Français

“ La visite de Poutine à Bakou n’affectera pas la conclusion du conflit du Haut-Karabakh”

15.10.2013 | 07:03

1381818351_1376566354_vvvvvvvvVafa GOULOUZADA

 Politologue,

Président du Fonds de recherche politiques

des pays de la région de la mer Caspienne

 Dans son interview au journal électronique “KarabakhINFO.com”, le politologue Vafa Goulouzada s’est exprimé sur la visite de Poutine, président de la Fédération de Russie à Bakou : “La visite de Poutine à Bakou n’affectera pas la conclusion du conflit du Haut-Karabakh.” Il a ajouté qu’il serait crédule de s’attendre à des progrès dans le problème du Karabakh après la visite de Poutine : « Après cette visite, il n’y aura aucun changement dans le règlement du problème du Karabakh. Parce que dans ses déclarations Poutine a exprimé à plusieurs reprises sa position dans ce problème. Il a déclaré que la résolution du problème dépendait de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan et que ces deux pays doivent s’entendre entre eux. Si Poutine ne change pas sa position, ce problème restera gelé. La Russie veut que l’Azerbaïdjan reste dépendante de la Russie “. Selon lui, Vladimir Poutine n’a pas atteint l’objectif de sa visite et il n’a pas réussi à obtenir du gouvernement de l’Azerbaïdjan ce qu’il voulait.

L’expert a ajouté que pour Poutine se soucie plus de la position de l’Azerbaïdjan relative à l’Union douanière et l’Union eurasienne : « Sur cette question, l’Azerbaïdjan reste dans sa position précédente. Autrement dit, Poutine n’a pas atteint son but. L’intégration de l’Azerbaïdjan dans ces organisations signifie l’annulation de sa souveraineté. Si l’Azerbaïdjan adhère ces organisations, la Russie pourrait faire pression sur d’autres pays de la CEI pour y adhérer également. Par conséquent, au cours des entretiens, cette question n’a pas été discutée. Mais certains problèmes ont trouvé leur solution. L’un des buts de la visite de Poutine était des exercices militaires menés récemment par la Turquie et l’Azerbaïdjan, et le déploiement des troupes turcs de l’Afghanistan vers l’Azerbaïdjan en 2014. »

Selon Vafa Goulouzada la coopération militaire entra l’Azerbaïdjan et la Turquie entre dans une nouvelle étape : « Et cela préoccupe sérieusement la Russie, son agacement n’est pas en vain, parce que la Turquie est membre de l’OTAN. De l’autre côté, il ya des rumeurs qui courent que les Etats-Unis a l’intention de placer ses forces militaires retirées de l’Afghanistan en Azerbaïdjan.  Il est vrai que de telles choses sont en faveur de l’Azerbaïdjan. En raison de ces rumeurs que le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite à Bakou. Bien qu’il n’a pas parvenu à un accord sur certaines questions qui l’intéressaient.».

Poutine a également noté qu’il est susceptible de traiter ces questions à nouveau après les élections présidentielles : « Mais en retour, la Russie doit soutenir le gouvernement azerbaidjanais pendant les élections. En revanche, profitant de la situation pré-électorale, la Russie a obtenu seulement ce qu’il voulait de l’Azerbaïdjan.  Les parties azerbaidjanaise et russe sont parvenues à un accord sur certaines questions tandis que sur les questions stratégiques ils ne sont pas venus à aucune conclusion. Aujourd’hui, la politique du gouvernement azerbaïdjanais est dirigée pour éliminer les dangers probables de la Russie et de les vaincre. Dans le moment présent, l’Azerbaïdjan a réussi à surmonter certains de ces risques. Néanmoins, il ne faut pas rester sûr parce que ces menaces peuvent se produire plus tard. “

 

“KarabakhİNFO.com”

15.10.2013 07:03

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*