Français

Le plan de paix des médiateurs « inacceptable » pour les Arméniens du Karabakh

31.07.2014 | 09:59

10580389_10203376525352501_666961890_nUn membre clé de la direction arménienne du Haut-Karabakh s’est publiquement prononcé contre la formule de paix arméno-azerbaïdjanaise qui est avancée par les Etats-Unis, la Russie et la France depuis presque une décennie.

Ara Harutiunian, Premier ministre de la République du Haut-Karabakh autoproclamé (NKR), a déclaré que les principes de base de la résolution du conflit du Karabakh, également connu comme principes de Madrid, sont inacceptables car ils appellent à des concessions territoriales arméniennes importantes vis-à-vis de l’Azerbaïdjan.

 

 

Le projet d’accord-cadre de paix avait été formellement mis en avant pour les parties en conflit à Madrid en 2006. Les diplomates américains, russes et français co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE ont modifié à plusieurs reprises le document depuis. Ses éléments clés, à plusieurs reprises exprimés par les trois puissances médiatrices, seraient en principes restés inchangés.

 

 

Les principes de base envisagent le retrait arménien de la quasi-totalité des sept districts azerbaïdjanais autour du Karabakh qui sont entièrement ou partiellement contrôlés par les forces arméniennes du Karabakh. Il serait suivi par un référendum dans lequel la population majoritairement arménienne du Karabakh devrait déterminer le statut internationalement reconnu du territoire.

 

 

Les administrations du président Serge Sarkissian et de son prédécesseur Robert Kotcharian ont déclaré à plusieurs reprises que cette formule est largement acceptable pour l’Arménie. La réaction du Haut-Karabakh arménien a été beaucoup plus tiède. Pourtant, les dirigeants de la RHK se sont jusqu’à présent abstenus de rejeter publiquement les principes proposés.

 

 

“Les principes de Madrid sont certainement inacceptables pour nous“, a déclaré Harutiunian à une séance de questions-réponses sur Facebook. Il a indiqué que « si un tel document est finalement présenté à la population et au gouvernement de l’Artsakh (Karabagh), je ne pense pas qu’il puisse recevoir une réponse positive.”

 

 

Harutiunian a fait valoir que « les territoires libérés » qui seraient peuplés d’Azéris sont vitaux pour la sécurité du Karabakh et son développement économique. Le gouvernement du Karabakh entend continuer à investir dans l’infrastructure locale, a-t-il dit.

 

 

 

 

“KarabakhİNFO.com”

31.07.2014 09:59

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*