Français

Le mensonge arménien sur les prisonniers politiques.

28.11.2014 | 18:47

siyasi mehbusLes dirigeants arméniens résonnent dans le monde entier qu’il n’existe ni la liberté de parole, ni la liberté de presse en Azerbaïdjan, ainsi que le nombre des prisonniers politiques continue à croître. Pourtant , en Arménie toutes les normes du droit international sont respectées et il n’y a pas de prisonnier politique.

 

Est-ce que c’est vrai ?

Le 9 Septembre 2014, une manifestation a eu lieu sur la place de Trocadéro, à Paris. Cette manifestation a été organisée par le mouvement de ‘Renaissance arménienne’ créé en France. Ainsi, elle a completement condtredit les opinions exprimées par les dirigeants arméniens. Les manifestants ont déclaré que l’événement a été organisé afin de supporter les prisonniers politiques, Chant Harutyunian, Volodia Avetissian et ses camarades , ainsi que de protester contre la procédure judicaire injuste.

 

 

Toutefois, il est intéressant que le Président arménien Serge Sarkissian nie ces allégations. Après son discours qui s’est tenu dans l’Université de Columbie à New-York le 11 Novembre 2014, l’un des participants lui a rappelé le nombre des prisonniers politiques en Arménie.

 

 

Il a répondu : ‘C’est un mensonge, SVP, ne coupez pas ma parole. Vous avez des fausse informations. Il n’y a pas de prisonniers politiques en Arménie’.

 

 

Lorsqu’un autre participant a prononcé le nom de Chant Harutiunian , Serge Sarkissian a dit : ‘Il a commis un crime. Si quelqu’un fait le hooliganisme aux Etats-Unis, on s’occupe de lui aussi’.

 
Dans ce contexte on se rappelle un bon proverbe : ‘La voleur a crié tellement fort que la personne qui a raison s’est perdue’.

D’accord, paron ( monsieur en Arménien) Sarkissian, s’il n y a pas de prisonniers politiques, s’il existe la libérté de parole en Arménie , pourquoi vous avez interdit la diffusion de la chaine de télé ‘A1 plus’ et du journal ‘ Tchorrard Ichkatuniun’ (Quatrième pouvoir) ?

 

 

Mettons tout ça à coté. Serge Sarkissian, comment allez-vous réagir au discours de Nikol Pachinian, le membre du Congrés national arménien et du Parlement arménien, l’ancien prisonnier politique, prononcé au Parlement.

 

 

Lors de la réunion d’Azgain Jogovun (le nom du Parlement arménien) qui s’est tenue le 16 Novembre 2014, N. Pachinian a déclaré qu’encore 11 personnes ont été privées de la libérté comme prisonniers politiques dans la procédure de Chant Harutiunian. Il a également proposé au Président de la Commission des droits de l’homme, Elinar Vardanian, de tenir des audiences à propos de cette question. Pachinian a dit : ‘ Nous savons très bien qu’il y a des gens qui ont commis le crime. Pourtant, ils ne sont pas maintenant dans le prison, même ils occupent des postes supérieurs dans le gouvernement’.

 

 

Si le Président arménien demande les arguments, il n’existe pas des meilleurs arguments que ces faits mentionnés.

Même si le Président arménien le nie, il est impossible de fermer les yeux du peuple. Ce fait prouve une fois de plus qu’il n’existe pas la libérté de parole en Arménie et les personnes qui s’expriment librement sont pérsecutées.

 

 

Sabir Babaev
“KarabakhINFO.com”

28.11.2014 18:47

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*