Français

Une déclaration conjointe sur le Karabakh

18.12.2014 | 17:44

arton106004-480x320Le Haut-Karabagh reste peut-être la seule question sur laquelle les États-Unis, la Russie et la France sont en mesure de faire une déclaration commune ces jours derniers. Après la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OSCE à Bâle, en Suisse, les parties ont été incapables de parvenir à une compréhension commune sur l’Ukraine, l’Etat islamique, les problèmes de sécurité du monde, mais elles ont publié une déclaration conjointe sur le Haut-Karabagh.

 
« Nous, les chefs de délégation des pays coprésidents du Groupe de Minsk – le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergey Lavrov, la secrétaire d’État des États-Unis John Kerry, le Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes de la France Harlem Désir – restons fermement engagés à une résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh. Il n’y a pas de solution militaire, et nous appelons les parties à s’abstenir de toute violence et œuvrer activement à un règlement durable, » ont dit ces pays dans un communiqué publié sur le site de l’OSCE.

 
Le mois dernier, les forces armées azerbaïdjanaises ont abattu un hélicoptère militaire arménien près de la ligne de contacte.
Selon la déclaration, cela était « une tragédie évitable qui a souligné l’importance de mesures par les parties à réduire les tensions, restaurer la confiance et éviter de futurs incidents ».

 
« Les actions militaires en Juillet et Août ont entraîné des pertes importantes de vie, soulevé des tensions et approfondi la méfiance entre les parties. Les parties doivent prendre des mesures supplémentaires pour renforcer le cessez le feu de 1994 et créer un climat plus favorable pour faire avancer les pourparlers de paix » ont dit les hauts diplomates des trois pays.

 
Les analystes notent que, dans leurs récentes déclarations les coprésidents du Groupe de Minsk ont été de plus en plus enclins à parler de la nécessité de commencer la rédaction d’un accord global, avec une partie azerbaïdjanaise insistant aussi sur cet accord tandis que la partie arménienne dit que tant que les grands principes du règlement ne sont pas convenus il ne peut être question de commencer à travailler sur un accord global.

 
« Il est temps pour les parties surmontent les désaccords, rétablissent la confiance, et honorent leur engagement à entrer dans un processus de négociation qui peut aboutir à un règlement. Elles devraient reconnaître que la base d’un règlement global est les éléments et les principes énoncés dans les déclarations communes par les présidents de la Russie, les Etats-Unis, et la France, en particulier ceux qui ont été discutés lors du dernier sommet à Paris. Les négociations sur un accord de paix global sous les auspices des pays coprésidents devraient commencer dès que possible » ont dit les chefs des délégations des pays coprésidant le Groupe de Minsk de l’OSCE.

 

 

“KarabakhİNFO.com”

 

 

 

18.12.2014 17:44

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*