Français

L’école d’architecture de Nakhitchevan

01.05.2014 | 13:52

1398937690_10331690_1484081015139604_352829087_nIl y a des architectes, des créateurs qui jouent un rôle de pont entre le passé et futur. Selon moi, ces sources sont à la fois la source d’information, également la source spirituelle. La mémoire de nos grand-pères, le désir, la trace de main, même dernier regarde de quelqu’un peuvent être cachés derrière un monument.Nakhitchevan est l’une des premières régions où les humains ont commencé à vivre. Les objets appartenant à l’antiquité qui sont obtenus à partir des fouilles archéologiques et les monuments parfaits du Moyen Age prouvent ce fait.

 

 

Lorsque l’on parle de l’école d’architecture de Nakhitchevan, il faut particulièrement mettre l’accent sur les travaux de Memar Ajami. Il a apporté un certain nombre d’innovation à l’école d’architecture de Nakhitchevan et du monde. Du point de vue artistique, l’architecture gothique n’est apparue qu’au XV siècle dans l’école d’architecture occidentale. Cependant, 100 ans avant, Memar Ajami a appliqué ce genre dans ces monuments.

Au XII siècle, les beaux-arts et l’architecture sont considérablement développés à Nakhitchevan. À cette époque les villes de l’Azerbaïdjan, y compris Nakhitchevan , ont commencé à jouer un rôle important. L’école d’architecture de Nakhitchevan est formée par la fusion des traditions locales et azerbaïdjanaise.

La maçonnerie de brique, diverses formes de construction en brique, l’application habile des différentes briques en terme de taille, l’inclusion des briques vernissées colorées et des albâtres dans les ornements d’architecture afin d’éviter la banalité unicolore sont caractéristiques de l’école d’architecture de Nakhitchevan. L’élégance et l’esthétique sont combinées dans cette école d’architecture. Cette combinaison permet de créer des monuments uniques.

Memar Ajami qui est né à Nakhitchevan, y a vécu et crée. Ajami est le fondateur de l’école d’architecture de Nakhitchevan, ainsi il faut également souligner son rôle dans le développement de l’architecture azerbaïdjanaise et émergence d’un nouveau genre. À partir des manuscrits ‘Ejaib-ul-bela’, on peut obtenir davantage d’informations sur l’architecture de Nakhitchevan du Moyen-Age. C’est un phénomène intéressant qu’à cette époque les palais à plusieurs étages ont été construits. Les villes sont construites d’une manière planifiée.

  L’école d'architecture de Nakhitchevan   Le mausolée de Youssif ibn Kuseir. Selon les chroniques, ce mausolée a été construit en 1162. Il a une forme octogonale à l’intérieure et extérieure. Le mausolée se compose de deux parties. Ce genre est typique à la créativité d’Ajami. Il est connu comme ‘ le dôme des pères’. Le monument se compose d’une voûte souterraine et d’une partie qui est sur la terre. On y trouve une forme de double dôme. Lorsque l’on parle de la structure, il faut souligner que la partie occidentale du mausolée a une différente forme. On voit la porte d’entrée dans cette partie. Le mausolée de Youssif ibn Kuseir n’est pas très grand, pourtant il a une proportionnalité extraordinaire et exactitude professionnelle.

Le mausolée de Mominekhatun. L’un des monuments que Memar Ajami a crée à Nakhitchevan est le mausolée de Mominekhatun. Ce monument a été construit en 1186 en l’honneur de la mère de Mohammed Jahan Pehlavan, qui est le fils d’Atabek Chemseddin Eldegez. Dubua- de Monpère qui a été à Nakhitchevan au début du XIX siècle a très apprécié le monument. Le mausolée de Mominekhatun attire l’attention de nombreux art-expertes et architectes, puisque sa structure architecturale est parfaite et a un niveau professionnel. La surface extérieure de ce mausolée dont la hauteur est de 26 mètres n’est pas disponible de nos jours. Comme les autres monument, ce mausolée se compose aussi d’une partie souterraine et d’une deuxième partie qui est sur la terre. La partie souterraine a une forme décagonale. Le mausolée de Youssif ibn Kuseir et Mominekhatun ont une structure similaire. Dans ce mausolée aussi, les coins ont une forme émergée. Le mausolée de Mominekhatun attire l’attention par la richesse des ornements sur la surface.

  L’école d'architecture de Nakhitchevan   On voit les épigraphes gravées par l’écriture coufique sur les ornements susmentionnés. La longueur des épigraphes atteint 500 m. Les ornements géométriques consistent en les formes d’étoile et le branchement des lignes. Les étoiles sont pentagonaux, hexagonaux et octogonaux, ainsi on voit des figures hexagonaux et octogonaux. Seulement la surface de la partie occidentale du mausolée a une différente forme. Cette partie est divisée en deux parties : en bas, la porte d’entrée est composée d’arches, l’autre partie est décorée avec les ornements. Le nom de Memar Ajami et la date de construction sont indiqués sur le coté occidental du mausolée. Les quatre grands bourgeon qui sont à l’intérieure du mausolée de Mominekhatun constitue le seul élément décoratif à l’intérieure. Les dessins et l’écriture qui sont à l’intérieure des bourgeons sont présentés comme les ornements. On estime que les mots ‘Allah’, ‘Omer’, ‘Osman’, ‘Ali’ sont gravés dans les écriture. Ernist Ditsin, l’orientaliste allemand, dans son livre intitulé ‘ l’histoire de l’art turc’ évoque que le célèbre architecte turc, Sinan, est influencé par les mausolées de Nakhitchevan. Dans ce livre il est cité que Sinan en tant que l’ingénieure militaire était venu à Nakhitchevan avec les janissaires. À cet époque il a connu les œuvres artistiques créées par Ajami et ultérieurement il en a profité dans sa créativité.

  L’école d'architecture de Nakhitchevan   Le mausolée de Gulustan. Le mausolée, situé dans le territoire de Nakhitcheva, près de Julfa, attire l’attention en terme de genre et forme. Le monument est connu sous le nom de l’endroit où il est situé. Le mausolée Gulustan comprend une voûte à l’intérieure et une construction à l’extérieure. Les deux parties ont une circulaire et sont situées au-dessus de la surface de la terre. L’ architecte a laissé un espace vide à l’intérieure afin de protéger la volume. Ajami a décoré la partie où le tronc joint avec au siège et la surface par les gravures plastiques. Dans un certain sens, le monument a un caractère sculptural. La surface extérieure du mausolée est couverte par les ornements géométriques. 3 compositions des ornements sont utilisées afin de décorer le mausolée de Gulustan. Ces compositions sont dessinées sur 12 surfaces du monument. Le dôme rouge et le dôme bleu à Maraga, le Mausolée circulaire à Ourmia, qui sont construits au Moyen age, ont le même caractère que les mausolées de Nakhitchevan. Dans chacun de ces monument, on voit le style de Memar Ajami.

La mémoire de Memar Ajami a été immortalisée dans notre République. L’une des stations de métro de Bakou porte le nom du célèbre architecte. Ainsi, les pièces, ‘Un dixième de siècle’ de H.Ibrahimov et ‘Il était le fils de nos montagnes’ de Kemale, sont dédiées à la mémoire d’Ajami.

Il y un idiome qui dit que les forteresses et monuments portent les traces. Il ne faut pas seulement toucher à ces traces et les commémorer.. il faut également les ressentir ! Après nous, l’art, la créativité , la science peuvent garder nos traces dans ce monde ..Comme il est évoqué dans les couplets connus :

Cette forteresse est à nous
Elle restera toujours à nous
Elle n’est pas pour ma race
Elle est pour ma trace.

Fakhri Mammadli
Art-expert
le Membre de l’Union des Artistes de l’Azerbaïdjan

la littérature utilisée :
L’art de l’Azerbaïdjan – Salamzadé, Rzayev, Karimov, Efendiyev, Habibov-1977.Bakou.

 

01.05.2014 13:52

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*