Français

«La haine des Arméniens aux Juifs »

30.12.2013 | 12:32

1388392122_1386402944_1dklgwnpnvoL’une des causes principales aux origines de la haine  arménienne  envers les Juifs viennent des pensées écrites sur leurs caractères similaires avec les juifs à travers l’histoire. L’historien d’Arménie  I .Axverdiyev  n’avait  pas été  d’accord à tout type de la comparaison des arméniens avec les juifs et il en a argumenté par la mieux connaissance des auteurs sur  l’histoire d’Arménie et leur familiarisation sur le peuple arménien.  Selon son opinion, faire la comparaison des juifs avec les arméniens pourrait se former une impression que les  arméniens concernent à l’incapabilité de pouvoir ne s’engager aucune chose sauf que commerce:

« Ce sont des certains ignorants et des fanatiques analphabètes, qui n’ont pas de mieux connaissances sur le peuple d’Arménie et son histoire, comparent dans les nombreux cas  les arméniens avec les juifs et ils sont nommés les deux  « les commerçants » et ainsi ils les prennent en compte de l’incapacité totale dans les autres domaines de l’activité humaine,  même à l’agriculture, à l’élevage et supposent qu’ils ont perdu leur esprit de combat ».

Un grand nombre d’auteurs arméniens se réclament d’être plus superieur que les  juifs. On va faire attention aux opinions écrites par l’un des auteurs d’Arménie pour différencier eux-mêmes des juifs;

« Il y a seulement deux peuples dans le Monde qu’ils n’existent ni leur langue nationale, ni leur patrie. Ce sont des juifs et des tziganes (Roms).  Ni le despotisme appartenant en Asie, ni les persécutions violentes caractéristique au Moyen- Âge, ni la culture de l’humanisme moderne n’ont pas pu les assimiler avec les autres peuples et tous ces arguments formidables ont été insatisfaits de s’éteindre les passions matériaux d’un peuple et de supprimer leur tendances  de vagabondage sans fin.  En Asie ou bien en Europe, dans le monde ancien et dans le monde contemporain, partout les Roms sont les Roms, les Juifs sont les Juifs ».

«La haine des Arméniens aux Juifs »Notons que, il était caché historiquement de nombreuses raisons derrière l’invasion juive des arméniens et par exemple on a été écrit le 25 septembre 1936 dans le journal arménien Hairenik: « ça mérite pas d’être en fierté sur le type des juifs importés en Palestine. Ils sont des forces du mal ayant des mauvaises mœurs. Et tout d’abord la plus grand cause du commencement de printemps arabe est le fruit du mouvement communiste des juifs ».

Étant l’un des instruments principaux des médias de la diaspora arménienne, le journal « Azbarez » (http://asbarez.com) en 1915, pendant la Première Guerre mondiale on a eu de grand rôle des juifs qu’aux turcs à la soi-disante extermination systématique des arméniens vivant en Anatolie. Pendant la Première guerre mondiale,  à la suite d’équipement des arméniens avec les armées russes en bataille contre les turcs, la décision sur la « Déportation » de l’Empire ottoman en 27 mai 1915 a été organisée par les juifs, ils auraient suggéré cette nouvelle méthode aux Ottomans et ils ont parvenu à fait croire à détruire les arméniens.

Si nous regardons l’histoire  nous pouvons voir qu’en 1918  la nationalité de la plupart des civils tués lors de massacre de Gouba commis par les arméniens a été des juifs habitant à Gouba. Les résultats des analyses prouvent que les arméniens ont tués les juifs par une hostilité particulière. Lors d’une interview le conseiller de l’ambassade d’Israël aux Etats-Unis d’Amérique  Lenin Ben-David a dit au journal « The Jerusalem Post »: les Arméniens ont exterminé plus de 3.000 juifs ».

En 28 avril 1988, il a été écrit les noms des citoyens de la République Démocratique Populaire du Yémen  Abdul Mahammad Gasim et Henri Titsian  sur les passeports trouvés sur le corps d’une personne qui a été tuée par deux balles à Athènes, la capitale de la Grèce. Selon la première version de polices la personne a été tuée par des balles quand elle avait attendu le taxi réservé  pour aller à l’aéroport.

«La haine des Arméniens aux Juifs »En 1942 le nombre de jeunes Arméniens, qui sont mobilisés, sont devenu des défenseurs actifs des intentions de guerre des fascistes. Suren Bez-zadyan a créé et dirigé le mouvement socialiste national arménien appelé “Paykar Hoassank” (signifie “lumière”). Cette organisation est devenue célèbre entre les jeunes Arméniens qui vivaient en Europe et en Turquie. À la fin de 1942, cette organisation a rejoint  le Conseil national arménien. Enfin, au cours de la Deuxième guerre mondiale, les bataillons arméniens ont joué un rôle très important dans le massacre de masse des Juifs. Les soldats de ce bataillon ont exercés les opérations et les tâches spécifiques qui lui-même  maintiennent les anciennes habitudes militaires arméniens. Ils ont utilisé de nombreux soldats arméniens comme les unités de police dans les terres nouvellement conquises et occupées. Les soldats arméniens que l’espionnage ont été affectés à capturer tous les Juifs inclus dans la liste allemande. Une fois beaucoup de gens ont été capturés, les Arméniens les ont  recueillies et mènent massivement le camp de concentration  plus que million de juifs.

La guerre est finie. Alors que tout le monde a reconnu le génocide des Juifs, les Arméniens n’ont pas quitté leur idéologie fasciste et le cible de leur groupe terroriste étaient des juifs avec les turcs.

Ensuite, la déclaration de la police était comme une bombe dans la presse du monde entier. L’homme assassiné, reconnaissant avec les noms de Migran Migranyan et Harutyun Tokoshyan et fondateur de l’organisation d’ASALA (L’Armée secrète arménienne de l’indépendance de l’Arménie) et était Hagop Hagopian, terroriste arménien qui a déclaré le jihad avec les arabes contre les juifs.

L’investigation commencée sur l’affaire criminelle est resté non résolue. Les assassins  n’ont pas été trouvés. Selon certaines informations,  Il a été supprimé par les nationalistes turcs (bozkurds). Mais ensuit dans les écrits d’information mis aux médias que Hagop Hagopian a été tué par le groupe d’opération  appelé “Printemps de la jeunesse” à l’égard de services du renseignement de  MOSSAD et Tsahal (l’Armée de Défense d’Israël) à Beyrouth en 1973 et la nouvelle s’est répandue, regardons attentivement à la dernière phrase de toutes les écritures:

« La vengeance du terreur commis contre les athlètes juifs  au cours des Jeux Olympiques d’été de 1972 à Munich en Allemagne de l’Ouest  a été exercée !!”

Etant des dirigeants  du groupe « Septembre noir » Hagop Hagopian, Kamal  Edvan, Kamal Nasir Mohammad Youssef al-Najar ont pris des 11 membres de l’équipe olympique d’Israël en otage. L’exigence du groupe terroriste était la libération de 200 palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Après le rejet d’Etat israélien la revendication des combattants, le Ministre de l’intérieur Hans-Dietrich Genscher a commencé à négocier avec les combattants. Il a été permis de mettre à leur disposition l’hélicoptère pour se rendre en Egypte avec leurs otages. Ils mettent deux hélicoptères à la disposition des terroristes. Quand ils ont pris l’avion, il a ouvert brusquement le feu. Dans le chaos qui s’ensuivit, cinq terroristes se tenant près d’un des pilotes furent tués, un autre est mortellement blessé en fuyant, deux terroristes ont été capturés et trois combattants parviennent à s’enfuir.

Les combattants ont tué tous les otages et une police.

«La haine des Arméniens aux Juifs »En total, 11 sportifs israéliens assassinés lors de cette prise d’otages:

–         Mark Slavin (18 ans, lutteur)

–         Eliezaar Halfen (24 ans, lutteur)

–         Andre Spitzer (27 ans, arbitre et entraineur d’escrime)

–         David Mark Berger (28 ans, haltérophile)

–         Zeev Friedman (28 ans, haltérophile)

–         Yosef Romano (32 ans, haltérophile)

–         Moshe Weinberg (32 ans, entraîneur de l’équipe de lutte)

–         Yosef Gottfreund (40 ans, arbitre de lutte)

–         Amitzur Shapira (40 ans, entraîneur de l’équipe d’athlétisme)

–         Yakov Springer (50 ans, entraîneur de l’équipe d’haltérophilie)

–         Kehat Schor (53 ans, entraîneur de l’équipe de tir)

La prise d’otages se termine par le massacre des onze athlètes israéliens, ainsi que la mort de cinq des huit terroristes palestiniens et d’un policier allemand.

Les cibles essentiels de l’organisation de “Septembre noir”, qui a créé l’ensemble des arabes et des arméniens, sont des juifs et cette organisation est appelée « Munazzamat Aylūl al-aswad » (La main du Septembre noir) en arabe. Hagop Hagopian était l’un des grands maîtres de ce groupe créé par le soutien financier de l’organisation Fatah. Sa haine des turcs et des juifs provoque les biznessmans riches arabes et arméniens de l’apprécier  par l’attribution  d’aide financière. C’est pourquoi les idéologistes du sionisme notent que, les arméniens sont des ennemis idéologiques des juifs.  Ainsi, selon les mots du sioniste Avigdor Eskin, les juifs ne pardonneront pas les arméniens en dépit de la guerre de 2006. Rappelons que, au cours de la guerre de Liban, celui qui a eu lieu dans la même année, l’arménité à l’échelle mondiale faisait partie du “Hezbollah” par l’appel du Catholicossat arménien de Cilicie. Les sionistes considèrent les arméniens comme une branche des perses. Bien que le peuple arménien soit catholique, cette proximité n’est pas mixte, elle est ethnique.

Bourj Hammoud l’une des unités administratives de la ville de Beyrouth, capitale du Liban, est considérée comme le lieu où les Arméniens vivaient beaucoup plus longtemps au Liban. Pendant la guerre civile au Liban, le parti Dashnaksutun et les autres terroristes arméniens participés activement dans la guerre on a utilisé  Bourj Hammoud comme une siège. Selon les informations de 2011, 150.000 y habitent. Il existe un certain nombre d’églises et d’écoles secondaires appartenant aux arméniens à la cité de Bourj Hammoud. Le quotidien “Aztag” publié depuis 1927 est un des principaux journaux publiés en arménien au Liban. Il ya quelques années que  l’émission de radio arménienne appelée “la Voix de Van” a commencé son travail. Ici les arméniens sont préparés contre les juifs et occupent la position hostile contre l’Israël pendant la guerre israélo-arabe. Les guerriers d’ASALA, d’ASAD et de  Nouvelle résistance arménienne ont participé dans les combats qui ont eu lieu au Liban.

Zaur ALIYEV, collaborateur de l’Académie nationale des sciences de la République d’Azerbaïdjan 

Directeur du centre de recherches scientifiques de la Diaspora et du Lobbying

Docteur en philosophie politique

 

« KarabakhINFO.com »

30.12.2013 12:32

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*