Français

Les Chevaux du Karabakh

25.11.2013 | 16:12

1385381444_1362992111_qarabag-tarixaLes chevaux du Karabakh originaires de la région de Karabakh en Azerbaïdjan sont des chevaux rares dans le monde ainsi qu’ils sont considérés comme la plus ancienne race de chevaux en Asie et dans Caucase. Les certains  chercheurs estiment que les chevaux du Karabakh seraient issu d’une race native du Karabakh croisée avec des races appartenant à l’Etat comme, Manne, Midie, Atropatena et l’Albanie du Caucase.

 

 

Depuis des siècles ces chevaux à la suite de croisements avec les races romain, sassanide, arabe, seldjoukide, mongol, iranien, ont subi quelques  les changements  de leurs races. Mais ils ont toujours réussi à préserver leur race, ayant en plus un rôle significatif dans  l’élevage  des  pays comme la Turquie, la Géorgie, l’Iran, la Géorgie du nord, la Russie, le Kazakhstan aussi que l’Europe de l’ouest.

 

C’est grâce aux chevaux du Karabakh, la race de cheval du Don a une couleur doré. Il faut noter que cette race de cheval devenu connu dans le monde a été essentiellement élevée et améliorée par les khans du Karabakh.  À l’époque dans les fermes de khans Karabakh et les gens riches vivant dans les provinces, avaient élevé des centaines de chevaux Karabakh.

 

Dès le milieu du XIX siècle impliqués dans les expositions internationales les chevauxKarabakh ont remporté plusieurs lieux honorables. Au début du XXe siècle cette race était sur ​​le point de disparation. Mais l’haras créé en 1948 à Agdam en Azerbaïdjan a servi à la reconstitution de la race pour retrouver le type ancien ainsi que sa gloire perdue.  En 1956, le gouvernement soviétique a présenté en cadeau le cheval de cette race nommé Zaman (le temps)  à La reine d’Angleterre Elizabeth II.

 

Il  faut également mettre en évidence l’indispensabilité  des chevaux Karabakh indispensables vendu en grandes quantités dans les années 80 aux enchères de Moscou dans de nombreux pays étrangers  comme  Allemagne , le Pays -Bas,  la Suisse , l’Italie , la France et d’autres pays.     À la suite de l’agression arménienne contre l’Azerbaïdjan , le massacre des Azerbaïdjanais du Haut-Karabagh , ainsi que de  centaines de milliers de réfugiés et de personnes déplacées ont été   obligé  de   quitter  leur   foyers,  il  a   eu une perte importante de système économique , y compris l’ élevage de chevaux . En 1993,   après l’occupation de la  ville Ağdam, considéré comme un trésor national de chevaux Azerbaïdjan,  les chevaux du Karabakh vivent   comme  des    réfugiés.

 

Selon certains rapports, au début de   conflit  du Haut- Karabakh, les  Arméniens d’abord ont  voulu d’empoissonner  les chevaux d’haras  situé  dans  Ağdam. Lors de l’invasion des troupes arméniennes   de  la  ville,  l’un des objets d’intérêt pour eux   était juste  l’haras. Mais les Arméniens n’ont pas   atteint leurs buts, car les éleveurs ont pu évacuer des chevaux Karabakh du champ de bataille.

 

Les chevaux du   Karabakh pendant un certain temps ont été placés dans la région de Yevlakh, sur le territoire de    tribale “Aran “. Mais les conditions naturelles de ces lieux ne furent  pas acceptables pour les   chevaux de  cette  race   et ils ont été transférés à la région Agjabadi.  Actuellement, toute une nouvelle génération des   chevaux   du   Karabakh   ont   élevées    qui   ont conservé les caractéristiques de cette   race.

Solide, fort et noble … Noureddine Atayev,   travaillé   à  l’époque au  goujon  d’Ağdam, actuellement l’entraîneur dans l’Hippodrome, dit que les chevaux du  Karabakh ya beaucoup de qualités qui les distinguent des autres races de chevaux. Le démarche moyenne   du cheval Karabakh est   de 8 kilomètres par heure   ainsi  qu’ils  sont   diffèrent par l’allure et l’apparence.

 

Le Karabakh est un petit cheval de selle dont la hauteur moyenne est de 140 cm. Il est très élégant et ressemble beaucoup à un Arabe, avec des formes harmonieuses et un port racé. C’est également un cheval avec de bonnes allures et au pas très sûr. Le Karabakh est un cheval rapide, courageux, endurant et docile. A la course, il est fort et agile. Il est réputé pour son bon tempérament. Le Karabakh bien qu’il peut devenir rétif est de nature calme, travailleur et brave.   A   l’époque, cette  race   servait à transporter des bagages lourds. C’est un cheval au pied sûr qui supporte bien les rudes parcours à travers les montagnes. Le Karabakh excelle comme beaucoup de races équines européennes, à la compétition. Il sert aussi de cheval de monture ou de selle.

 

Aux goujons de   la  région   Karabakh,  on   élevé     les  chevaux, appartenant à trois types :Maymun ,  Garniyirtig et  Aliyetmez (appelé aussi Jeyran). Les chevaux appartenant au typeMaymun  adaptés  aux longs parcours, ont un tempérament calme et sont    enclins  à saut en hauteur.   Les   chevaux  Garniyirtig    ont une allure très attrayant, le cou long, mais qui sont beaucoup moins forts et résistants que les chevaux du type Maymun.

 

Aliyetmez  excelle d’autres types  à la course de courtes distances, a un saut en hauteur et le corps gracieux ressemblant à  une gazelle. En plus, les éleveurs    accordaient   l’attention au  type nommé   Tohmag. Ces chevaux ont un corps assez grand, de  la couleur jaune d’orée, la crinière et les jambes brun foncé. Il ya quelque temps, dans un rapport préparé par la chaîne de télévision CNN, le  Karabakh a  été  décrit    comme une  race forte, solide et noble.  Ainsi, il a été souligné l’importance  de   ces   chevaux  pour les Azerbaïdjanais. 

 

Les Chevaux du KarabakhMême si les  Arméniens veulent devenir les maîtres de chevaux du Karabakh…

 

Au cours des dernières années, le gouvernement a pris des mesures pour la reconstitution de la renommée et la popularité des chevaux Karabakh ainsi que pour le développement de l’élevage de chevaux en Azerbaïdjan. En 2007, la loi sur  l’élevage des chevaux a été adoptée par  la République d’Azerbaïdjan et le  programme pour le développement de l’élevage a été réaffirmé Dans les territoires vierges de la ville d’Agjabedi les  certaines conditions pour le maintien de chevaux Karabakh ont été établies ainsi que le terrain nécessaire pour l’élevage a été encerclé. En outre, le renforcement de la base matérielle et technique de goujon ainsi que la conservation  le patrimoine génétique de la race Karabakh, nécessite tout une série des événements importants. Il est important d’augmenter le nombre de chevaux -Karabakh, car après le changement des conditions climatiques, leur nombre a remarquablement diminué.

 

Le ministère de l’Agriculture estime aussi que l’objectif principal consiste de l’augmentation du  nombre de chevaux et de leur protection. Selon les informations reçues du ministère, des documents et projet d’état prévisionnel pour le développement de l’élevage de chevaux sont déjà au stade de préparations et dès cette année les réalisations des mesures prévues seront débuté. Par ailleurs, après l’occupation d’Ağdam par les Arméniens, les chevaux transférés aux d’autres régions étaient sur le bord de l’extinction. A la suite de création des conditions nécessaires sur les  terrains de la ville d’Agdjabedi, il a eu des problèmes dans l’élevage des chevaux du Karabakh car ces chevaux sont adaptés à l’air frais des montagnes hautes.

Le directeur de l’ancien goujon d’Ağdam Maarif Husseinov a annoncé que  les  Arméniens ont tenté plusieurs fois se procurer des chevaux Karabakh. Mais quelques jours avant l’occupation de la région , les chevaux du Karabakh ont été transferés des zones de combat  sur le terrain d’élevage de volailles du village Uchoglan, puis ils ont été déplacé au ferme ” Aran ” dans la région Yevlakh, et depuis 1994, ils ont été déplacés dans le territoire de la ville d’Agjabadi.

 

Malgré le fait que cette, l’eau, la végétation ne remplace pas la patrie des chevaux Karabakh,Ağdam, au fil des ans les chevaux ont pu s’adapter à des conditions inappropriées pour eux. Actuellement, dans le goujon d’Agjabadi on contient  jusqu’à 200 chevaux. Chaque année, ils donnent 30 – 40 étalons . En grandissant, ils remplacent les chevaux plus âgés dont une partie après d’avoir passé la formation est envoyé à l’hippodrome d’Etat de Bakou ” Jidir “.

 

Nous ne devons pas oublier que le retour des chevaux Karabakh à des expositions internationales ainsi que  leur participation aux différentes compétitions sera en mesure de jouer un rôle important dans la propagation des vérités sur  Karabakh dans le monde entier.

 

 

 

Naiba Gourbanova

 

«KarabakhINFO.com »

 

25.11.2013 16:12

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*