Français

« Jusqu’à la fin, la population de Latchine était là où ils devaient être ».

20.05.2014 | 11:58

1400569401_1400306970_rauf11“Le policier qui s’est battu au nom de Latchine : « à cette époque, mon père et ma mère ont attendu mon cadavre pendant trois jours ».

22 ans passent depuis l’occupation de Latchine par la force armée arménienne. Au 18 mai 1992, l’armée arménienne a occupé Latchine en attaquant par les villages Tourchou de Choucha et la région Goris de l’Arménie. Latchine situant dans le Sud-ouest dans la région montagneuses a des frontières avec Kelbejer dans le nord, Choucha dans l’est, Goubadli dans le sud et l’Arménie dans l’ouest. Sa surface fait 1835 kilomètres carrés. Ainsi, jusqu’à l’occupation, la population atteignait 64 milles personnes.
Suite à l’occupation une ville et une cité, 120 villages sont passés sous le contrôle des ennemis. 264 personnes ont été martyrisées, 103 personnes ont été handicapées, 65 personnes ont été prises en otage. 18 enfants parmi 24374 enfants ayant moins de 16 ans de la ville ont été martyrisés. Ainsi, 225 enfants ont été handicapés, 31 enfants ont perdu leurs deux parents. 64 milles personnes sont réfugiées. 133 moyennes et grandes entreprises, 20 centres médicaux, 217 centres culturels et 40 monuments culturels et historiques, des dizaines d’établissements d’enseignement situant dans cette région sont actuellement sous l’occupation.
Raouf Genberov qui s’est engagé dans les combats au nom de Latchine en mai 1992, a parlé de l’occupation de la ville au revue électronique Karabakhinfo.com .
Pour vous informer, il convient de noter que Raouf Genberov est né au village Zabukh de Latchine en 1970. Lors des années 1988-1990, il était au service militaire. Après avoir terminé son service militaire, il a travaillé en tant que policier à Latchine.

Monsieur Genberov, comment est-ce que Latchine a été occupée?
Lorsque j’ai commencé à travailler en tant que policier, mon but principal était de protéger la patrie. À cette époque, les jeunes ont été privés d’entrer dans les champs de batailles. Ils ne nous ont même pas donné une arme, pour que nous puissions se protéger. C’est pour quoi, les jeunes de cette époque devenaient policier afin de protéger la patrie. Lors des années 1990-1992, la prouesse des policiers de Latchine a été connue par tout le monde. Pendant ces années, la police de Latchine était administrée par Akif Selimov, le chef actuel de la municipalité du district. La police de Latchine qui a obtenu assez de succès jusqu’à l’occupation, a été placée dans les postes de front. Ainsi, elle contribuait à Choucha et à Goubadli.

Dans les médias, on accuse la population de Latchine d’être lâche. Il est prétendu que les gens de Latchine ont laissé la patrie et ils se sont enfuis. Est-ce que vous êtes d’accord avec cette assertion ?
Depuis de nombreuses années, le cadre de Tchingiz Mustafayev, le journaliste décédé, où il dit ‘vous êtes lâches, vous êtes des femmes, vous vous en enfuyez’ est diffusé dans la télé. Ces mots n’ont rien à avoir avec le peuple de Latchine. Car, lors de cette prise de vue, il y avait seulement le peuple et la population de Latchine autour de l’opérateur. Aucun d’entre eux n’a pas trahi la patrie. Jusqu’à la fin, la population de Latchine était là où ils devaient être. Les gens de Latchine ne sont ni lâches, ni traîtres. Ils ont consacré toute leur force au nom de la défense de la patrie.

Après l’occupation de Latchine, quelles mesures est-ce que la police de la ville mentionnée a pris afin de libérer la patrie ?
En aout 1992, la police de Latchine a créé des quartiers dans certains villages du district qui sont situés près de Kelbejer grâce à la direction et à l’insistance d’Akif Selimov. Par la suite, les policiers ont mené l’armé nationale dans la direction de Latchine derrières eux. Au cours des mois de novembre-septembre, Latchine a quasiment été libérée. La récupération des villages Mollalar, Sousse, Kizilja, de l’élévation Merkiz, notamment le blocage de la couloir ont facilité la libération du district. Comme les policiers de Latchine, nous étions dans le premier rang. Nous avons libéré les positions stratégiques grâce aux attaques du service de renseignement. Nous avons récupéré l’élévation de Merkiz qui est connue comme la tour de télé. Par la suite, nous nous sommes avancés vers les villages de Sousse et Kizilja. En une nuit, ils ont retiré l’armé qui était derrière nous. Ils nous avons trahi encore une fois. Nous sommes sortis vivants du siège grâce aux efforts de l’Héros national, Oktay Guleliyev. L’elevation de Hojaz et les villages environnants ont été libérés à l’aide du plan d’Oktay Guleliyev.
Lorsque nous étions à l’élévation de Merkiz, nous avons commencé à nous avancer vers Latchine avec 7 chars en passant par le district Gorus. L’incident s’est produit dans le village de Zabukh (connu comme le village Zabukh, la valée Zabukh dans l’histoire). J’ai montré la position des chars à l’officier de l’armée sur la carte. Je lui ai donné les coordonnées des artilleurs par la radio-transmission. Je me souviens très bien. Nous avons reçu une réponse à travers la transmission-radio. Ils nou ont dit que c’était impossible de tirer ces coordonnées. Ces coordonnées étaient censément le territoire de l’Arménie. Ce n’était pas vrai. Ces coordonnées présentaient le territoire du village Zabukh de Latchine. Ensuite, en une nuit, l’armé a été retirée derrières la police de Latchine. Nous nous sommes impliqués dans le combat avec 7 chars. Nous étions quasiment à mains nues. Nous sommes sortis du siège et nous avons battu en retraite. Bien-sûr, il y a eu également des pertes.

Il y avait des martyrs parmi les policiers. Comment est ce-que votre famille percevait la diffusion de ce type des nouvelles ?
À cette époque, mon père et ma mère ont attendu mon cadavre pendant trois jours. Car, on leur a dit qu’il y avait des morts parmi les policiers. Le policier décédé était Edalet Mammadov. Notre force n’etait plus suffisante, même si nous sommes retourné et nous avons renforcé nos positions. Mes camarades comme Oktay, Edalet et les autres ont été martyrisés.

 

 

Gunel Jelil
“Karabakhinfo.com”

 

 

20.05.2014 11:58

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*