Français

Les soi-disant ‘rois’ arméniens et l’Islam

15.05.2014 | 11:38

1400139272_1393493938_qondarma-ermeni-krallariComme les territoires où les arméniens habitent jouent un rôle de pont entre l’Est et l’Ouest, plusieurs ethnies sont passées par ces territoires et certains d’entre elles s’y sont installées. La structure politique-administrative de la région a plusieurs fois été modifiée en raison des guerres et de l’agression menées par ces ethnies. Parfois, elle a été étendue, parfois elle a été rapetissée et détruite. Ces zones hautes et larges avaient l’importance militaire et commerciale pour les états des anciens temps. C’est pour quoi, ces zones ont causé la concurrence entre les états et les empires voisins. Ainsi, ils ont subi des attaques permanentes. Les états hostiles sont fondés au sein de ces régions. Par conséquent, la population locale n’a pas pu résister contre l’agression venant de l’étranger et ils ont souvent perdu leur indépendance. 

Les fouilles archéologiques démontrent que les premiers fondateurs d’états et de culture sont venus de l’extérieure à ce territoire. D’après les faits obtenus à partir des fouilles archéologiques, la plus ancienne nation de la région est les nairis, autrement dit les urartus, dont le nom a été cité dans les écrits assyriens.  Robert de Gais évoque que : «  les arméniens, c’est à dire les hays, sont un mélange entre les tribus aryennes qui sont venues des plateaux Pamir de l’Asie centrale et les tribus apprenant à la race sémitique de la Mésopotamie ».

V.S.Monroe a également dit :  « En terme de race, les arméniens sont de la même famille que les iraniens, les baloutches et les tziganes. La couleur de leur peau varie du blanc jusqu’à la couleur d’olive. Leurs barbes ont la couleur de châtaigne. Leurs yeux sont grands, noirs et bleus. Leurs nez sont saillants comme chez les juifs. Ils possèdent des aspects physiques et mentales en commun avec les juifs. C’est pour quoi, ils sont appelés ‘les juifs chrétiens’ ou ‘les juifs baptisés’.

Dans son écrit, apparu au sein de l’édition du 13 juin 1917 du journal ‘Times’ publié à Londres, qui a été dédié à la ‘journée arménienne’, Dr. Henrich Poudor a dit: «  les arméniens sont chrétiens, en même temps ils appartient à la race sémitique. Leur caractéristique la plus marquante est d’avoir un nez épais et grossier ». Selon L.Suferey, l’anthropologue de Vienne, les juifs et les arméniens sont les descendants des hitits. Dans son écrit intitulé ‘les arméniens et les juifs’, Dr. S. Valsenberg affirme qu’il y a une ressemblance remarquable entre les arméniens et les juifs. Ainsi, cette ressemblance ne consiste pas seulement en apparence physique, mais aussi on peut l’observer dans le domaine mental :
« Dans le Caucase et en Georgie, les arméniens sont considérés comme les gens qui sont particulier en terme d’humeur » .
A la page 61 de l’édition de son livre intitulé ‘la Géorgie et la guerre générale’ l’auteur évoque :  « les arméniens qui sont marchands et commerçants sont la catastrophe des peuples caucasiens, puisqu’ils les pillent et exercent l’usure. C’est pour quoi, les arméniens ne sont pas aimés au Caucase. Les rôles qu’ils jouent à Tbilissi et dans d’autres villes sont similaires que les rôles de juifs de Varsovie ».

Cet auteur s’est opposé aux fausses pensées connues en Europe qui prétendent que les arméniens sont l’élément culturel du Caucase.  Dans ses œuvres intitulées ‘les rapports archéologiques’ et ‘les ruines d’Ani’, M.Brosset énonce : «  la langue maternelle des hommes d’Ani est le turc. En d’auttres termes, les arméniens grégoriens d’Ani sont originaires de l’Asie centrale ». Il est évident que les nouvelles nations et cultures se sont formées dans ces régions qui ont toujours subi les déplacements de différents peuples. Ainsi, les cultures existantes ont régulièrement été modifiées en raison de ces déplacements. Au troisième siècle, les arméniens installés en Anatolie de l’Est ont été convertis au christianisme par Saint-Georges et ils ont commencé à fonctionner comme une communauté. C’est un fait que les arméniens n’ont jamais eu le pouvoir dans la région en raison de l’absence d’une culture commune avec les autres nations locales, même s’ils ont formé un nouvelle communauté et ils étaient beaucoup plus nombreux en terme de démographie par rapport aux autres nations de la région Pourtant, ils se sont présentés comme l’un des plus importants éléments de la politique des grandes puissances comme Byzantins, Perses, Omeyyades, Abbassides et Seldjoukides qui voulaient dominer la région. Par la suite, les arméniens ont été utilisés dans la politiuque des croisés et de Mongols. Ainsi, le caracteristique d’être outil politique dans les mains de quelqu’un a deteminé le destin et la mentalité de la société arménienne.

Lorsque les ennemis utilisaient les tribus arméniennes l’une contre l’autre, ils ont parfois subi des difficultés. Pourtant, dans la plupart des cas ils ont atteint leurs but en faisant des divers promesse à ces tribus. Les arméniens prétendent qu’il y a eu de nombreux royaumes arméniens. Pourtant, aucun d’eux n’a jamais été indépendant. Les royaumes arméniens ont toujours accepté la domination de l’Empire romain et par la suite, celle des Etats byzantines et sassanides. En outre, leurs ‘rois’ n’étaient que les gouverneurs nommés par les empereur romains, byzantins et perses. Les arméniens ont payé les impôts à l’un de ces empires, parfois à l’autre et parfois à deux en même temps. Tout au long de l’histoire, les arméniens n’ont jamais été indépendants, même leurs ‘rois’ étaient d’origine mède, scythe et perse. Donc, nous pouvons dire en toute confiance que cette nation a toujours vécu sous le joug.En 476, l’Arménie a été partagé entre les sassanides et l’Empire byzantin: la partie orientale était sous le contrôle des perses, notamment, les byzantins dominaient la partie occidentale.

Tout au long de l’histoire, les arméniens n’ont pas pu fonder un état indépendant ni en Anatolie de l’Est, ni dans un autre endroit du monde. Ainsi, ils n’ont pas laissé leurs traits dans la culture. Avant Jésus et puis jusqu’à l’expansion de l’Islam, l’Anatolie de l’Est était le champ de bataille entre les perses et les byzantins. Soit l’un, soit l’autre la gardait sous le contrôle. Les arméniens de cette région vivaient comme un esclave sous la pression sassanide et byzantine. Jusqu’à la domination musulmane, ils ont subi les persécution des sassanides et byzantines. Ils ont été assassinés et expulsés en raison de leur croyance religieuse. Même aujourd’hui, on peut observer les traits de la culture perse et byzantine dans leur secte religieuse, la secte grégorienne.

Après le renforcement de l’Islam dans la péninsule arabique, elle a du faire face à deux grandes forces : dans l’Est au zoroastrisme des sassanides et dans l’Ouest aux byzantins chrétiens. Comme on le sait, dans le droit islamique, c’est un devoir pour tous les musulmans de propager l’Islam, autrement dit l’unicité du Dieu et la prophétie du prophète Mohammed. Ceux qui l’acceptent se sentiront en sécurité. En outre, ils seront également admis dans la fraternité de religion. L’Islam ne pardonne pas faire la guerre pour l’invasion, le pillage et d’autres profits. Dans un court délais, toute l’Iran d’aujourd’hui a admis l’Islam. Par conséquent, l’armée islamique était face à face aux byzantins.La guerre a été lancée. Les byzantins ont rendu la Syrie, la Palestine et l’Egypte à l’armée islamique triomphante et se sont retirés vers le Nord. Lors de ces guerres, les musulmans se sont toujours battus contre byzantins. Ils n’ont pas croisé ni un état arménien, ni un ‘roi’ arménien, ni une armée arménienne.Ainsi, les musulmans ont libéré l’Anatolie des byzantins, non des arméniens.
Concernant la région Cilicie : pour la première fois, Adana a été conquise par Hz. Omar. Par la suite, le calife AbdulMalik a occupé les régions qui entourent Adana jusqu’à Sivas et il a adhéré ces régions aux pays musulmans.

Avant l’arrivée des Seldjoukides, les arméniens n’étaient pas présents à la Cilicie. Les arméniens se sont installés dans les plaines montagneuses de la Cilicie où ils ont formé leur centre afin d’échapper au grand afflux turc. Pourtant, ils n’y ont jamais réussi à fonder un état libre et indépendant. À ce stade , les arméniens ont été soumis à la domination des albanais de l’Azerbaïdjan. De temps en temps ,les albanais ont fondé des petites principauté dépendante des Seldjoukids, des mamelouks et des croisés.

Après la domination de 4 califes, lors de la puissance de l’Omeyyade, des abbassides, des seldjoukides, du Mengujekli, de l’Artoukogoullari, du Aghkoyunlou, du Karakoyunlou, Ramazan ogoullari et enfin de l’Empire ottoman ces territoires ont joui d’une heureuse et confortable. Ces pays susmentionnés étaient dirigés conformément aux règles islamiques.Lors de la puissance des abbassides, la guerre islamique-byzantine a été perpétuée. Ainsi, les arméniens vivaient sous la domination islamique. Les byzantins ont exercés différentes pressions sur les arméniens afin de les convertir à l’orthodoxe. Contrairement, les musulmans n’ont jamais profané leur liberté de religion et de conscience. Donc, les arméniens considéraient que la domination islamique était plus favorable pour préserver leur identité et existence nationale. Lors de la puissance du calife Mehdi, en 777, les byzantins qui ont voulu profiter du chaos produit dans l’Empire abbasside se sont avancés jusqu’aux plaines Marach et Amid. En 778, l’armée islamique sous le commandement de Hassan Kahtaba a battu les byzantins. Par la suite, calife Mehdi a envoyé l’armée sous le commandement de son fils,d’Harun Reshid, sur l’Empire byzantin. L’armée islamique a conquis toute l’Anatolie. L’empereur byzantin a été contraint de signer un accord de paix sous la condition d’allouer 70 milles d’or par an. La région qui se situe dans la partie orientale de la ligne entre la Cilicie et l’Erzinjan est devenue une région frontalière appelée l’Avassim sous la domination de l’Empire abbasside. Par conséquent, les arméniens habitant dans l’ouest de l’Euphrate ont également admis la puissance abbasside.

Avant peu, lors de la puissance du calife Memun, les byzantins ont de nouveau attaqué les terres abbassides. En 830, le calife Memun a envoyé une armée sur l’Empire byzantin. Durant des années 831 et 832, cette armée qui a arrêté leurs attaques a continué à lutter contre les byzantins et elle a repris Antakya et Tarse. Ultérieurement, l’Empire byzantin qui souhaitait profiter des querelles sectaires et gouvernementales produites dans l’Empire abbasside a encore une fois attaqué les territoires contrôlés par les abbassides. Ils se sont avancés jusqu’au Malatya. Dans ce cas, l’armée islamique sous le commandement d’Avchin qui est d’origine turque a rencontré l’armée byzantine à Ankara. Suite à la bataille, l’armée d’Avchin les a vaincu. Il y avait beaucoup de victimes dans la partie byzantine. Après cela, pendant une longue période les byzantins n’ont pas osé lancer une guerre contre l’Empire abbasside. Les sources historiques qui traitent cette période comme celles des périodes précédentes ne rappellent pas un état arménien ou un ‘roi arménien’.

Bakhtiyar Adiloglou

 “KarabakhİNFO.com” 

15.05.2014 11:38

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*