Français

La reconnaissance du génocide de Khodjaly par le réalisateur arménien

12.11.2013 | 13:26

1384247728_1359965767_georg-vanyanLa question : Donc vous voulez dire que le génocide de Khodjaly a été commit par les arméniens ?

La réponse de Georgi Vanyan : Oui, par nos mains …

 

Qu’est-il arrivé à la conférence de presse du président du Centre des initiatives de pacification du Caucase (CCPMI) Georgi Vanyan eu lieu en Erevan ?

Les pensées du président du Centre des initiatives de pacification du Caucase (CCPMI) Georgi Vanyan  ont  mit les arméniens en colère : «L’Arménie s’est transformé en base militaire d’un autre pays. Sarkissian a fermé toutes les portes de négociations avec les azerbaïdjanais après son arrivée à la tête du gouvernement ».

« Aujourd’hui, l’indépendance de l’Arménie reste sur ​​le papier. ». L’Arménie qui a déclaré son indépendance il ya 22 ans est maintenant en captivité de Karabakh et du KGB. Georgi Vanyan à cause de ces pensées sur les compromis dans le problème du Karabakh, a été déclaré  ” ennemi de la nation ” en Arménie. Il a dit dans son interview que, auparavant les présidents de l’Azerbaïdjan et l’Arménie se réunissaient dans les frontières de leurs pays afin de discuter des voies de la réglementation du conflit du Karabakh. «Les frontières ont commencé à se fermer progressivement et cette attitude a fait des racines dans l’esprit des gens qu’il est impossible de détruire ce mur » -a dit G.Vanyan.

Il a dit que l’un des principaux éléments de la guerre est le vol et la conquête des trophées. La guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a également été la guerre de vol et après la cesse des opérations militaires, la guerre a continué dans le niveau social, politique ainsi que au niveau de l’Etat. Il a noté aussi que “toutes les portes étaient ouvertes devant notre organisation jusqu’en 2007. Nous avons travaillé dans toutes les régions de l’Arménie, au Karabakh même à Lachine et à Kalbadjar. Nous avons essayé d’entrer dans la société et rendre les gens des vrais participants de dialogue. Après 2007, toutes les portes ont été fermées devant nous qu’il a montré que nous nous rapprochons de nos objectifs, le gouvernement a peur de ses citoyens. A partir de cette époque, il était interdit de réaliser des initiatives pacifiques hors de la dictée du gouvernement “, – G.Vanyan dit.

Vanyan a voulu réaliser un projet afin de faire approcher les deux nations à travers des films. Mais les arméniens racistes l’ont empêché. Les détenteurs de ciné-clubs dans Erevan et Gumru ont refusé de donner lieu au festival du film d’Azerbaïdjan sous le prétexte que  le berger Manvel qui a  passé la frontière de l’Azerbaïdjan et il a été tué. Comme si la nation est en colère et peuvent  détruire  la salle de cinéma. Le projet qui a été réalisé en trois avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Turquie par le parrainage de l’ambassade des Etats-Unis est resté inachevé. Puis, quand le festival de cinéma de l’Azerbaïdjan n’a pas été réalisé Vanyan voulait faire la conférence de presse. Il a été reproché d’être sympathiser à l’Azerbaïdjan et après de nombreuses menaces il  a été obligé de quitter le pays.

Il ne pouvait pas retourner en Arménie pendant un certain temps. Vous serez vu comment en conférence, il a été donné à des questions comme criminelle. Nous remettons à votre attention une partie de la conférence de la presse publiée dans la presse arménienne. La traduction est effectuée de la langue arménienne.

Georgi Vanyan : «Je suis  un personnage public et tous mes actions sont prévues.. . »

Question: Prévu par qui?

 

Georgi Vanyan : par moi même.

Question: Qui l’a commandé ?

 

Georgi Vanyan : Personne ne peut me commander quoique soit. Je suis publié depuis  de 1989. Il ne peut y avoir personne qui peut dire que je l’ai fait pour un jour.

Question : Dans  le journal ” 7 or ” (” 7 jours «), il ya un article où vous vous êtes excusé des azerbaïdjanais pour Khojaly …

 

Georgi Vanyan : J’ai parlé de Khojaly dans cette interview. J’ai ouvertement exprimé mon avis sur ​​Khojaly pendant mes réunions en Erevan et dans les 10  provinces de l’Arménie. Je ne dis pas cela seulement en cercle restreint, à des séminaires, mais je le dis partout, dans les centres culturels, les écoles, dans les universités et dans d’autres réunions sociales.

Question: Qu’est-ce que vous avez dite exactement? C’est intéressant de le savoir pour nous aussi.

Georgi Vanyan : J’ai parlé des choses importantes, de  ce que je pense sur ​​Khojaly. Je m’approche à cette question en tant qu’un personnage public et le défenseur des droits de l’homme. La situation  formée au sein de notre société aujourd’hui est contre nous ainsi qu’en Azerbaïdjan, c’est la même chose, ils ne parlent pas de ce qui s’est passé à Sumgaït.

Question: Pouvez-vous répondre à la façon plus concrète à cette question ?

 

Georgi Vanyan : Je veux dire s’ils parleront de Sumgaït en Azerbaïdjan, alors icin on va parler de Khojaly.

Question: Vous assimiliez ces deux cas?

 

Georgi Vanyan: Nous pourrions faire nouvelle étape dans la qualité de nos relations du voisinage et échapper dans les deux pays voisins de nouveaux cas de Khojaly et Sumgaït.

Question: Monsieur Vanyan, je veux obtenir une réponse exacte. Vous assimiliez  Khojaly et Sumgaït ?

 

Georgi Vanyan : Je vais répondre à toutes vos questions dans une interview exclusive.

Question: S’il vous plaît, veuillez répondre maintenant, la question est déjà posée.

 

Georgi Vanyan : Je suis désolé, mais c’est ma conférence de presse et j’ai déjà déclaré son sujet. Je suis ni devant le tribunal militaire- patriotique, et je sui ni venu à la cour. Je demande de tous ces patriotes-militaires de poser les questions à leurs dirigeants supérieures, également à la cour constitutionnelle. Aujourd’hui, ma conférence de presse est consacrée aux raisons de l’interdiction du  festival de films d’Azerbaïdjan en Arménie.

Question: Vous étiez appelés à la radio “Liberté” mais vous n’êtes pas y aller. Mais maintenant vous faites la conférence de presse. Pourquoi vous évitez du dialogue alors ?

 

Georgi Vanyan : Veuillez d’être exact. Il s’agissait d’une conférence de presse d’une autre personne. Dans ce cas que pourrais- je y faire ? Vous m’éloignez du sujet de ma conférence de la presse.

Question: Une question concrète a été prononcée. Je demande pour la troisième fois : Vous assimiliez ces deux cas de Khodjaly et Sumgaït ?

 

Georgi Vanyan : Oui, je compare ces deux en égale. Parce qu’ils ont été planifiés par le même centre du pouvoir.

Question: De quel centre ? Qui l’a réalisé ? Dites cela, nous ne le savons pas. Nous savons seulement que à Khodjaly les gens ont été tués par le coté de l’Azerbaïdjan.

 

Georgi Vanyan : De Kreml. Par nos mains et celles des azerbaïdjanais.

Question : Vous voulez dire que le génocide de Khodjaly a été commit par les arméniens?

 

Georgi Vanyan : Oui par nos mains ..

Maintenant, nous allons passer au sujet principal de ma conférence de presse …

Qafar Chakhmakhli

 

“KarabakhİNFO.com”

12.11.2013 13:26

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*