Français

“ Les vieilles femmes n’ont pas quitté leur patrie”.

23.07.2014 | 06:38

10559284_606865859426901_251902242_nL’un des grands artistes a dit : «  Chaque fois que je regarde Aghdam, je pense que la patrie pleure ». Pourtant, je suis incapable de  donner ma main et essuyer ses larmes. C’est triste, alors que c’est la vérité .Quand est ce que les larmes d’Aghdam seraient séchées ? L’élément qui fait pleurer la patrie est d’être sous les pieds des ennemis et de manquer le souffle des indigènes…

 

 

Aujourd’hui,  21 ans passent depuis l’occupation de la région azerbaïdjanaise, Agdam, par la Force Armée de l’Arménie. La région Aghdam a été occupée le 23 juillet 1993 par les groupes armés arméniens.

 

 

Agha Zeynalov, l’adjoint du chef de la municipalité d’Aghdam, a donné une interview au sein du revue électronique Karabakhinfo.com sur l’occupation de cette région. Pour vous informer il faut souligner que Agha Zeynalov est originaire d’Aghdam. Il est né dans cette région et actuellement, il y habite.

 

 

–          Monsieur Zeynalov, une partie d’Aghdam est actuellement sous l’occupation. Comment est ce que vous pouvez décrire pour la jeune génération qui ne l’a pas vu ?

 

La région Aghdam a été crée en 1930. la relief de cette région dont la superficie fait 1094 kilomètres carrés est principalement plat, notamment en partie montagneux. Aghdam est située dans le centre de Karabakh, une ancienne et fascinante région de l’Azerbaïdjan –  dans le contrefort nord-est de la Chaîne de montagnes du Karabakh, à l’ouest de la plaine Kura-Araz. Aghdam est tout a fait  une plaine agréable. Malheureusement cette belle plaine est sous l’occupation des arméniens. Les lieux publiques étaient uniques en Azerbaïdjan. Il y avait le cinéma  ‘Amitié’, les maison de thé qui n’ont pas d’analogue. Il existait le musée de Pain à Aghdam qui était unique dans le monde. Les pièces uniques  appartenant à l’Antiquité et au Moyen-Age ont été collectées dans ce musée. Parmi les pièces, on peut trouver des anciens grains pétrifiés, des espèces  rares de céréales, de nombreux livres précieux sur l’évolution de la plantation de grain, des manuscrits et d’autres documents, des anciens outils agricoles-  charrue, faucille simple et à dents, rouleau, moulin et d’autres outils.

 

 

Aghdam est une plaine irremplaçable. Il y a eu de nombreux intellectuels, scientifiques, artistes qui sont grandis à Aghdam. Parmi eux, Khudu Mammadov, l’expert dans la science de la chimie, Rafig Aliyev, le célèbre scientifique dans le domaine de Cybernétique, et d’autres scientifiques sont grandis à Aghdam.

 

 

Il y a eu beaucoup de personnes d’Aghdam dans le domaine de culture. On peut citer les noms de Sara Gadimova, tarzen (personne qui joue au tar)  Gourban Pirimov, Chahmali Kurdoglou, Arif Babayev, guitariste Remich, Aygun Bayramova et d’autres artistes.

 

 

 

–          Nous savons que l’histoire d’Aghdam est très ancienne…

 

Dans l’ancienne langue turque, le mot ‘Aghdam’ signifie ‘la petit forteresse’. Le territoire d’Aghdam est l’un des pays où l’ancien peuple s’est installé. D’après les fouilles archéologiques menées par  le célèbre archéologue Ideal Nerimanov à Utchtepé, le premier ancien peuple a vécu dans ce territoire il y a six-huit milles ans, c’est à dire  à l’époque néolithique (IV-VI millénaire avant J.-C.). Aghdam est la première agglomération urbaine dans le Caucase et elle est l’un des pays dans la Trancaucasie qui possède des monuments très riches. Le kourgane appartenant à l’âge du bronze et du fer (XIX-XIII siècles avant J-C.) qui est trouvé au milieu des années 80 près du village Saritchoban est un monument historique très précieux. Les objets matériaux trouvé dans kourgane démontrent que ce monument était le tombeau d’une personne riche.

 

 

10517096_606865862760234_244386847_n–          Certes, il est très difficile de se souvenir le jour d’occupation d’Aghdam. Pour moi aussi, c’est dur de toucher à votre blessure. Comment est ce que les expériences de cette journée vous ont affecté ?

 

 

Je ne peux pas oublier cette journée. J’étais dans le village Garadaghli d’Aghdam. Ce village était l’un des derniers villages. Le 23 juillet 1993, les hommes du village se sont réunis dans le centre. Il n’y avait pas d’eau et d ‘électricité dans le village. Le matin du 23 juillet, nous nous sommes rendus dans  l’endroit appelant Ehedi pour amener l’eau de la rivière. Lorsque nous rentrions, nous avons vu que quelques personnes couraient. Nous leurs avons demandé ce que se passait. Ils ont dit ‘ Aghdam a été occuppée’. Lorsque j’ai entendu cette réponse, le monde s’est effondré sur moi. Les vieux, femmes et enfants ont été évacués par les hélicoptères pour qu’ils ne soient pas pris en otage. Les vieilles femmes n’ont pas quitté leur patrie. Elles ont fait le pain pour les soldats.

 

 

–          D’après vous, est-ce que nous avons combattu jusqu’à la fin pour Aghdam ?

 

Si l’on regarde les données statistiques, nous pouvons voir que les hommes d’Aghdam ont combattu comme il fallait pour qu’Aghdam ne soit pas occupée. 6000 personnes ont été martyrisées lors de la bataille d’Aghdam. Aghdam a 16 héros nationaux. L’héroïsme de Rovchan Akberov est connu par tout le monde.

 

 

–          Lors de l’occupation d’Aghdam, combien la région a été endommagée?

 

Pour vous informer, je peux dire que 77,4 pour cent du territoire d’Aghdam a été occupé par les agresseurs arméniens. 82 villages et 1 bourge sont actuellement sous l’occupation. 34 600 appartements, 27 unités industrielles, 29 complexes d’agriculture et 5 complexes d’élevage, 19 672 hectares de terres arables,57 installations de communication, 114 centres d’éducation, 123 centres de santé, 108 centres culturels, 4 musées, 66 monuments archéologiques et 16 mosquées ont été détruits. Au total, lors de l’occupation d’Aghdam, la région a subi le dommage de 17 milliards de manat.

 

 

 

–          Qu’est-ce que les gens habitant dans les régions qui ne sont pas occupées ressentent lorsqu’ils regardent les régions occupées par les arméniens ?

 

Chaque matin nous regardons nos territoires pris en otage. Les gens regardent ces territoires d’une manière ironique. Parfois, les gens d’Aghdam me disent qu’ils veulent aller à leur patrie et y mourir. Lorsque nous regardons cette belle plaine, nos haines contre les arméniens augmentent. Le peuple d’Aghdam est toujours près de sacrifier sa vie pour la patrie.

 

 

Gunel Jelil

 

“KarabakhİNFO.com”

 

 

23.07.2014 06:38

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*