce que ces montagnes ont laissé les traits dans vos souvenirs.
Les montagnes appariaient toujours colossales, merveilleuses. Les sommets des montagnes de Choucha étaient toujours brumeux. Cette chanson a été créée pour décrire la beauté, le paysage de ces montagnes… Les montagnes sont charmantes.

L’Azerbaïdjan est le pays des talents. En outre, il convient de noter que les plus grands intellectuels, musiciens sont originaires de cette région, du Karabakh. Quelle est la puissance de ce miracle ?
C’est le miracle de cette plaine. Les chanteurs originaires de Choucha ont toujours eu une voix unique. C’est pour quoi, le Karabakh est appelé le conservatoire. Certains de nos intellectuels sont d’origine de cette région. Je dis toujours que la patrie est une chose la plus précieuse. La patrie est irremplaçable. Elle est sacrée.

« Je suis prête de prendre l'arme et de m'engager dans guerre »Avec la khananda Aygun Bayramova, nous avons visité mentalement Choucha pour un moment.

Comment est ce que vous vous souvenez de Choucha ?
Il y a un trajet de 30-35 minutes d’Aghdam jusqu’à Choucha. Lorsque j’étais enfant, je me promenais à Choucha. Ce paysage fascinant a laissé des traits dans ma mémoire. Lorsque j’étais enfant, j’ai pris un rôle dans un film qui s’appelle ‘la patrie chantant’. Ce film a été tourné à Choucha. Elle était une forteresse imprenable. Pourtant… je ne sais pas… Jusqu’ici, je ne peux pas croire que Choucha et d’autres régions ont été occupées. Je suis sure qu’un jour nous retournerons à notre patrie, nous nous promènerons dans ses montagnes.

Les régions occupées ont été transformées en ruines par les arméniens. C’est un paysage qui fait mal au cœur..
C’est vrai que cela fait mal au cœur lorsque nous regardons la situation actuelle de notre régions sur l’internet. Nos territoires occupés ont été transformés en ruines. Je ne pense pas qu’ils porteront des fruits. Lorsque j’en parle, cela me rend sensible. Ces territoires fertiles ont été bouleversés par nos ennemis. Comme vous le savez, il faut beaucoup de temps pour grandir un seul arbre. Les arméniens sont une nation immonde. Ils nous ont donné un coup sur le dos. La guerre qui a été lancée depuis 1988 a causé la perte de nos territoires. Ceux-ci sont des terres très fertiles. Comme un citoyen azerbaïdjanais et comme une personne du Karakabkh, je commémore avec une tristesse l’anniversaire de l’occupation de nos territoires, mon cœur saigne. Je me souviens de ces bons jours, avant l’occupation de Choucha, du Karabakh..

Comment est ce que vous vous souvenez des montagnes magnifiques, des jardins verts ?
Choucha était toujours devant mes jeux. Je regardais les montagnes magnifiques de notre maison à Aghdam. Il y avait des fontaines glaciales. Il n’était pas possible de les toucher. En particulier, durant le temps chaud, nous venions à Choucha afin de balader dans les montagnes. Nous visitions également Choucha pour faire les courses. Lorsque j’étais soliste des ‘rossignols du Karabakh’, les réalisateurs étaient venus de Bakou pour tourner un film. J’étais une petite fille. Ils ont filmé les montagnes, la couverture des montagnes par le brouillard, les forêts denses. Même si j’étais enfant, je me souviens bien de ces jours. Aujourd’hui, je suis très triste que nous n’avons pas ces magnifiques plaines. Je pense que cette situation est temporaire. On voit bien leur niveau de vie. Leur situation sociale, leur croissance, leur économie sont dégradées.
Quand est ce que vous avez visité Choucha la dernière fois ?
Deux ans avant l’occupation j’ai visité la dernière fois Choucha. Je suis sure que nous retournerons nos territoires grâce à notre armé puissante.  Je suis prête de prendre l’arme et de m’engager dans guerre afin de libérer nos territoires.
Nigar

“KarabakhINFO.com”

 

 

08.05.2014 17:32

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*