Français

Les kourganes de Khodjaly

05.11.2013 | 16:14

1383653119_1361788966_xocalimLa plupart des monuments de la fin de l’âge du bronze et du début de l’âge du fer appartiennent à la culture de Khodjaly – Guédébey. 

 

            La ville de Khodjaly situé près des rivières Badara et Gargar, essentiellement montagneuse, possède un climat modérément chauds sur les hauts plateaux alpine et subalpine. Ses plus hauts sommets sont les hauteurs Gyzgala (2.843 m) et Gyrkhgyz (2827 m). Il y a aussi les territoires montagneuse forêts et des terres de montagne prairie dont l’environ 40 %  est riche en arbres des pistaches, le tilleul, le bouleau et d’autres arbres. C’est pour cette raison que les tribus pastorales turcs, qui à l’antiquité menant une vie nomade, ont choisi cet endroit et sont immigré ici en créant une culture riche.

          Quant au patrimoine historique de la région, parmi ses sites historiques en premier lieu on peut citer le mausolée de forme circulaire (1356-1357), la nécropole appartenant à l’âge du Bronze tardif et au début de l’âge du fer, les kourganes etc.  En même temps, dans ce territoire, avant l’occupation, il se trouvait de nombreuses pierres tombales, qui ont été dépeints en relief de “ram et selle “, les lieux saints (Jalal Seyid, la grand-mère Jahan, etc.). Les scientifiques y ajoutent aussi la ” Forteresse Asgaran ” situé entre la ville de Khodjaly et le village d’Asgaran sur les rives droite et gauche de la rivière Gargar, qui se réfère à la XVIII siècle ainsi que l’église albanaise situé dans un endroit appelé «Église» et les anciennes tombes des Kiptchak.  Auparavant, dans le village de Karkijahan il y avait les trois cimetières où on pouvait trouver des tombes portant des inscriptions datant au XVI siècle et les vestiges de cimetières musulmans existés il ya 800 ans. Actuellement,  les monuments dans ces territoires sont subits de la destruction totale des vandales arméniens.

            Le cimetière de Khodjaly découvert au XIXème siècle, constitué de boîtes et des kourganes de pierre, est un monument archéologique de l’âge du Bronze tardif et du début de l’âge du fer (VIII- VII siècles av. JC). A la suite des fouilles archéologiques ici ont été découverts les différent poteries, armes (épée, poignard, arc et flèches, hache), or, bronze, des bijoux faits de coquillages, agate, verre, outils en bronze et des chevaux d’armes.

          Les monuments de la période du Bronze tardif de l’Azerbaïdjan sont caractérisés dans la littérature archéologique comme des monuments de l’âge du bronze tardif et du début de l’âge du fer. Cette phase de transition – du Bronze à l’âge du fer couvre la deuxième moitié du IIème millénaire av. JC. L’étude des sites montrent que depuis la seconde moitié du IIème av. JC., il ya eu des changements significatifs dans la vie socio -économique et culturel des tribus vivant sur ​​le territoire de l’Azerbaïdjan, y compris Karabakh. Le processus d’unification ethnique et culturelle des tribus est continué.

          La plupart des monuments de la fin de l’âge du bronze et du début de l’âge du fer appartiennent à la culture de Khodjaly – Guédébey. Il faut dire que les établissements appartenant à cette culture sont très peu et le monument le plus étudié est la colonie d’habitation №-1 situé dans la vallée Ganjachay au sud de la ville Khanlar, sur la rive gauche de Ganjachay. La zone de la colonie compte d’environ 3 hectares. Les maisons découvertes ici sont divisés en deux groupes. Le premier groupe comprend les maisons de la forme oblongue d’origine nomade.  Les fouilles archéologiques indiquent que ces maisons ont été habitées à différents stades de l’âge du bronze. La maison №-58, habitée dans l’âge du bronze, a été divisée en quatre parties par une paroi intermédiaire.  Dans le mur d’Est on a trouvé une porte s’ouvrante à la 1ère et 4ème chambre.  Dans les autres salles, ces ouvertures n’ont pas été trouvées. On suppose qu’ils sont situés légèrement au-dessus du sol. La plupart des bâtiments dans cet habitat sont les maisons de la période du Bronze, de petite taille. Y. Hummel avait étudié les restes de ces maisons. Il a également été constaté que l’avant de la maison №-54 était à une époque une grande cour, protégée par un mur de pierres de rivière. Dans la construction de la maison étaient des pierres de rivière aussi utilisés.

          Une partie des monuments archéologiques appartenant à la culture de Khodjaly – Guédébey s’est située au Karabakh. A.A. Iessei a mené les fouilles dans les colonies Uch- Tepe, Rasul -Tepe, Tepe Beyuk, Goy- Tepe, Kara Tepe et d’autres. Au cours des fouilles en Uch- Tepe les restes de maisons rectangulaires et de forme ovale ont été trouvés. Les deux couches de construction relatifs à la fin du 2ème millénaire avant JC, découvertes dans la colonie de  Garatepe ont été fixés par H.F. Jafarov ainsi que les fouilles sont relevé des restes de murailles fortifiés fixé de constellations quadrangulaires construite en briques sur une base en pierre. Les produits céramiques, trouvés dans les colonies du Haut-Karabagh, de la couleur gris ont été décorés avec des ornements de différents motifs. L’un des kourganes étudiés à Borsunlu appartenait au chef de la tribu, en vertu duquel a été trouvée une grande chambre funéraire (32 x 8 x 4) d’une surface de 256 m².  La surface des tombes étaient recouvertes de deux, trois, et dans certains endroits quatre couches de poteaux en bois. Selon l’archéologue Veli Bakhshaliyev, l’excavation indique les signes du vol du kourgane dans les périodes précédentes :

            « C’est le chef tribal, l’autorité internationale et religieux qui a été enterré dans la tombe  sur le sol en bois, qui avait été fixé en bronze et des clous d’or. Il avait neuf serviteurs et  gardiens. Les  huit squelettes de chevaux richement décorés et des restes d’os de bovins  ont également trouvé dans la tombe. Le rituel d’enterrement attire l’attention avec sa solennité excessive et la grandeur ».

 

           Le scientifique écrit à propos de la richesse des graves ustensiles qu’ils sont modelés sous forme de poterie originale, haches en bronze ainsi que avec les diverses selles de cheval, burins, les conseils blindés, pointes de flèches et de lances, les bijoux de chevaux et d’autres objets. Fabriqué à partir de bride osseuse avec des images de décoration humaine de dents d’ivoire, des boutons d’or, ceinture en or, de la poterie émaillée sont du goût artistique de fabrication élevé. Parmi les découvertes ont des boutons de verre, perles, bijoux en bronze, des pâtes et de cornaline, de marbre massue forme originale :

« Le kourgane à Borsunlu à la base de l’analyse des matériaux archéologiques trouvé se réfère à XII – XI siècle avant JC.  L’une des monuments étudie à la manière profond de la culture Khodjaly – Guédébey est le cimetière de la période du Bronze, situé près du village de Khodjaly.  Les kourganes de la taille moyens  ont été trouvés dans ces territoires où les sépultures privés et collectives ont été mené. Les certains parmi d’eux ont été marquées par les rituel de crémation. Les poteries, des armes et des ornements typiques pour la culture de Khodjali -Guédébe ont été trouvés ».

 

          Les fouilles archéologiques du kourgane № 11 à Khodjaly, a donné une information particulièrement importante où on trouvé un bijou avec le nom du sultan Assure Adadnirari. I.I.Meschaninov porte ce bijou au VIIIe siècle avant jésus christ. Récemment, les chercheurs ont tendance à croire que ce bijou appartient à la période de la vie Adadnirari I vécu vers la fin du IX – début du VIII – siècle avant jésus christ.

          Cette constatation est d’une grande importance pour éclaircir les pages sombres de notre histoire ainsi que l’identifier l’origine ethnique de la population du Karabakh de période de Bronze – période du Fer. Le fait est que le lieu de trouvaille du bijou est proche à Gargarchay, nommé en l’honneur un des tribus turc- kiptchak, des gargars. Les sources écrites qui date à l’antiquité  indiquent clairement que ces tribus ont vécu il ya des milliers d’années dans les territoires de l’Azerbaïdjan et donc ils sont la population indigène du pays.

          Les anciens manuscrits (XIII- XII e siècle av. JC) mentionne les noms des ethnonymes ” ku ” et ” cumène ” ( Kouman ) . On considère que le mot « ku » était le nom d’une des tribus turcophones (proto-turc) et son origine est associée avec un ancien totem  de cygne répandu parmi les tribus turques.  Les koumans ont été mentionné pour la première fois comme « cumène » dans les sources antiques aux XIII – XII siècles av. JC.   Y.Yusifov étant de même avis avec d’autres auteurs ci-dessus, écrit:

 « Ce ethnonyme est dérivé des terminaisons «  -man » (-men) utilisé dans les langues turques dans la formation des noms ethniques. Le mot Kuman, étant par la suite le nom turc , signifie « jaune, blanchâtre ».

 

          Nous rencontrons cette ethnonyme  dans le livre Tiglapalsar (1115 – 1077 avant jesus christ) :  «(v. 73) L’armée des kuman sont arrivés à temps pour aider à l’Etat Musru … ( v.82 ) A cette époque,  les kumans , qui ont décidé d’aider à l’Etat Musru , ont mobilisé tous leur forces afin de me faire face … ( VI.22 ) … Les chahs des kuman, effrayé ma forte pression dans la bataille, sont tombé à mes pieds … ».

 

           Le sultan assure Adadnerari II (911-890 avant JC) mentionne également dans son livres les kumans.  Par conséquent, le bijou d’or, trouvé à Khodjaly sur lequel le nom de sultan assure est écrit confirme l’appartenance la zone où il a rencontré les kiptchak – koumans à la terre ancienne azerbaïdjanaise. En Karabakh, en plus du cimetière de Khodjaly, des fouilles archéologiques ont été menées par Emil Resler dans les villages voisins Archadzore – Dovshanly, Ballydzha, Syrkhavend, Akhmakhi. Dans les kourganes № 1 et 2 à Dovshanly  la sépulture collective avait été réalisé et près du squelette ont été trouvés une épée de bronze, pointes de flèches, des haches, des fourches guerre, couteau, perles d’or et une quantité considérable de la poterie en gris.

             Une partie des monuments trouvés dans le Haut -Karabakh ont étudié par les chercheurs Y.I.Hummel, A.A. Ivanovski, I.M.Jafarzadeh, T.Passek et  B.Latynin ainsi que les dans la procedure de l’inhumation kourganes de Beimsarov, Borsunlu, Sarychoban sont assisté  H.F. Jafarov, F.R. Makhmoudov, T.I. Akhundov. De grands kourganes de nécropole Khojaly ( № 7 , 11, 14, 19-21 ) , les kourganes № 1 et 2 en Artchadzore – Dovchanly, № 1 – 5 en Akhmakhi, № 1 à Ballygaya, № 91 à Garabulag  se diffèrent  de leur coutumes funéraires riches. Ils sont caractérisés par un énorme tumulus, la structure complexe de chambre funéraire, l’utilisation des constructions en bois, la coloration de la chambre funéraire ainsi que les squelettes en ocre rouge, la présence des squelettes de chevaux, sépulture collective ainsi que par les nombreuses armes trouvées.  Dans certains kourganes on a trouvé les squelettes assise prés des  squelettes allongés. Ces caractéristiques réunissent les monuments de sites de Karabakh et Ganjhachay.

           L’explication de la coutume funéraire exige des informations plus détaillées sur certains d’entre les kourganes.  Selon l’ouvrage en VI volumes « L’archéologie de l’Azerbaïdjan »  sous le kourgane № 1 en Artchadzore – Dovchanly dans la tombe type de boîte en pierre a été retrouvé quatre squelette humain:

          «La surface de la tombe est couverte de cinq dalles de pierre. L’un des squelettes, posé  avec ses mains sur les côtés a enfouie dans la partie sud-est de la tombe. À ses pieds un pot rempli de cauris a été trouvé et sa tête  portait une couronne de bronze. Les deux autres squelettes ont été trouvés dans les coins du mur occidental. On suppose que l’un des squelettes appartenait à une femme car sur sa tête il y avait une coiffe faite de bronze. Selon les hypothèses  les têtes des deuxautres squelettes ont été couvert par un casque ».

          Les trois tombes ont été trouvées sous le kourgane №- 2.  L’un d’eux ce fut hors de la zone d’excavation et n’a pas été examinée. Dans la tombe I «a »  on avait trouvé un squelette humain, un diadème sur sa tête, le crâne d’un cheval à côté de lui, les dents de sanglier, le cercle bronze et les perles de cornaline. La bouche du squelette dans la tombe, a été emballé avec de la poussière d’or. Le squelette d’un homme sans tête ainsi que les objets en bronze et en pierre, des poteries, des armes de chevaux, des ossements de chevaux, les chiens et les oiseaux ont été trouvé dans la tombe « v » de kourgane II.

          Les kourganes Akhmakhi situés entre l’Arachadzore et Ballygaya sont tailles plus petits avec les tombes en forme des boîtes de pierre. Dans le kourgane №- 1 en Akhmakhi  on a trouvé les quatre squelettes dont l’un d’eux est couché et les trois autres sont dans une position assise. Les neufs autres squelettes humains dont un couché et les huit autres assises ont été trouvé dans la chambre funéraire de kourgane №-3.  Le sédentaire de ces squelettes a révélé des signes d’une mort violente, qui peut être une conséquence de l’assassinat.

            A.A.Ivanovski pendant les fouilles dans le kourgane №- 5  situé sur la rive droite de la rivière Kondelenchay a trouvé des squelettes de trois hommes et deux  chameaux et près d’eux, ont trouvé des armes de bronze, des objets en or et de la poterie. Les données archéologiques indiquent que ces kourganes ont été créés progressivement au cours des siècles.

Bakhtiyar Tunjay

“KarabakhİNFO.com”

05.11.2013 16:14

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*