Français

Le terrorisme arménien et ses fédaïs

14.10.2013 | 12:45

1381740086_ermeni-fedaizmi1Fédaï (en arab écrit aussi fédayin ; pluriel de féda’i الفدائي‎‎ signifie «celui qui se sacrifie au nom de l’idée, de la foi, de la religion”) est un terme utilisé principalement dans des pays musulmans du Proche et du Moyen-OrientCe mot est utilisé aussi pour désigner les commandos arméniens faisant des raids contre les turcs. On suppose que le mot est passé de l’arabe au turc avant de passer en arménien. Dans ses études sur les mots empruntés à la langue turque, Hratchia Adjarian, linguiste arménien spécialisé dans l’étude de l’arménien et de ses dialectes, cite ce mot aussi. Par ailleurs, dans la langue arménienne il existe environ 10 000 mots empruntés au turc. Dans son discours au Congrès de Turcologie Hratchia Adjarian a parlé à propos de plus de 4200 de ces mots dont parmi lesquels il cite le mot “Fédaï”.  En outre, “Fetahi ” ou “Fédayee” (en arménien Ֆետայի), tandis que le mot “kamavor” (կամավոր) sont similaire à la notion de “bénévolat”.

Les groupes armés illégaux, les équipes armées connues sous le nom Hay Fedaï, ont joué un rôle important dans l’histoire arménienne. Ce sont les citoyens civils arméniens qui ont quitté leurs foyers pour créer ces groupes armés Fédaï. Le Fédaï arménien est le bénévole qui est prêt à tout pour en sacrifier sa vie. Les Fedayin arméniens sous forme des groupes composés des criminels parcouraient les montagnes et les villages et entraient dans les villes et les villages pour les piller et dévaster. Sous le règne d’Abdulhamid II, sultan ottoman, la propagation des fédayin a été accélérés.

Le fédaïsme est une croyance qui vise à parvenir à la libération sociale et nationale. Les fédayin sont des terroristes volontaires qui ont juré de mourir dans la lutte du peuple arménien dans les combats les plus durs. Ils errent dans les montagnes en buvant des boissons alcoolisées, volent les gens en les obligeant d’aider aux fédayin. Le peuple arménien les consacrait des chansons en les couvrant de louanges. Les poètes et les écrivains tels que D.Varuzhan, H.Tumanyan, A. Isakyan et d’autres les dédiaient leurs œuvres. Les peintres arméniens traçaient les portraits des fédayin en décrivant leurs vies. Les Partis nationaux arméniens donnaient assistance active au Fédaisme. Les fédayin ont également joué un rôle important dans l’organisation des premières unités de légionnaires arméniens.Le terrorisme arménien et ses fédaïs

L’objectif principal de la première Légion Arménienne française était l’Etat ottoman dont le nom original était “la Légion d’Orient”. La légion d’Orient avait aussi pour des fédayin les libanais et syriens musulmans et chrétiens. Pendant la Première Guerre mondiale, la légion arménienne française a été créée comme une force pour soutenir l’armée française en 1916. Après l’accord Mondros signé en 1918, cette Union des fédayin a participé à l’occupation de la région de Cilicie à côté des français. Ils ont commis de viol, perpétué des tragédies, des massacres, destructions, le vol contre le peuple turc.

Au début janvier 1920, dans son télégramme envoyé à Paris, Henri Gouraud parle de la nécessité de mettre fin aux activités de la Légion arménienne d’Orient, se plaignant de la cruauté des fédayin arméniens. Mais il n’avait pas put convaincre le ministre français de la guerre Georges Clemenceau.

La Légion arménienne était composée de 10.150 soldats dont en Antep – 2500, à Marash – 2000, à Urfa – 1000, dans Chardin (Tufanbeyli) – 350, dans Saimbeyli – 1500, à Zeitoun (Suleymanli) – 500, à Kozan – 300, en Osmaniyye, Bakhcha et Haruniyye – 1000, à Adana et Mersin – 1000 soldats.

Le 20 octobre 1921, la Légion a été dissoute avec l’accord d’Angora signé entre le Gouvernement de la Grande Assemblée Nationale de Turquie et la France. Les arméniens accusent encore la France dans sa “trahison”. Après la dissolution de la Légion, ils se sont installés dans différentes parties du monde et ont lancé des activités antiturques.

Pendant la Seconde Guerre mondiale les unités militaires fédayin se sont battues contre l’Union soviétique. La base idéologique de la coopération entre les nazis et les arméniens, en particulier avec le parti Dachnak a été créé en 1930. Alfred Rosenberg, le ministre du Reich aux Territoires occupés de l’Est a demandé à Artashes Abaghyan, directeur de l’Institut des études orientales en 1926-1936 de créer un comité pour étudier l’histoire et l’anthropologie des arméniens. Bien sûr, les arméniens ont parfaitement profité de l’occasion. Immédiatement ils ont préparé un rapport qui indiquait qu’ils ont la même race que les allemands. En 1934, après cinq mois de création du comité Rosenberg a présenté un rapport à Hitler montrant que les arméniens viennent de la même race que les allemands – d’une race supérieure.

En cette période, les organisations de jeunesse arménienne fascistes ont été formées. En Bulgarie et en Roumanie des groupes de combat ont été formés, composés des membres de l’organisation nationaliste arménienne “Tsegakron” qui, pendant la Seconde Guerre mondiale appelait tous les arméniens du monde à coopérer avec les nazis. En fait, de nombreux historiens considèrent cette organisation comme “Hitlerjugend” arméniens. Dans ce cas, aucune d’autre organisation non-allemande n’a jamais été aussi proche aux allemands.

Le terrorisme arménien et ses fédaïsLe général Drastamat Kanayan (DRO), belligérant pendant et après la Première Guerre mondiale contre la Turquie qui maltraitait la population musulmane a créé le Comité National Arménien, le 15 Décembre 1942. Le but de ce comité était de présenter tous les arméniens de l’Europe avec le soutien du pouvoir allemand. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le comité est devenu un partisan de l’Allemagne et le centre de la propagande arménienne contre l’Union soviétique.

En Février 1944, le Quartier Général Interarmées arménien a été crée sur les ordres de Rosenberg.

En fin Avril 1943, le groupe armé arménien avait acquis le statut de l’indépendance. L’adjoint du général Dro, était Kuro (Nicholas Tarkhanian) et le chef d’état-major était Tigran Baghdasaryan. Le responsable de renseignement et de subversion était Misak Torlakyan. Le groupe d’espionnage   AG-114 se composait également des membres de l’armée arménienne Dachnak (1918-1920).

L’un des services importants des dachnak pour des nazis était l’activité de propagande dans les régions conquises et l’arrière-garde soviétique. A la tête d’un de ces groupes était Nicholas Gevorgyan (Dr. Sinorsky, Gevorkov), un officier de la SS et le fils de Seton Jalalian, un des leaders Dachnak. Ils plaçaient leurs agents parmi le peuple arménien dans les régions occupées et menaient leurs activités de renseignement. Les allemands se servaient de leurs informations sur l’ensemble du Caucase. Dénoncer les juifs et les remettre aux allemands étaient une grande réussite des arméniens. Ils testaient les juifs pour prouver leur identité.  Afin de découvrir sa véritable identité, ils ont donné un livre en arménien à un prisonnier juif qui faisait semblant qu’il était arménien pour échapper la mort.

Tous les membres de ce groupe, du général au soldat étaient obligés de porter une armoiries où était écrit le mot “arménien” en tricolore du drapeau de la République du Dachnak sur la manche droite de leurs uniformes.

Les écoles spéciales ont été créées pour les arméniens. Dans ces écoles, ils menaient des propagandes de l’idée de “la Grande Arménie” qui devait être créé sous les auspices du Troisième Reich. Le Comité National arménien était très actif surtout en Crimée, ville occupée par les nazis. Leurs activités étaient soutenues par la direction allemande de Crimée. Ils ont ouvert des cafés et des restaurants, des hôpitaux où seulement les arméniens, allemands et les familles des volontaires qui pouvaient y aller.

En outre, le comité obtenait l’aide de population arménienne afin de répondre aux besoins des armées fascistes allemands et des volontaires arméniens. Dans ce domaine, il n’y avait pas de problème parce que le peuple arménien soutenait également les allemands. Cela montre que les Arméniens n’ont pas changé leur qualité – être à côté de plus forts. Le Comité National Arménien dirigé par le Dachnak publiait les magazines “Azat Hayastan” (Ազատ Հայաստան –”Arménie libre”) et “Hay azq” (Հայ ազգ -“Nation arménienne”) en Crimée et appelait la population masculine de la péninsule à se battre aux côtés des allemands. (Edouard Abrahamian. “Caucasiens à l’Abwehr,” édition Bistrov, Moscou 2006)

      Qui sont les plus célèbres fédayin en Arménie ? Les arméniens acclament en héros les personnes qui sont connues au monde comme des terroristes, des assassins et des criminels.

 Par exemple : Arabo (en arménien Արաբո;  également connu sous le nom Arakel -1863-1893) – est la légende du Mouvement de Libération nationale arménienne, l’un des premiers fédayin. Le groupe terroriste “Arabo” organisé à Karabakh qui portait son nom a ravagé les villages azerbaidjanais décimant la population. Au cours d’une telle invasion “Arabo” a été détruit par l’armée.

     Murad Sebastatsi (en arménien ՍեբաստացիՄուրադ) – bandit arménien, chef du groupe, héro national de l’Arménie (1874 Sivas – 4 aout 1918, Bakou).

A la fin du XIX siècle, il rejoint le Parti Hentchak et participe activement à des manifestations organisées par les arméniens contre l’Empire ottoman. Par la suite il rejoint les rangs de la Fédération révolutionnaire arménienne (en abrégé Dashnak). En 1904, il joue un rôle important pendant le soulèvement de Sassoun contre l’armée ottomane. Après la répression de la rébellion de Sassoun, il s’est retiré avec sa bande vers Van où il organisait des multiples attaques contre les villages turcs et kurdes.  En 1905-1906 toujours avec ses camarades arméniens regroupés à Zangazur, il attaquait les villages azerbaïdjanais, en les pillant, en incendiant et en massacrant la population en masse. En 1908, après la révolution des Jeunes-Turcs, il a participé activement à la vie de la communauté arménienne. En 1916, il a dirigé le Conseil National Arménien à Erzincan. En 1918, il est venu à Bakou en aide aux dachnaks pour assassiner les azerbaïdjanais où il a été tué dans l’une des batailles le 4 Août.

     Hovsep Arghutyan (1863 – 1925) – Le leader du mouvement de libération nationale arménienne. Issu d’une famille noble, descendant des Arghutyanov (Arqutinsky-Dolqoruki), il était professeur d’école dans le village Djalaloghlu. En 1880, il a participé au Mouvement Populaire «Jeune Arménie» et était l’un des fondateurs du Parti Dachnak. Pendant la Première Guerre mondiale il a été le commandant. Il a participé dans les batailles contre l’Azerbaïdjan et la Turquie. Il a été membre du Parlement national de la Première République d’Arménie (1918-1920).

     Armen Garo (Karekin Pastermadjian) (9 février 1872 – 23 mars 1923) – En Arménie, il est considéré comme le leader de la Fédération Révolutionnaire Arménienne et l’héro national. En 1894, il est entré à la Faculté d’Agriculture à l’Université de Nancy. Il a ensuite rejoint la Fédération Révolutionnaire Arménienne – FRA. Depuis le début de la rébellion de Zeitoun il a été envoyé en Egypte (1895) pour aider les révolutionnaires et organiser la défense de leurs droits.  Mieux connu sous son nom de guerre  Armen Garo, il ​​a pris son surnom lors de cette mission. Après la rébellion de Zeitoun, il a été envoyé à Istanbul. Le 26 Août 1896, les dachnaks lui donnent une autre mission. Il a participé à l’opération de capture de la Banque Nationale Ottomane à Istanbul. Cette campagne a été conçue pour attirer l’attention du monde sur la question arménienne. Garo, avec Babken Sani, a été l’un des organisateurs de cette opération. Le braquage devait être fait à 13h00. Garo est venu à la banque 10 minutes avant le début de l’opération. Son principal objectif était la capture des employés de banque et les visiteurs, et les empêcher de fuir. Après l’assassinat de Babken Sani, Garo mène ses actions avec son propre groupe. Le 27 Août, ce membre du Dachnak a pris le bateau français pour aller à Marseille avec l’aide de l’ambassadeur russe Maksimov. Après il part en Suisse pour continuer ses études à la Faculté des sciences naturelles de l’Université de Genève, où il a continué à travailler en étroite collaboration avec la Fédération Révolutionnaire Arménienne. En 1898, a participé à la Deuxième Congrès du Parti, en tant que membre du comité égyptien.  En 1900, il a reçu le titre de Docteur en science et en 1901 il a ouvert un laboratoire de chimie à Tbilissi. Après la révolution des Jeunes Turcs en 1908, Garo a été élu au Parlement turc Erzurum. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il était malade, mais néanmoins, il participait activement à la formation d’unités de volontaires arméniens dans l’armée russe. En 1917, il a été envoyé aux États-Unis en tant que représentant des Arméniens catholiques. Il était ambassadeur de la République d’Arménie aux Etats-Unis et le chef d’opération de Nemezis. Il a poursuivi son activité terroriste qu’il a commencée dans les régions orientales d’Anatolie en Turquie. Ce terroriste professionnel est l’auteur du livre“Pourquoi l’Arménie devrait être libre ?” (Boston).

     Serob Vartanianconnue par son nom de guerre Aghbiur Serob (arménien : Աղբյուր Սերոբ ) ou Serob Pasha (Սերոբ Փաշա, 1864 – 1 Novembre 1899) était l’un des célèbres fédayin arménien bien connu dans les année 1890. Il est né dans la région de Bitlis. Après la collision qu’il a eue avec les membres de deux tribus kurdes, il a fui vers la Roumanie. Mais il était obligé de changer de résidence souvent car les proches de l’homme qu’il a assassiné le cherchaient. Puis Il s’est installé à Istanbul où il a rejoint le Dachnak. À la fin de 1895, il est retourné à l’Anatolie à la tête d’un groupe de 27 personnes et a commencé une lutte armée contre les Turcs. Lui aussi était un bandit. Il a été tué par un kurde, Bshare Halil.

            Sarkis Mehrabian (Vardan Khanassori, en arménien: Սարգիս Մեհրաբյան,) né dans le Haut-Karabagh et mort à Moscou en 1943, est un membre du mouvement arménien de libération nationale qui fut l’un des commandants de la Fédération révolutionnaire arménienne.   Dans les années 1890, il dirigeait les actions en Azerbaïdjan où il organisait des révoltes armées contre la Turquie ottomane. Le « commandant Vardan » étant son pseudonyme de guerre. 

 

            Kevork Aroyi Ghazarian ( arménien : Գէորգ Արոյի Ղազարեան ) (1870 – 27 mai 1907), communément connu sous le nom Kevork Chavush ou Gevorg Chaush ( arménien : Գէորգ Չաւուշ ), était le chef des séparatistes arménien, un  fédaï dans l’ Empire ottoman. Il est né à Sassoun (région de Bitlis) dans une famille de chausseur. Il a fait ses études dans le monastère Karapet Aziz à Mush. Son père voulait faire de son fils un prêtre, mais Kevorg a quitté l’école en prenant quatre ans de vacances pour gagner de l’argent afin d’acheter des armes et s’est rendit à Alep où il a rejoint Arabo. Dans une de ses batailles, il a tué un officier de police et a été condamné 15 ans de prison. En 1896, il a réussi à s’échapper de la prison avec un groupe d’arabes 2 ans plus tard et a rejoint le groupe de Serob Aghbiur à Sassoun. Il était membre de Dachnak.  En 1904, il était le commandant du secteur sud lors de la révolte du Sassoun II. Grièvement blessé, son corps a été trouvé deux jours plus tard en 1907.

            Drastamat Kanayan (en arménien : Դրաստամատ Կանայեան), alias Général Dro(1884 – 1956) était un politicien, révolutionnaire et un général sous la République démocratique d’Arménie (1918-1920). Il est né à Surmely à Igdir (en Turquie). En 1902, il a terminé l’école russe à Erevan et est entré dans l’Académie militaire Piatigorsk. En 1903, il a rejoint le parti Dachnak et a participé activement aux massacres de Bakou en 1905. Il a versé beaucoup de sang en Azerbaïdjan. Les arméniens défendent toujours ses actes meurtris.

Pendant la Première Guerre mondiale, il a participé activement aux combats dans le front du Caucase et a rejoint la deuxième brigade arménienne des volontaires de l’armée russe où il dirigeait les combats menés à Van. À la fin de 1917, il a été nommé au poste de commissaire. En 1918, pendant la guerre entre l’Arménie et la Turquie, il a participé activement dans les combats et a dirigés les troupes arméniennes.

En Novembre 1920, il a été élu ministre de la Défense de l’Arménie. Après la proclamation de la République socialiste de l’Arménie, Dro a été nommé président du Comité Révolutionnaire Arménienne, en vertu du contrat entre la Russie et l’Arménie signé le 2 Décembre 1920. Mais quelques jours après il a démissionné de son poste car il n’était pas d’accord avec la décision du Comité Révolutionnaire. En Février 1921, il a rejoint le soulèvement contre la domination soviétique et après la révolte il a déménagé à l’étranger. Plus tard, il a vécu au Liban, puis en Roumanie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale il a collaboré avec les allemands contre l’armée soviétique avec Garegin Nzhdeh. Il a participé à l’organisation de la légion d’détenus arméniens vivant en Europe. Il est mort à Beyrouth le 8 Mars 1956 et a été enterré à Boston.

            Hampartsoum Boyadjian ( arménien : Համբարձում Պոյաճյան ) (1867 – 1915), également connu sous son nom de guerre, Medzn Mourad ( Mourad le Grand ), était un des leaders du Mouvement National arménien, un fédaï  actif, politicien et militant du Parti social-démocrate Hentchakian. Il est né à Hadjin (Cilicie). Mourad a rejoint le Parti Hentchakian  quand il était étudiant en médecine à Istanbul. En 1890, il a participé à la manifestation Kum Kapu. Après cet événement, Murad s’enfuit en France, après en Grèce et de là vers l’Amérique.

En 1893, il est allé au Caucase pour organiser l’assistance aux habitants arméniens de Sassoun et un an plus tard, en 1894, il a organisé la révolte du Sassoun avec Andranik. En 1896 Mourad a été arrêté et condamné à 101 ans de prison. Exilé à Tripoli il a été élu membre au Comité central du Parti Hentchakian. En 1906, grâce à ses amis du parti il a réussi de s’échapper de la prison et, après la victoire des Jeunes-Turcs il est venu à Istanbul en 1908. Il a été élu député à Adana, mais le 24 avril 1915 étant un participant à la révolte il a été exilé avec les 234 membres arméniens du comité.

            Arshak Nersesian (en arménien ԱրշակՆերսիսյան 1872 – 1940) – est l’un des leaders du Parti Hentchakian. Il a rejoint après les dachnaks. Il s’est battu contre les turcs à Much et Sassoun où il a tombé en captivité.  Il a créé le Fond de l’aide financière aux réfugiés arméniens avec Murad. En mai 1929, il a participé à l’écrasement de la révolte armée. Il a été membre du Parlement de l’Arménie.

            Hamazasp Srvantstyan (en arménien Համազասպ  Սրվանձթյան) – est un membre actif du mouvement fédaï arménien du XX siècle. Il est né en 1873 à Van et a été tué en 1921. Depuis sa jeunesse il s’est engagé activement dans le mouvement révolutionnaire.

Hamazasp a commis des carnages à Shusha pendant les pogroms turco-arméniens de 1905-1906. En 1908, il a été arrêté avec les dirigeants du Dachnak par le gouvernement tsariste et a été envoyé en exil en Sibérie où il est resté 15 ans. Mais en 1913 il a réussi s’échapper et s’est rendit en Europe. Un an après, en 1914 il est arrivé à Istanbul. Pendant la Première Guerre mondiale Hamazasp commandait les groupes armés formés de volontaires qui ont pris part à de nombreuses batailles. Sa cruauté était connue à tout le monde.Le terrorisme arménien et ses fédaïs

En février 1917, il a été nommé commandant de la police. Etant un participant actif dans le massacre perpétré en mars de 1918 à Bakou, il a été envoyé par S. Shaumyan à Guba pour “l’instauration du pouvoir soviétique” en mai de la même année. En arrivant à Guba, il a fait brûler 122 villages musulmans de Guba. D’après la Commission d’investigation de l’ RDA, tous ces massacres ont été perpétrés par le groupe armé dirigé par Hamazasp.  En 2007, un charnier a été découvert lors de la construction du stade dans la ville de Guba. Selon les investigations des scientifiques azerbaïdjanais, ces restes humains sont les résultats de l’un des crimes commis par le groupe de Hamazasp pendant le massacre de 1918. Durant l’été et l’automne de 1918, il a participé aux batailles de “libération de Bakou” contre l’Armée Islamique du Caucase. Par la suite Hamazasp s’enfuit en Iran.  Après la fin de la Première Guerre mondiale, il est retourné en Arménie et fut bientôt nommé commandant en chef de l’armée arménienne dans la région Yeni Beyazit. Il a participé à la guerre turco-arménienne en 1920. Hamazasp a été arrêté par le gouvernement soviétique en 1921 et emprisonné en Iravan où il a été exécuté par les communistes.

            Andranik   Ozanian (en arménien ԱնդրանիկԹորոսիՕզանյան, 25 février 1865 – 31 août 1927) – est considéré comme l’un des dirigeants du mouvement séparatiste arménien à la fin du XIXème siècle.  L’héros national de la Bulgarie, il est né à Shabin-Karahisar dans la province turque de Giresun. Craignant d’être jugé pour ses crimes, Andranik, l’un desprincipaux fédayin qui a commis de nombreux crimes contre l’humanité et des massacres, s’est enfui aux États-Unis où il meurt quelques années après. En février 2010, sa dépouille est exhumée et rapatriée du cimetière du Père-Lachaise (à Paris) en Arménie.   (Analyse plus détaillé– Gafar Tchahmagly)

Le fédaisme a été un concept d’idéologie introduit aux arméniens pendant la guerre du Karabakh et les groupes ont été créés portants les noms de ces terroristes énumérés ici. Le chant “Fédaï, oh fédaï” était très célèbre (Information plus détaillée par Gafar Tchahmagly).

Au cours des années 1992-1994, pendant la guerre du Karabakh, les membres des groupes fédayin arméniens étaient sur le champ de bataille. Les fédayin-terroristes sont arrivés de quatre coins du monde au Karabakh. Tué au Karabakh le plus connu d’entre eux était terroriste international Monte Melkonian.

Le fédaisme arménien en réalité est la terreur. Il n’ya aucune différence entre le terrorisme et le fédaisme. Après avoir écrit sur certains d’entre eux, nous avons voulu mettre en lumière leurs actions réelles.

Nom en anglais Nom en arménien Traduction arménienne Personne (max). Commandant Q.
1 “ALA” «ՀԱԲ» HAB 5000 Razmik Vasilyan  
2 “Tigran Metz” «ՏիգրանՄեծ» Tigran Mets 400 Armenak Armenakyan  
3 “Sasuntsi David” «ՍասունցիԴավիթ» Sasuntsi Davit 500 Arkady Ter-Tadevosyan  
4 “Andranik Zoravar” «ԱնդրանիկԶորավար» Andranik Zoravar 400 ?  
5 “Vrizharuner” «Վրիժառուներ» Vrijarunyer 200 ?  
6 “Dashnaktsakanner” «Դաշնակցականներ» Daşnaktsakanner 200 Tatul Krpeyan  
7 “HyeDat” «Հայդատ» Haydat 200 ?  
8 “Mush” «Մուշ» Mush 300 ?  
9 “Nork-Marash” «Նորք – Մարաշ» Nork – Marash 200 ?  
10 “Sassoon” «Սասուն» Sasown 100 Sasun Mikaelyan  
11 “Ashot Erkat” «ԱշոտԵրկաթ» Ashot Yerkat’ 250 ?  
12 “Malatya-Sebasia” «Մալաթիա – Սեբաստիա» Malat’ia – Syebastia 200 Vahan Zatikyan  
13 “Arabo” «Արաբո» Arabo 40-200 Simon Achikgezyan  
14 “Parapats martikner” «Պարապածմարտիկներ» Parapats martiknyer 300 H.G. Mkrtchyan  
15 “Razdan” detachment «Հրազդանյանջոկատ» Hrazdanhan jokat 200 Zarzand Danielian  
16 “Crusaders” «Խաչակիրներ» Xachakirnyer ? Garo Kahkejian  
17 “Tsegakron” «Ցեղակրոն» Tseghakron ? Hagop Khachatryan  
18 “Sasna tsrer” «Սասնածռեր» Sasna tsryer ? Samvel Gevorgyan  
19 “Suicide Squad” «Մահապարտներիջոկատ» Mahapartnyeri jokat 150 Alexander Tamanyan  
20 “The Deers” «Եղնիկներ» Yeghniknyer 400 Shahen Meghrian  
21 “Ossetian detachment” «Օսետինյանջոկատ» Ōsyetinhan jokat ? Mirza Abayev  
22 “Shushi” «Շուշի» Showshi ? Zhirayr Sefilyan  
23 Yerkrapah «Երկրապա» Yerkrapa ? Vazgen Sargsyan  
24 “Nart” «Նարտ» Nart ? ?  
25 “Black Panther” «Սեվհովազ» Syev hovaz ? Ruben Egoyan  
26 “Cobra” «Կոբրա» Kobra ? B. Agasaryan, N. Gulyan  
27 The Eagle Kamikazes ԱռծիվՄահապարտներ Artsiv Mahapartnyer ? Vazgen Sargsyan  
28 Aknalich ? ? ? ?  
29 Echmiadzin detachment ? ? ? ?  
30 Hadrut detachment ? ? ? ?  
31 Sisian detachment ? ? ? ?  
32 Kapan detachment ? ? ? ?  
33 Martakert detachment ? ? ? Norayr Danielian  
34 “Nikol Duman” ՆիկոլԴուման ? ? Armen Martirosyan  

Nous vous présentons le fichier non complet des fédayin terroristes arméniens combattu au Karabakh. Nous avons utilisé des sources anglaises. Les sources arméniennes ne nient pas cette réalité non plus.

 

14.10.2013 12:45

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*