Français

La coulisse des protestes contre le rôle de la Turquie dans la résolution de conflit du Haut-Karabagh

04.11.2013 | 14:47

1383561771_1367053220_mansetLe secrétaire générale des Etats Unis John Carry dans son discours devant la chambre des représentants a déclaré que la Turquie va jouer un rôle constructif dans la résolution des conflits du Haut-Karabakh et de Chypre. Sa déclaration a attiré la critique du Congres Nationale Arméniens des Etats unis en l’accusant dans la provocation. Du point vu de l’Azerbaïdjan le rôle de la Turquie dans la résolution du conflit en tant qu’un pays voisin n’est pas négligeable. En même temps, la Turquie est un pays important pour l’Arménie. Alors, en quoi signifie ces protestes contre la Turquie ? On s’est adressé aux politiciens pour aborder cette question.  

 

La coulisse des protestes contre le rôle de la Turquie dans la résolution de conflit du Haut-KarabaghElchin Mirzabayli : « Il est prévu de nous faire accepter le statu quo actuel ».

 

Il n’y a aucune nuance dans la déclaration de John Carry pour susciter une telle protestation par les arméniens. Car en parlant des relations turco-arméniens dans son discours, il a souligne le rôle de la Turquie dans la normalisation des relations arméno-azerbaidjanaise. A mon avis ce message sert plutôt aux intérêts de l’Arménie car le but de l’Arménie consiste de normaliser les relations avec l’Azerbaïdjan sans mettre la fin à l’occupation de nos territoires et nous faire accepter le statu quo actuel.

Zahid Orudj : « Ce n’est pas réel de résoudre le conflit du Haut-Karabagh avec les forces et les potentiels politiques de la Turquie ».

 

La coulisse des protestes contre le rôle de la Turquie dans la résolution de conflit du Haut-KarabaghLes priorités politiques des Etats Unis pendant la présidence d’Obama ont subit des changements et la région du Caucase du Sud est restée en dehors de son attention. Bien sûr qu’il a ses raisons plausibles dans cette politique. Si dans l’étape précédente, la politique des Etats Unis ciblait de stimuler l’intégration de l’Ukraine, de la Géorgie et d’autres pays en voie de développement démocratique à l’OSCE ainsi qu’à la région Euro-atlantique, en ce moment on remarque la chute de cette politique. En contrepartie, les territoires de l’Ossétie et de l’Abkhazie ont été occupés ainsi que les provocations ont menée la Russie à convaincre Saakachvili qui à donné la suite à une sort de crise dans le Caucase du Sud. Sans doute, la résolution des conflits est très importante dans l’approfondissement des relations avec l’Occident. Les Etats Unis déclarent l’impossibilité de parler d’une politique équilibre dans la région sans la résolution du conflit en Azerbaïdjan et la reconnaissance du rôle active de la Turquie à Caucase. C’est parce que la Turquie présente les intérêts de l’Occident dans la région ainsi que le garant des ces intérêts. Je suppose qu’il y aura forcement les résistances à cette tendance car qui voudrait qu’un pays de telle puissance devient le leader dans la région ? Peut être l’Iran ? Absolument pas. Parce que cela sera la pression sur ses intérêts. Quand à la Russie, le pays a mené une lutte de deux siècles avec la Turquie y inclue 13 guerres turco-russes et c’est évident qu’elle ne va pas reconnaitre l’importance du rôle de la Turquie dans la résolution du conflit du Haut-Karabakh bien que la Turquie soit quand même un des 11 pays au sein du groupe de Minsk.  Je crois qu’il est impossible de nier ce rôle car même dans un format non officielle la Turquie est devenue une parte de ce procédure ainsi que l’Azerbaïdjan a choisi la Turquie en tant que partenaire principale des projets énergétique qui oblige la Russie et d’autres de prendre en sérieux le rôle de la Turquie dans la région mais ce n’est pas réel de résoudre le conflit avec les forces et les potentiels politiques de la Turquie.

 

La coulisse des protestes contre le rôle de la Turquie dans la résolution de conflit du Haut-KarabaghHassan Oktay – le président du centre des études stratégiques du Caucase ( KAFKAZSSAM): «l’Azerbaïdjan peut tirer un avantage de la mis en avant de l’accord entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie en cas des actes militaires possible contre l’Iran. »

 

 Carry tente de mettre en place une nouvelle ligne diplomatique dans la résolution du conflit arméno-azerbaidjanais. Cette nouvelle ligne a été essayée au cours de la visite d’Obama en Istanbul et les protocoles arméno-turcs ont été mis en avant mais comme le facteur de l’Azerbaïdjan n’était pas pris en compte, en conséquence, les négociations sur la signature des protocoles ont été bloquées. On peut dire que c’était une chute diplomatique pour Obama et maintenant Carry tente reprendre la ligne politique de B.Clinton. A la suite de la diplomatie appliqué par l’Azerbaïdjan contre la Turquie à cause des protocoles arméno-turcs les relations turco-azerbaidjanais ont subit un sort d’affroidissement et la Russie a réobtenue sa force dans la région. Le moyen de la résolution des relations arméno-turcs est déterminé, et la Turquie aussi que J. Carry sont en consciente. L’établissement de la paix dans le Caucase est lié à la normalisation des relations entre L’Arménie et l’Azerbaïdjan. L’Arménie doit changer son image d’un pays conflictuel à l’image d’un pays responsable. Monsieur Carry le sait très bien et s’il y aura de la paix dans le Caucase, lui, il va traiter ce sujet ainsi que son avis dans cette question. L’Azerbaïdjan peut tirer un avantage de la mis en avant de l’accord entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie en cas des actes militaires possible contre l’Iran. L’Arménie à son tour va essayer aussi tirer ses profits de cette situation et si la Turquie et l’Azerbaïdjan pourront évaluer cette situation à leur profit, elles seront deux pays plus gagnants à l’avenir. 

 

Ulviyya Baylarghizi

 

 “KarabakhİNFO.com”

04.11.2013 14:47

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*