Français

‘Le peuple de Goubadli est prêt d’avancer vers la première ligne les armes dans les mains’.

02.09.2014 | 18:48

qubadli-bashciMalik Issagov : ‘ Au début d’aout de cette année, la bataille a été lancée dans les zone de la première ligne. À ce moment-là, cette expression était lisible sur le visage de tout le monde ‘nous retournons’.

 

Le 31 aout 1993, Goubadli, l’une des premières implantations humaines de la province Zanguezour, qui est dotée des hautes montagnes, des roches, des printemps frais, des belles forêts, du terre fertile, des rivières, a été occupée par les arméniens. Plus de 30 milles personnes de Goubadli ont été forcées de devenir les déplacées internes. Depuis 1988, des centaines de personnes de ce district ont héroïquement combattu au nom de la patrie et elles sont devenues martyrs.

 

 

Aujourd’hui, le peuple de Goubadli, notamment le chef de la municipalité de Goubadli Malik Isagov, a été chassé de leurs maisons. Lors d’un entretien avec le revue électronique international Karabakhinfo.com, Malik Issagov a parlé de ses souvenirs et de leur grande envie de retourner à leur patrie :

 

 

Monsieur Issagov, cela fait déjà 21 ans que le peuple de Goubadli est loin de leur patrie. À quel point est-ce qu’il est difficile pour eux de vivre loin de la patrie ?

 

 

Il y a exactement 21 ans, nous avons du quitter notre patrie. Il nous manque le beau climat de Goubadli, sa nature magnifique. Seulement, les personnes qui ont vécu notre destin savent à quel point il est douloureux de laisser les tombes de leurs proches dans les mains des ennemis. Le 31 aout 1993, le district Goubadli a été occupé. Ainsi, depuis ce jour, le peuple de Goubadli vit une vie de déplacé interne.

 

 

Comment est-ce que vous vous souvenez de l’occupation du district ?

 

 

Le 29 aout 1993, un référendum a eu lieu. Pour cela, je suis parti à Goubadli afin de suivre le référendum. Le 30 aout, pendant la journée, je suis retourné de Goubadli. Malheureusement, le 31 aout, Goubadli a été occupé.

 

 

Monsieur Issagov, lors de l’occupation, combien de dommage est-ce que le district a subi ?

 

 

Le district a subi un dommage d’un montant de 1,5 milliards de dollars. Lors de l’occupation, une ville, 93 villages, 6988 logements, 8 installations industrielles et 1080 propriétés agricoles, 32 centres de communication, 86 centres de santé, 180 centres culturels, 74 établissement d’éducation, 125 propriétés commerciales, 96 installations publiques, 25 unités des services domestiques, 48 entreprises agricoles et 6 entreprises industrielles, 650 kilomètres d’autoroute, 9 ponts, 2 réservoirs d’eau, 150 kilomètres de conduites d’eau principales, 4830 kilomètres de lignes électriques, 165 kilomètres de gazoduc principal, 146 bureau, les bâtiments des entreprises, 18 moulins, 4 stations de pompe à eau, 120 unités de sous-stations électriques et transformateurs ont été détruits. 13365 hectares de zones foresteries ont été occupées par les ennemis.

 

 

Comment Goubadli était-il ? Parlez de Goubadli pour ceux qui ne l’ont jamais vu.

 

 

Il y avait 3 rivières dans le district Goubadli : Berguchad, Hekeri et Agha. Il existait des dizaines de monuments historique à Goubadli. Il y a plus de 600 printemps qui sont riches en substances minérales. Parmi eux, nous pouvons mentionner ‘Chirin boulag’, ‘Imamzadé’ dans le village Mamar, ainsi que ‘Tourchou’ et d’autres printemps dans le village Goiyal. Il y avait une mine de pierre dans le village Hajili. Ainsi, une mine de calcaire marbré se situait près des villages Aligoulouchagi, Goudanli, Mouradkhanli, Bacharat.

 

 

Lors de l’occupation, environ combien de personnes ont été prises en otage par les arménienne et savez-vous quelque chose sur leur destin ?

 

 

Environ plus de 100 personnes ont été prises en otage. La plupart des otages étaient les personnes âgées. Je ne crois pas qu’ils soient toujours vivant.

 

 

il n’est pas un secret que le peuple de Goubadli a envie de rentrer à Goubadli…

 

 

Oui, c’est vrai. Au début d’aout de cette année, la bataille a été lancée dans les zone de la prémière ligne. À ce moment-là, cette expression était lisible sur le visage de tout le monde ‘nous retournons. Aujourd’hui, le peuple de Goubadli attend le commandement du Commandant Suprême. Ils supporte la politique du Président Ilham Aliyev. Si le Commandant Suprême décide d’instaurer notre intégrité territoriale par les moyens militaires, les braves hommes et femmes de Goubadli sont prêts d’avancer vers la première ligne les armes dans les mains.

 

 

Ainsi, nous espérons que nous retournerons dans notre patrie. Ce jour n’est pas loin. Car, les pays mondiaux savent que 20% du territoire azerbaïdjanais a été occupé par les arméniens et ils soutiennent l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan. J’espère que nous retournerons à notre propre pays.

 

 

Gunel Jelil.

“KarabakhİNFO.com”

02.09.2014 18:48

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*