Français

Serait-il sincère le co-président américain de l’OSCE ?

23.11.2013 | 15:05

1385204191_1384950071_1Le co-président américain du Groupe de Minsk au sein de l’OSCE James Warlick  a annoncé  sur son compte “Twitter” qu’il va mener les discussions  sur la résolution de conflit  du Haut-Karabagh avec Daniel Baer – le représentant des États-Unis à l’OSCE ainsi que  d’autres personnes à la réunion du Conseil permanent de l’OSCE qui aura lieu à Vienne. Vous devez vous rappeler le prédécesseur de Warlick, Robert Bradtke. Il avait déclaré dans un communiqué, après la fin de son poste de Co- président que , depuis de nombreuses années, il était pour la prise du principe de l’autodétermination  comme le base dans les processus de négociations de la résolution de conflit du Karabakh . En d’autres termes, il l’avait vu comme une solution optimale, la répartition de- jure du Haut-Karabagh de l’Azerbaïdjan.

Si on parle plus concret, Bradtke dans son interview à la radio «Azadlig » a parlé de l’importance de la reconnaissance du droit à l’autodétermination du Haut-Karabagh, mais cette fois, il n’a pas parlé de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan. Comme son prédécesseur, le nouveau médiateur a commencé sa mission en donnant les avances aux Arméniens qui ont rencontré Oskanian – l’ancien ministre des Affaires étrangères à Erevan, mais par exemple pourquoi il n’a pas rencontré Vafa Guluzadeh à Bakou?

On sait bien  que le nouveau co-président  de part des États-Unis dès le premier jour de sa nouvelle mission a visité la région à deux reprises, seule. J. Warlick dans la cadre l’une de ces visites, a eu une tête à tête chaud avec le chef du régime séparatiste du Haut-Karabagh. Plus important c’est le fait que à peine commencé son nouveau poste, il a fait quelques compliments à l’adresse de cette structure falsifié à Karabakh comme  «Je suis ravi d’avoir visité votre beau pays ».

Sont-ils des coïncidences ou juste des erreurs de traduction ? Pourquoi Monsieur le Co -président n’a pas répondu à ces questions?

Le journal internationale «KarabakhINFO.com »  a interviewé les différents personnages public afin d’avoir leurs avis  ce sujet.

Serait-il sincère le co-président américain de l'OSCE ?Le Membre du Parlement Ilyas Ismailov a déclaré que lors de la réunion à l’ambassade des États-Unis il a soulevé la question de la raison pour le soutien de Warlick du régime séparatiste du Haut-Karabagh, il a été retiré de la liste des invités. Pourquoi nous  faisons des illusions ? Il faut regarder à la racine du problème. L’OSCE dans son ensemble ne peut pas résoudre ce conflit. Peu importe qui soit les co-présidents, il serait impossible de résoudre ce conflit. Imaginons que tous les co-présidents seront remplacés par les nouveaux qui aiment l’Azerbaïdjan, comme les pays suivants : la Turquie, Pakistan, etc.  Mais que peuvent-ils faire ? Rien ! Pourquoi vous allez me demander. Tout simplement, parce que les décisions de l’OSCE ne porte pas un caractère juridique, mais ils sont de la nature recommandée.  Les Arméniens n’acceptent pas les recommandations. Il ne faut pas non plus oublier que les décisions de l’OSCE sont prises par consensus. Si il s’agit d’une décision en faveur de l’Azerbaïdjan et les Arméniens seront contre cette décision,  il n’y aura aucune décision. C’est pourquoi nous ne devons pas nous tromper et nous permettre de nous tromper.  Nous devons montrer la nécessité de libérer nos terres. Il ya quatre résolutions de l’ONU qu’elles ne fonctionnent pas.  Nous ne devons pas donc nous tromper avec les vues de l’OSCE   ou bine un tel ambassadeur, un tel Co- président a dit ça etc. Récemment, l’ambassadeur des Etats Unis a déclaré dans une  interview : «Nous reconnaissons la souveraineté de l’Azerbaïdjan ». Comment est-il possible de reconnaître la souveraineté, si 20% du territoire de l’Azerbaïdjan est envahie, et , en fait, notre droit dans ces territoires ne fonctionne pas. Plus important encore, les États-Unis contribuait  jusqu’à récemment au régime séparatiste du Haut-Karabagh 8 millions de dollars par an. J’ai parlé de cette question lors d’une réunion à l’ambassade des Etats-Unis avec la participation de représentant du Département des États-Unis où j’ai assisté en tant que l’invité à la réunion. Après que j’ai soulevé cette question, j’étais plus jamais invité à l’ambassade américaine à nouveau ».

Serait-il sincère le co-président américain de l'OSCE ?Fazil Mustafa, le Membre du Parlement a déclaré que l’approche américaine ne se diffère pas beaucoup de la position de la Russie : « En fait, la position des États-Unis dans la question du Haut-Karabagh, n’est pas très différente de celle de la Russie.  C’est effectivement juste sorte de la division des rôles parmi des Co- présidents des trois pays qui ont les mêmes regards à la résolution du conflit.   Tous ces trois pays ont un seul objectif : prolonger le processus de négociations et faire accepter  à l’Azerbaïdjan le fait d’occupation de ses territoires par l’Arménie.  Avez-vous déjà vu l’un d’eux a appelé d’une manière stricte les Arméniens à l’évacuation des régions occupées en dehors des frontières administratives du Haut -Karabakh. Au lieu de cela, ils s’entraînent les Arméniens de ne pas se retirer de leurs positions. Ils voient la question de libération de nos territoires juste comme un sujet de négociation plus favorable à l’avenir. Ainsi, l’Azerbaïdjan doit poursuivre ses préparatifs pour libérer ses territoires, et ne doit pas le faire juste avec une propagande rhétorique, mais avec un plan réel. En fait, les illusions « La Russie n’est pas objectif, mais les États-Unis est neutre » pourraient être réelles 15 ans avant mais maintenant, même la derrière du plan de l’impasse de la Russie on voit l’ombre des Etats Unis.

Serait-il sincère le co-président américain de l'OSCE ?L’Ancien conseiller du gouvernement  de l’Azerbaïdjan, le politologue –scientifique, Vafa Guluzadeh estime que le conflit du Haut –Karabakh actuellement  n’est pas dans le cadre des priorités politique des Etats-Unis : «  J’ai soulevé cette question à maintes reprises , et maintenant , je déclare que, si le président des États-Unis ne va pas faire quelque chose lui-même en personne,  ainsi que sans la coopération des président des États-Unis et de la Russie, la résolution du conflit sera impossible.  Les co- présidents ont été nommés, et je les connais tous bien. Le premier représentant américain Jo Preston, puis Kerry Kaven. J’ai eu des relations personnelles avec chacun d’eux. Ces personnes ont été nommés les co-présidents mais ils ont fait les déclarations qu’ils voulaient en fait sans que leurs états soit au courant de leurs déclarations. Tout parce que, le conflit du Haut -Karabakh, il n’est pas dans les priorités des États-Unis, et cela continue toujours.

Ainsi, la déclaration des co- présidents sur la reconnaissance de l’indépendance du Haut -Karabakh , ne changera rien. Nul ne connaît le Haut-Karabagh comme un Etat indépendant, et la chose la plus importante, ce qu’il est impossible de faire l’Azerbaïdjan reconnaitre cette « indépendance » prétendue. Ils ont tenté une fois, et le résultat est connu de tous »- a dit V.Guluzadeh .

 Aysel Araz

 

” KarabakhINFO.com “

23.11.2013 15:05

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*