Français

Zaour Gariboglou: « Karabakhinfo.com est devenu un casse-tête pour les arméniens dans la guerre virtuelle d’information.

17.04.2014 | 13:13

1397725958_1397047380_1780035_585886808152464_723915963_oZaour Gariboglou, le rédacteur en chef du revue électronique international karabakhinfo.com, a donné une interview au site 1905.az. Zaour Gariboglou est né à Bakou. Depuis 2009, il est membre de l’Union des écrivains. En 2011, le prix presidentiel lui a été attribué. Il est auteur de quelques livres et le rédacteur en chef du revue éléctronque international.

 

En combien d’etapes, pouvez-vous classifier l’evolution de votre site depuis sa création?
Tout d’abord, je tiens à souhaiter bonne chance, au portail www.1905.az qui est soutenu par l’Association de la contribution au développement de la société civile en Azerbaïdjan (ACDSCA) et un projet d’envergure visant à transmettre la vraie essence des crimes de génocide commis par les arméniens contre les azerbaïdjanais. L’existence de tels site qui font partie de la famille de l’ACDSCA joueront un rôle important afin d’empêcher la sale politique d’information menée par les arméniens. Depuis la fin du XIXe siècle, les tragédies plus atroces ont été démarrées suite au déplacement des arméniens en Azerbaijan. Les catastrophes des années 1905-1906 et de 1918 sont rentrées comme les pages sanglantes dans l’histoire azerbaïdjanaise. À cette époque, nous n’avons rien inféré de ces tragédies et cela a contribué à la perte de 20% de notre territoire suite à la guerre initiée par les arméniens. Actuellement, plus d’un million de notre compatriotes sont réfugiés et déplacés internes, des dizaines de milles des personnes ont été assassinées, prises en otage et paralysées à vie par les groupes armés des arméniens. Les monuments nationaux et culturels de mille ans qui sont dans les régions occupées ont été vandalisés. Le gouvernement et la société azerbaïdjanaise ont recours à un certains nombre de outils afin de transmettre cette injustice à la communauté mondiale. L’un de ces outils, peut-être même le premier, est le revue électronique international ‘karabakhinfo.com’ (www.karabakhinfo.com) qui a été crée par l’initiative d’Elkhan Suleymanov, le président de l’ACDSCA et le député. Au début, en avril 2012, notre site était disponible en trois langues – azerbaïdjanais, anglais et russe. Actuellement, les travaux sont menés en 10 langues (azerbaïdjanais, anglais, arménien, allemand, russe, turc, espagnol, italien, français et arabe), ainsi ce site devient un casse-tête pour les arméniens dans la guerre virtuelle d’information. Au départ, en tant que le rédacteur en chef, j’étais responsable de mettre les informations dans les différents sections comme actualité, polémique, étude, témoignages, réalité, interview, culture et littérature. Même lors des nuits je ne dormais pas, cherchais des informations et les additionnais dans le site. Au fur et mesure, nous atteignons nos objectifs grâce à nos activités. Aujourd’hui nous combattons dans la guerre virtuelle contre les arméniens par plus de 25 collaborateurs. Il y a quelques jours, le site qui est l’un des plus réputé dans le monde arménien www.panarmenian.net a publié un article sur notre activité et admis de ne pas pouvoir lutter contre nous. Cela démontre que nous atteignons notre cible grâce à nos efforts. On peut surement dire que karabakhinfo.com qui collabore avec les politiciens et les expertes menant les recherches sur le Karabakh empêche la guerre d’information des arméniens.

Quelles sont vos prochaines cibles ?
Tout d’abord je tiens à souligner que depuis environ trois mois nous avons lancé le projet karabakhinfo.TV sur internet. Nous avons réalisé des reportage dans les unités militaires et régions de première ligne. Nous avons prévu de préparer les programmes, les nouvelles dans les différents langues et de les emmètre sur la TV. Grâce à ce projet, nous visons de montrer la position juste de l’Azerbaïdjan au monde. En même temps, il est prévu de faire atteindre le nombre des langues du revue électronique à 15. La présentation du site dans l’Université nationale de Bakou, l’Université pédagogique de l’Azerbaïdjan, l’Université de Tourisme et d’autre universités, ainsi renseignement des professeur et étudiants sur karanakhinfo.com font parti de nos objectifs. Nous avons déjà commencé à créer un groupe des amis étranger de l’Azerbaïdjan sur les réseaux sociaux.
De nos jours, chacun des internautes utilise l’un des différents réseaux sociaux. Nous créons les groupes de défense de droit selon les pays et la langue de communication sur les réseaux sociaux et menons l’activité de renseignement afin de communiquer la réalité du Karabakh au monde. Les arabes, italiens et espagnols sont les membres de nos groupes crées en leurs langues. Nous voulons multiplier le nombre de tels groupes. Il est également prévu de créer la ‘bibliothèque du Karabakh’ à l’intérieur de notre agence éditoriale et de le mettre en disposition des chercheurs, étudiants et gens qui s’intéressent au Karabakh.
Parlons de l’écrivain Zaour Gariboglou. Sur quel écrit travaillez-vous actuellement ?
Je suis écrivain, un homme d’esprit. En tant que l’éditeur en chef de karabakhinfo.com, j’ai une responsabilité sur mes épaules : « faire face aux arméniens dans la guerre virtuelle d’information ». Malgré la difficulté de cette tâche, je continue à écrire. Actuellement, mes deux livre qui sont la suite des ‘Lignes de pensée’ sont dans la publication. En effet, il y a un retard d’apparition de ces livres. Mes essais sont publiés. J’écris des poèmes. Je lis à la fois la littérature mondiale contemporaine, ainsi celle azerbaïdjanaise contemporaine. Je lis le bonnes chose et même les mauvaises pour que j’aie de la connaissance. C’est vrai qu’il est impossible de tout lire. Je n’écris pas pour aujourd’hui, j’écris pour l’avenir. Demain, le tamis de l’histoire l’évaluera. Les poudres passeront par le tamis, pas les pierres. Je ne prétends pas que mes textes seront parmi les pierres. Indépendamment de nos tentatives, on n’arrive pas attribuer un mérite objectif à la littérature contemporaine. Le temps attribuera ce mérite. Peut-être les gens qui sont actuellement réputés seront supprimés de l’histoire, demain. Par exemple : auparavant, il y avait des auteurs très célèbres, mais aujourd’hui personne ne les connait. Car, ils ont eu leurs époques. Ils sont devenus célèbres. Et puis, c’est fini. Puisqu’ils ils avait écrit pour leur temps, pas pour l’avenir. Pourtant, il y a aussi des écrivain qui n’étaient pas très connus lors de leur époque, mais aujourd’hui ils sont devenus très célèbres et leurs écrits sont parmi les meilleurs.

Et enfin, de nouveau sur le revue électronique. Plus précisément, si je ne me trompe pas c’est le seul revue électronique à propos du Karabakh.

Oui, c’est le seul journal électronique qui transmet les réalités du Karabakh au monde en 10 langues. Jusqu’à présent, nous avons obtenu quelques succès. Une centaine d’intellectuels azerbaïdjanais (parmi eux la majorité travaille dans le domaine politique, culturel, artistique, sportif, scientifique etc..) ont exprimé leurs opinions positives sur le site. Nous avons envoyé des courriers électroniques sur karabakhinfo.com aux gens qui habitent à l’étranger, administrations officielles d’environ 30 pays, organisations interparlementaires et internationales, différents entreprises du monde, organisations non-gouvernementaux, médias puissants, universités et autres établissements d’enseignement,  même les anciens responsables gouvernementaux sous le slogan ‘Notre cible est Karabakh’. Dans l’agence éditoriale, nous avons organisé des rencontres avec les participants de la guerre du Karabakh, intellectuels sociaux et politiques, jeunes, déplacés internes et les avons renseigné sur l’activité du revue électronique afin de transmettre la réalité du Karabakh au monde. Il faut noter que lors de l’année précédente, environ 50 internet portails des nouvelles et journaux nationaux ont élucidé d’une manière générale ou spécifique l’activité de karabakhinfo.com et publié les articles sur ce site.

 

Ils ont également utilisé les materiaux de site. Je veux particulièrement prêter attention à une question. Lors de son discours auprès des organisations internationales, Elkhan Suleymanov, le président de l’ACDSCA et le député, a plusieurs fois marqué que le Haut-Karabakh n’est pas un conflit ! Il est l’agression armée de l’Arménien contre l’Azerbaïdjan. Nous, l’ équipe de karabakhinfo.com, transmettons les réalités du Haut-Karabakh au monde comme l’agression armée de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan. Cela démontre que nous somme une grande puissance dans le monde virtuel. Je veux remercier à l’administration de l’ACDSCA. Nous avons toujours été soutenus surtout par Elkhan Suleymanov, notamment par le directeur général du revue, Vali Alibeyov, et le directeur général du Centre de recherche du patrimoine de Heydar Aliyev, Fouad Babaev. La principale devise de notre travail est les motsdu monsieur président Ilham Aliyev : « Seulement aujourd’hui, je peux definitement dire que nous surpassons l’Arménie et surtout le lobby arménien dans la guerre d’information. Leurs derniers comportement nerveux et hyst
ériques démontrent que nous avons obtenu des grands succès dans la guerre de l’information ». Ainsi, nous essayons de le justifier.

1905.az

 

 

 

17.04.2014 13:13

laisser un commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*