Français

L’histoire de la région Zanghilan

29.10.2013 | 23:20

1383074380_1383039057_1381192_10151684290882691_1326018542_nSous prétexte de créer une ville à Mehri, les trois villages de Zanghilan (Nuvadi, Ernezir, Tougout) ont été donnés à l’Arménie.

Le territoire de Zanghilan est considérée l’un des plus anciens lieux d’habitation de la civilisation. Les grottes situées dans la région (les montagnes Asgulum et Susan) indiquent l’existence des peuples primitifs dans ces territoires. Cependant, Zanghilan a obtenu le statut de ville en 1930. La région s’étend sur un territoire de 707 kilomètres carrés et a une population de 35.351 habitants. Zanghilan regroupe une ville, un district et 81 villages.

Située au carrefour des grands axes commerciaux, la région était l’un des principaux points focaux de commerce. Les tours, les points d’observation ainsi que les objets de patrimoine culturel matériel et immatériel, les pièces de monnaie antiques et les ustensiles de ménages découverts lors de fouilles archéologiques menées dans les territoires de Zanghilan prouvent que l’histoire de la région date à l’époque ancienne. Lors des activités économiques effectuées dans la région dans les années 60, un grand nombre de tombes trouvées ainsi que despièces de monnaie à l’effigie d’Alexandre le Grand qui datent aux IV-II av. J-C parle du rôle important de Zanghilan dans les relations commerciales depuis des temps anciens.

En 1974-1979, dans le cadre de la mise en place d’une prise d’eau Khudaferin, des fouilles archéologiques ont été effectuées dans cette région. Lors des travaux, il a été constaté que la région est riche en monuments architecturaux dont l’un d’entre eux est Chahri-Charifan (ou bien Chariban, Chabran) situé dans le village Charifan.  Une grande partie du monument a été détruite par la rivière Hakari. La surface de la zone de ville compte 9 hectares, située géographiquement et stratégiquement dans une position favorable, est entourée par la chaîne de montagnes à l’est et par la rivière Hakari à l’ouest.

L’histoire de la région ZanghilanLe célèbre géographe et historien Hamdoullah Kazvini, vécu au XIVe siècle, écrivait que Zanghilan a été fondé l’an 15 de l’Hégire, c’est à dire en 636.

Les historiens associent l’origine du nom de Zanghilan avec les mots Zanghi et ata (père).   Selon Thcokan Valikhanov dans la mythologie kazakh et kirghize le protecteur du troupeau des chevaux est appelé Kambar-Ata et celle de bétails est nomme Zanghi-Ata. Il semble que cette expression porte une signification sainte.

L’une des nombreuses tribus turques de l’antiquité habitée en Azerbaïdjan est la tribu de Zanghi écrit sous la forme de “sangi” auparavant.  La rivière de Zanghi qui a entrainé l’émergence du nom de la région Zanghibassar a pris son nom des tribus zanghi installées sur ces cotes. Les tribus de Zanghi se sont installées non seulement dans la vallée d’Aghri, mais aussi dans le territoire de Zanghazur car les zanghis laissant les traces en Azerbaidjan du nord dans les toponymes Zanghilan et Sangachal ont autrefois immigrés en Turkestan (ancien territoire habité par les tribus turques).

Il existe des historiens qui associent le toponyme de Zanghilan avec le nom de la tribu Zanghana répandue dans les grands territoires à l’époque des Safavides. Certaines lient le toponyme avec l’ethnonyme de zanghi : dans l’ancienne langue perse zang-sang signifie un rocher ainsi qu’une pierre unique, la colline. Ces significations expliquent le nom de Zanghilan comme les lieux d’habitation de tribu Zanghi.

Il existe des opinions au sujet des liens entre la colonie d’habitation Zanghikhan prés du pont Khudaferin (parlé dans les sources de VII siècle) et la ville de Zanghilan.  Les autres disent que le nom de Zanghilan prend ses racines du nom “zanji”- noir. En même temps, il est constaté qu’une des tribus turques en Iran appelé Zanghi existait dans ces territoires.

Pendant l’occupation russe jusqu’en 1828, une partie de la région à l’est de la rivière de Basitchay appartenait au khanat de Nakhitchevan et l’autre partie à l’ouest de la rivière appartenait au khanat de Karabakh. Au début de XIX siècle après la conquête russe de la Caucase de Sud, la nouvelle division administrative territoriale a été mise en place. Ainsi la province Elisavetpol crée en 1868, incluait les régions de Choucha, Elisavetpol et Zanghazur. Selon la nouvelle division administrative Zanghilan faisait partie de Zanghazur.

Lors d’une réunion du présidium du Caucase MIK (1. 1.1927 ; protocole n ° 2, § 5) les 24 villages du zone Mehri-Djabrayil et pendant d’une autre réunion (20.VI. 1927 ; protocole n ° 18, § 1) 1.065 déciatine du zone Zanghazur-Kurdistan ont été donné à l’Arménie.

Encore une fois, au cours d’une réunion sous la présidence de M.Sxakayan législatif avec la participation des représentants de la URSS d’Azerbaïdjan M. Baghirov, D.Bunyadzada et d’autres (18.11.1929 ; protocole n °3) les trois villages de Zanghilan (Nuvadi, Ernezir, Tougout) sous prétexte de créer une ville à Mehri ont été donnés à l’Arménie.

L’histoire de la région ZanghilanLes «chefs» de Zanghilan ont expliqué ce fait en raison de placement lointaine de ces villages du centre de ville ainsi que par la difficulté de la connexion entre d’eux. En 1929-1931 à la suite de détriment des villages Nuvadi, Aldara, Lekhvaz, Astazur et autres à l’Arménie, la ville Mehri a été fondé.  Dans les archives de 1925 Zanghilan est indiqué au sein de la région de Djabrayil et sur les cartes on montre ces villages comme Genlik, Aladdin est Dallakli.

Les deux dernières centenaires, Zanghilan avec les frontières naturelles variées finalement a été formé comme une zone indépendante en août 1930 et en 1967 Zanghilan a reçu le statut de ville.

Le plus grand foret de platane d’Orient de l’Europe se trouve dans la région de Zanghilan.  En 1974 dans le bassin du fleuve Araxe en 117 hectares, la réserve Bastichay a été créée.  Le foret de platane d’Orient est situé au long de 12 km de la rivière. L’âge des arbres compte plus de 500 ans.  Platane d’Orient a été inscrit dans le “Livre rouge”.

Zaur Aliyev

Le membre de NASA,

Président du Centre de recherche scientifique de lobby et de la diaspora,

Docteur en philosophie en sciences politique

 

” KarabakhINFOcom “

29.10.2013 23:20

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*