Français

L’impact psychologique de l’agression militaires des arméniens.

24.04.2014 | 16:32

1398342670_1398081101_285606_358763304237789_1077831137_nKonul Vagifkizi: « il n’est pas difficile de comprendre les sentiments des personnes qui ont perdu leurs famille, leur patrie , leur propriété et sont subies les privations ».

20 pour cent de notre territoire a été occupé par l’agression militaire des arméniens. Lors de la guerre du Karabakh nous avons perdu les régions qui possèdent d’une nature très riche. Pendant l’occupation de notre territoire, le peuple fait face non seulement à des chocs économiques, culturels, sociaux, mais aussi à des impacts psychologiques. Plus d’un million de personnes ont été chassées de leur patrie, des centaines de personnes ont été assassinées devant les yeux de ses familles. 

Lors de son interview au sein du revue électronique Karabakhinfo.com, la psychologue Konul Vagifkizi a dit que les personnes qui sont chassées de leur patrie et ont perdu leurs familles, sont lourdement traumatisées : « Imaginez, le son des balles réveille soudainement les gens. Ainsi ils devient les réfugiés, les déplacés internes sans apercevoir ce qui se passe. Une partie des personnes qui ont été chassées de leur patrie et ont subi les privations, a admis cette fortune douloureuse comme le destin. L’autre partie a été psychologiquement traumatisée sans apercevoir l’implication de ce déplacement. Ceux-ci sont des enfants qui sont devenus réfugiés. Ces enfants ont été chassés de leur foyer chaud lorsqu’ils étaient petits. Leur psychologie est choquée. Par conséquent, au fur et mesure, il devient difficile, voire impossible, de suggérer la valeur de tolérance à ces enfants.
Lorsqu’ils devient plus âgés, la notion de vengeance ne leur laisse pas tranquilles, cela se termine par une agression et un stress mental. Puisque les enfants qui ont perdu leurs poches devant leurs yeux et ont été chassés de leur foyer ne peuvent pas penser autrement.

K.Vagifkizi a également ajouté que des milliers de personnes ont été tuées d’une manière cruelle et 1 million de personnes chassées de leur patrie sont devenues réfugiés en raison de l’agression arménienne :« Il n’est pas difficile de comprendre les sentiments des personnes qui ont perdu leurs famille, leur patrie , leur propriété et sont subies les privations. Les chocs, le traumatisme psychologique, ainsi l’adaptation aux hébergement où ils se sont réfugiés posent des problèmes Les gens ont de la difficulté à s’exprimer. Ainsi, cela se termine par l’absence de coefficient d’efficacité pour la société. Par conséquent, ces personnes devient plus fermées à elles-mêmes, souffrent de la tension nerveuse.

 

Gunel Jelil.
“KarabakhİNFO.com”

 

24.04.2014 16:32

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*